La nudité
Publié le

La pudeur

nuditéLa pudeur est attitude de retenue qui empêche de faire, de montrer ou de dire des choses qui pourraient choquer les codes sociaux. Désuète, ringarde la pudeur ? C’est ce que l’on pourrait croire dans notre société où l’exposition du corps a le vent en poupe. Et pourtant la pudeur est une valeur indispensable à la construction et à l’équilibre de chacun.

Protéger son corps et ses sentiments

Dans notre société actuelle, l’ambiance est plutôt au « tout montrer ». Pour réussir ? Pour exister ? La télé-réalité, par exemple, fait du « tout montrer » son concept phare : les caméras s’immiscent dans l’intimité des gens et excitent ainsi le « voyeurisme » des téléspectateurs. Il est pourtant nécessaire de préserver son espace propre, de cultiver sa pudeur.

Le mot pudeur parle autant du corps que des sentiments. Il a une connotation positive : la retenue, la modestie. Il a aussi une connotation négative : la gêne, la honte de son corps, de sa sexualité.
La pudeur n’est pas innée. Elle se construit cependant très tôt. Déjà le bébé manifeste son besoin que l’autre respecte son corps. Puis, l’enfant apprend que son corps lui appartient. A l’adolescence, plus la sexualité se développe, plus la pudeur devient importante. C’est un besoin de protéger son corps et ses sentiments du regard des autres. On a besoin d’avoir son intimité. Il y a des choses qui ne regardent que soi et d’autres que l’on veut bien montrer. Elle est une retenue nécessaire.
La pudeur peut être comparée à un voile qui bouge, qui voile et dévoile selon les circonstances : on est à l’aise en maillot de bain sur la plage, mais pas dans la même tenue au milieu d’un marché ; ou bien on peut exprimer dans l’intimité des sentiments que l’on ne peut pas dire en public.
Chaque société a ses critères de pudeur et ses codes peuvent évoluer avec le temps. Nos grands-mères cachaient leurs chevilles, les filles d’aujourd’hui montrent leur nombril mais supportent moins bien d’afficher leurs poils.
Et pourtant certains gestes traduisant la pudeur semblent être les mêmes quelques soient l’époque et les civilisations : le silence, les yeux baissés pour cacher le regard, la main devant la bouche ou dissimulant le corps, rougir… Dans les tribus qui vivent nues, la pudeur est bien présente : on ne se montre pas à n’importe qui, on ne se touche pas n’importe comment.

La pudeur différente de la honte

Certains peuvent avoir honte d’être pudique et les remarques grinçantes dans les vestiaires ne font rien pour arranger les choses. Alors on peut être amené à se forcer à se déshabiller en public et mal le vivre. Or la pudeur est différente de la honte. Cette dernière est liée à une mauvaise image que l’on a de soi-même. La pudeur, elle, est protectrice.
Elle est bénéfique pour soi-même et pour les autres. En effet, elle permet de se respecter soi-même et de respecter l’espace de l’autre, de ne pas « marcher sur ses plates bandes ». La pudeur est une question de respect individuel et mutuel. Savoir protéger son corps et ses sentiments permet ainsi de les dévoiler ensuite à ceux que l’on aime.

Y a–t-il une pudeur au sein de la famille ?

Certaines familles sont plus « décomplexées » que d’autres et se montrent facilement nues. Cependant, à partir d’un certain âge on peut ressentir une gêne réciproque à la vue d’un parent, d’un frère ou d’une sœur dévêtue. De la même façon, on prend le soin de verrouiller la porte de la salle de bains et de remettre son pyjama quand on se lève car le regard de l’autre, même s’il est de la famille, provoque un malaise. Cette pudeur est importante. Elle permet de signifier aux autres, et aux parents en particulier, qu’on veut préserver et explorer son intimité à son rythme. Cela permet aussi de grandir.

Laisser un commentaire

Si tu veux poser une question personnelle à un professionnel sur ce sujet, c’est dans l’espace Pose tes Questions . Pour avoir l’avis d’autres jeunes,c'est dans nos forums !

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye:  :good:  :negative:  :scratch:  :wacko:  :yahoo:  B-)  :heart:  :rose:  :-)  :whistle:  :yes:  :cry:  :mail:  :-(  :unsure:  ;-)