Chat x

Notre service est ouvert du lundi au dimanche, de 9h à 22h. Clique sur le bouton ci-dessous pour chatter avec nous.
Pour plus d'informations : www.filsantejeunes.com/tchat-individuel
Chat' avec nous ...
Publié le , Modifié le 15 mars 2013

Anorexie Boulimie

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

image_pdfimage_print
Je ne sais pas si j’ai une maladie au sens où vous l’entendez mais j’ai quand même envie d’en parler. C’est maladie une que j’ai toujours du mal à accepter, ce n’est pas une maladie mortelle mais qui peut le devenir si on ne se soigne pas suffisament vite. On parle presque toujours des maladies physiques mais jamais des troubles psychiatriques. Cela fait maintenant 4 ans que je suis anorexique boulimique et que je me fais vomir à presque tous les repas ou alors que j’abuse des laxatifs.
Au début je ne voulais pas admettre que j’avais un énorme problème avec la nourriture puisque depuis toute petite je suis difficile. Mais lorsque j’ai commencé à me faire vomir j’ai vu que ce n’était pas normal.
J’ai déjà été hospitalisée 4 fois dans des cliniques psychiatriques. C’est très long, en ce moment je suis hospitalisée depuis le mois d’avril et c’est très dur.
Je commence seulement à comprendre que les problèmes alimentaires ne sont que l’arbre qui cache la forêt et que derrière il y a une grave dépression qui apparait dès que je lâche mon symptôme et qui me pousse à faire des bêtises (3 TS en 3 ans!). Souvent on pense que si on règle nos problèmes de bouffe on sera guéri mais c’est faux puisque le symptôme nous protège de cette dépression que l’on refuse. Et pourtant il faut en passer par là pour guérir!
Cette maladie est horrible à vivre parce que l’on se sent coupable de se comporter ainsi. Depuis le début j’ai honte de ce que je vis au quotidien, il m’a fallu plus d’un an pour en parler, pour briser mon tabou et encore je suis incapable de tout dire à ma psy. J’aurais aimé que l’on m’aide plus tôt, que l’on me laisse pas m’enfoncer dans ce cercle vicieux qui nous fait perdre la tête!
Ce qui m’a rassuré ça été de voir que je n’étais pas seule à me comporter ainsi. Les groupes de paroles sont aussi un soutien énorme.
Je suis loin d’être guérie mais j’ai fait quelques progrès!
J’ai honte d’être ce que je suis et pourtant c’est une vrai maladie quoiqu’en disent certaines personnes! Pour toutes celles qui sont dans le même cas que moi et qui n’ont rien dit, faites-le: une fois qu’on a commencé à en parler c’est plus facile à vivre.
C’est du courage qu’il faut surtout pour ne plus avoir peur de nous-même ni des autres!
COURAGE à tous les malades.
Anne

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 235 236.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)