Chat x

Notre service est ouvert du lundi au dimanche, de 9h à 22h.
Pour plus d'informations : www.filsantejeunes.com/tchat-individuel
Service fermé
Publié le , Modifié le 27 octobre 2014

Etre pompier

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

image_pdfimage_print

camion-pompierSauver ou périr“. Derrière cette devise courageuse se cache un groupe d’hommes et de (quelques) femmes qui ont choisi de mettre leur sens de l’aide au service des populations en danger. Les sapeurs-pompiers sont, pour 85% d’entre eux, des volontaires qui se rendent disponibles en-dehors de leurs heures de travail. Ils sont d’astreinte à la caserne ou chez eux, appelés en cas d’intervention. Stéphane, sergent-chef d’une caserne du Sud-Ouest de la France va nous en dire plus sur cet engagement.

Qui a crée la brigade des sapeurs-pompiers ?

Si dès l’Antiquité on trouve des groupes organisés pour lutter contre le feu, c’est en 1716 que le premier Corps des gardes-pompes de la ville de Paris est constitué. À la suite du grave incendie de l’ambassade d’Autriche en 1810, Napoléon Ier décide de confier aux militaires la lutte contre le Feu. C’est le Bataillon de sapeurs-pompiers de Paris qui deviendra Brigade le 1er mars 1967. Aujourd’hui, ses missions premières sont la lutte contre l’incendie, la prévention, le secours à la personne et le sauvetage.

Quels sont les différents statuts des pompiers ?

Il existe 3 statuts différents : le pompier militaire, engagé dans l’armée qui a intégré le corps des Pompiers de Paris ou des Marins Pompiers de Marseille; le pompier professionnel, assimilé à un fonctionnaire qui est recruté sur concours un peu comme les policiers; le pompier volontaire, qui n’est pas professionnel, donne de son temps libre pour la caserne et perçoit une indemnité pour son engagement.

Quelles sont les responsabilités d’un gradé comme vous ?

Les gradés supervisent les équipiers (les sapeurs). Parmi les gradés on trouve les chefs d’équipe (caporaux-chefs), les chefs d’agrès c’est-à-dire d’engins (sous-officiers) et enfin les chefs de colonne (sous-officiers supérieurs ou officiers). Sur une intervention, le rôle d’un sergent-chef (qui est un chef d’agrès) est d’appliquer la maxime « je vois, je fais, je demande ». Il arrive sur les lieux en premier, évalue la situation, prend les décisions d’urgence qui s’imposent et estime les renforts potentiels. Il doit donc être responsable de ses hommes, de ses actions et des renforts éventuels nécessaires pour mener à bien ces actions.

Quelles qualités attendez-vous de vos « recrues » ?

Une bonne recrue doit être fiable, motivée, volontaire et bien-sûr en bonne forme physique. Mais d’autres qualités sont nécessaires comme la confiance, l’esprit d’équipe, l’efficacité, l’évaluation de la prise de risque (les casse-coups sont plutôt un danger) et la maîtrise de sa peur.

Quelles sont les missions sur lesquelles vous vous sentez le plus utile ?

Les secours à personne sont clairement les missions les plus satisfaisantes. Elles sont aussi les plus nombreuses (80% de l’activité). Quand on arrive sur place on perçoit tout de suite la détresse humaine des personnes en état de choc et, juste après, le soulagement de voir les pompiers arriver et agir. Cependant, il ne faut pas négliger l’effet chez le pompier. Certaines interventions nécessitent un debriefing technique et surtout psychologique important car dans l’après-coup, certaines émotions non « travaillées » peuvent remonter et mettre à mal le pompier. Ce sont les sous-officiers qui se chargent de ces séances.

Que ressentez-vous quand la sirène retentit pour signifier un départ ?

Aujourd’hui, ce n’est plus la sirène qui retentit mais le bip. Mais cela ne change en rien la montée d’adrénaline que l’on ressent. Notre rythme cardiaque s’accélère, on réagit machinalement (on enfile sa tenue, on prend ses accessoires) car on est dans l’attente anxieuse de savoir pour quelle type d’intervention on vient d’être appelé. Tout au long du trajet qui nous amène sur les lieux de l’intervention, la tension est à son comble avec l’impatience d’agir.

Comment conciliez-vous vie privée, vie professionnelle et engagement chez les pompiers ?

C’est une question délicate pour les pompiers volontaires car leur engagement s’applique surtout pendant leur temps libre. Dans un couple par exemple, il faut qu’il y ait beaucoup de tolérance de la part de celle (ou celui!) qui reste à la maison, seul-e. L’arrivée des enfants peut changer la donne car ils ont besoin de passer du temps avec leurs deux parents. En contre-partie, partager sa vie avec quelqu’un qui sauve des vies peut aussi apporter beaucoup de satisfactions. Dans tous les cas, au moment de la Sainte Barbe (sainte patronne des pompiers), la caserne remercie toujours les épouses et leur famille pour leur patience et leur compréhension.

Quel est votre meilleur souvenir d’intervention ?

Tous les pompiers vous diront que c’est dans les missions de feu qu’ils se sentent pleinement accomplis. Nous sommes effectivement experts en la matière et ces missions demandent un travail physique et une spécificité qui nous est propre. Mais cette activité ne correspond qu’à 17% de nos interventions. Mon meilleur souvenir concerne donc un incendie. Une nuit on nous appelle pour un « feu domestique » au 3ème étage d’un immeuble. Arrivés sur les lieux, une épaisse fumée noire nous empêche d’entrer par la porte d’immeuble. On déploie la grande échelle à laquelle je monte rapidement. J’arrive à la fenêtre où un couple et son enfant de 5 ans attendent le secours. C’est le petit garçon de 5 ans que j’ai descendu par la grande échelle alors que le feu progressait. En fait, le sauvetage se fait très vite donc sur le moment on n’a pas le temps de se laisser aller à nos émotions. Mais après, une fois que le petit a été pris en charge par l’équipe médicalisée, que le feu a été maîtrisé et que chacun est rentré chez soi, on se laisse aller à une auto-satisfaction bien agréable. On s’autorise à être fier de soi.

Où avoir plus d’informations ?

Le mieux est de s’adresser à la caserne la plus proche de son domicile. En prenant rendez-vous avec le chef de centre, le jeune pourra obtenir toutes les informations nécessaires. Certains centres organisent des stages d’école de jeunes sapeurs, c’est un très bon début. Vous pouvez trouver toutes ces informations sur le site www.pompiersdefrance.org.

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 235 236.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)