Tu te sens triste, tu as des idées noires, tu subis des violences... Ce forum te permet de t’exprimer.
29 Sep 2013, 13:16
AventurierAventurier
  • Inscription : 04 Nov 2012, 12:26
  • Message(s) : 15

Depuis quand suis-je boulimique, je ne saurai vous répondre...
J'ai commencé il y a quelques années par des petites compulsions, puis ça a pris de l'ampleur.
J'ai 17 ans et je ne vis plus que pour ça. Elle m'aide à vivre, si je n'ai pas envie de manger, je n'ai envie de rien. J'y pense en me réveillant, la journée, en cours, je me pose la question "Qu'est ce que j'ai envie de manger, là maintenant ?", et des fois je me dis "Rien du tout", et je me sens terriblement vide. Le soir dans mon lit je pense avoir un minimum de répit mais non, elle est avec moi jusque dans mes rêves parfois... C'est une meilleure amie et une pire ennemie à la fois. Je la remercie et la hait souvent d'exister.
J'essaie de trouver des solutions pour ne pas abuser, mais la volonté n'existe jamais dans ces moments là.
Courage aux hyperphages, boulimiques vomisseuses ou non, anorexiques, à toutes celles qui ont des TCAs car au tout début je n'avais peur de rien, mais désormais je suis effrayée de vivre.

06 Oct 2013, 21:19
eniloap

Hey :) J'ai moi même été boulimique pendant trois ans. Je le suis encore plus ou moins, mais je suis guérie à... 75%, on va dire - que 75 puisque j'ai encore peur de rechuter. Je veux te donner de l'espoir puisque moi aussi, je ne pensais qu'à ça tout le temps, c'était une obsession ce truc. Je pensais que c'était mort, que je m'en sortirais jamais.
Peu importe ce que je faisais, à n'importe quel moment de ma vie (au réveil, à la douche, en cours..), je pensais à ça. Mais même lors de mes crises (environ tous les jours), je me demandais ce que je faisais, pourquoi je le faisais... etc. C'est comme si ce n'était plus moi qui contrôlait. Et oui la volonté ne sert à rien dans ces cas là.

Puis j'ai regardé une vidéo sur *****. Je ne sais pas si tu comprends bien l'anglais, mais cette fille m'a sauvée, alors tente quand même une compréhension:) *******************. En fait, l'impression de ne rien contrôler viendrait de l'instinct de survie primaire... Bref tout est expliqué dans la vidéo!
Et elle raconte comment elle s'en est sorti.

Je te conseille aussi de t'imprégnier de choses positive. Sur la plateforme ***********, la communauté des blogs "******" et "************** Rétablissement des troubles du comportement alimentaires) m'ont permis de me mettre de la positivité dans la tête (du genre "tu peux t'en sortir", de la motivation pour faire du sport et manger sainement et pleins de trucs colorés, de belles images, tout pour être bien déter à s'en sortir!).

Sinon, j'ai aussi modifié mon emploi du temps. Chaque repas est calculé. Je m'explique: le petit déjeuner est préparé à l'avance, je mange rapidement et en présence de ma mère; le midi, j'ai ma lunch box; le soir je mange en famille.
Mon point faible est: mes crises de boulimies, que l'an dernier, j'avais "l'habitude" d'avoir entre le moment où je rentrais de cours et le dîner. Cette année, je ne rentre pas pour goûter, j'emmène avec moi des amandes ou un fruit et j'enchaîne sur un baby-sitting de 17h à 19h.
En gros ma technique est de m'empêcher de me trouver seule en face à face avec de la nourriture, jusqu'à ce que je perde mon "reflexe" de crise de boulimie.
Et ça marche. Aujourd'hui par exemple, j'ai mangé seule et je n'avais pas envie de manger "correctement", donc j'ai mangé des trucs considéré comme "pas bons pour la santé" mais j'ai su m'arrêter. (pas très clair tout ça mais enfin bon haha)

Je me sens tellement mieux maintenant. Je SUIS DE NOUVEAU AMOUREUSE ahah! Cela faisait trois ans que ce n'était pas arrivé. En effet, pas assez de place dans mes pensées.
J'accepte mon corps, la nudité (lorsque je suis seule) ne me dérange plus. Mon esprit est beaucoup plus libre, j'ai beaucoup plus d'inspiration dans les domaines artistique. Je pense pouvoir parler du bonheur "en connaissance de cause". Je suis fière des progrès de mon corps. J'ai laissé tombé ce que j'appelle le 'stress des nombres': calories, kgs... Je peux parler à des gens que je ne connais pas. Je peux entièrement rire avec mes amis, sans avoir une partie de mon esprit qui pense à la nourriture.
C'est tellement bien, un sentiment de liberté tout compte fait.

Voilà. Sinon j'ai 16 ans et je suis en Tle ES. J'espère avoir pu t'aider.

BON COURAGE. TU PEUX T'EN SORTIR. Même si tu n'y crois plus.

Raccroche toi à ce(ux) que tu aimes. Sers-toi en comme un grapin qui te raccroche à la vie.

07 Oct 2013, 20:50
NoviceNovice
  • Inscription : 07 Oct 2013, 20:40
  • Message(s) : 1

Merci pour ton message!

Perso je suis à l'internat alors pour faire des crises vraiment "grosses" c'est pas possible, par contre quand je rentre le vendredi je chez moi en général... c'est foireux. Je fais déjà du sport depuis plus d'un an (course à pied), je mange bien pdt les repas le plus souvent possible (j'aimerai faire diététique après le bac mais j'ai l'impression que la bouffe me suit partout)

Qu'est ce que tu manges pdt une crise ? (Aliments et quantité)
Merci pour ton message, mais quand je vois mon ventre gonflé comme si j'étais enceinte... J'ai l'impression qu'il n'y a pas d'issue.
Je ne grossis pas vraiment, je ne vomis pas mais je n'ai pas de tendance à stocker et ça m'arrive de "compenser" (jeûne et sport) évidemment..

Retour vers Mal-être