Le cannabis

Clope, cannabis, alcool

image_pdfimage_print
jointEn ce qui concerne le cannabis, il est expérimenté par un adolescent sur deux, ce qui est resté stable depuis 2003. Après les années 90 où de plus en plus de jeunes s’adonnaient aux plaisirs interdits de la fumette, il semble que le phénomène s’essouffle (forcément, quand on fume beaucoup…). Les usages réguliers seraient également stables (15% pour les garçons, 6% pour les filles), et ces consommations seraient plus facilement solitaires que celles de l’alcool.

La fumette serait-elle en train de passer de mode ? La chose est loin d’être nouvelle, mais après l’explosion du phénomène cannabis, l’alcool reste un problème.

Depuis 2003, on constate un hausse de 7 à 10 % du nombre d’ivresses régulières (la cuite du samedi soir… qui peut mener au coma éthylique), qui concernent surtout les garçons. Les fabricants d’alcool réussissent cependant à toucher de plus en plus la cible jeune avec les prémix… cela fait plus « mode» de boire dans des bouteilles en couleur… Un risque à terme : une porte d’entrée vers l’alcoolisme ?Toujours est-il qu’aujourd’hui, les jeunes ne boivent pas plus qu’avant, ils boivent moins souvent mais dans de plus grandes quantités (c’est le « binge drinking », déjà présent chez les anglo-saxons). Cette pratique leur fait prendre différents risques, notamment sur la route…
On sait par exemple qu’environ 5,8% des garçons conduisent parfois leur deux-roues après avoir bu et fumé un joint … Mélange à haut-risque pour conséquences dramatiques.

En résumé : moins de tabac en général, autant de fumette et de boisson…

6 commentaires

  1. Bonjour,

    Alors voilà j’ai pu lire au dessus que certaines personnes on une dépendance au cannabis. Cependant je me permet de vous informer d’une chose, le cannabis n’entraine aucunes dépendance physique. Okay lordsque vous ne fumez pas, vous ressenter le besoin iné de vous rouler et vous fumer un bon gros joint. Mais cette pultion n’est que psychologique. En effet, il a été prouvé que des fumeurs aux quels on suspend la consommation devienne parfois irrité mais ils finisse par calmer leurs envies et devenir maitre de leur consommation sans intervention extérieur. Malgres tout, si vous sentez ce besoin de plus en plus grand et que vous vous sentez incapable de vous controllez seul, allez voir votre médecin traitant, en effet étant soumis au secret professionnel, il se doit de vous aider sans vous juger ni vous « balancer » a qui que se soit ( famille, amis, autorités … ). Personnellement, j’ai fumer de grande quantité de cannabis pendant des années de façon quotidienne et aujourd’hui, avec ma seule volonté et en regardant le sourir de ma fille, j’ai su ralentir puis par la suite stopper définitivement ma consommation.

    1. tu peux être dépendant au cannabis, psychiquement et physique; ton expérience ne reflète pas celle des autres.

      comme pour l’alcool, environ 5 à 10 des consommateurs sont dépendants.

      le sevrage provoque des symptômes physiques: sueurs, diarrhées, douleur mais aussi psychiques.

  2. Hello , je suis accro au canabis , au chite as la beuh ! Aider moi vite vite ! Je suis accro ! Je fume depuis l’age 13 ans , je fume aussi la chicha et tout le reste ! Je m’en sort pas je me sens mal tout les nuits je pleure ! 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁 :'(

    1. Le mieux dans l’immédiat c’est de téléphoner
      0800 235 236
      Service anonyme et gratuit
      pour les 12-25 ans
      tous les jours de 9h à 23

      je repete 08 00 23 52 36
      et hop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page