Chat x

Notre service est ouvert du lundi au dimanche, de 9h à 22h.
Pour plus d'informations : www.filsantejeunes.com/tchat-individuel
Service fermé
Publié le , Modifié le 28 février 2014

Liés ou aliénés ?

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

image_pdfimage_print

liensLiens sociaux… indispensables !

Et si on commençait, une fois n’est pas coutume, par s’intéresser aux objets plutôt qu’aux personnes ? Un lien, c’est un objet qui permet d’attacher deux choses : deux objets, un objet et une personne ou deux personnes … Très vite, nous voilà du côté des êtres humains… Tout est lié ! Ici, d’ailleurs, c’est un lien logique, rationnel, c’est à dire qu’il permet de penser. Alors, essayons…

Ces liens non choisis mais nécessaires

Si nous sommes là, c’est que nous appartenons à une famille (quelle qu’elle soit), que nous avons des parents au sens large. Autrement dit, des liens sont nécessairement établis entre père, mère, enfants… Ces liens sont de nature différente et nous sont imposés : on ne peut pas choisir son père ou sa mère, ni ses frères et sœurs. Il faut donc « faire avec ». Ainsi, sur ces bases, nous sommes contraints d’établir des rapports avec les uns et les autres : tantôt agréables, tantôt désagréables…
Par ailleurs, l’homme étant un être social par nature, nous établissons des rapports avec d’autres personnes : les liens d’amitié se tissent, évoluent, se consolident ou se rompent parfois…
Tous ces liens constituent également notre histoire, et sont la base de notre identité.

Le choix de se lier à une personne ou à un groupe

En dehors des liens qu’on ne choisit pas, on peut aussi choisir de s’engager auprès d’une personne (comme dans le mariage par exemple), ou au sein d’un groupe (une association dont on devient membre). Dans ce cas, cet engagement est libre et effectué dans un intérêt commun : je fais du bien et je me fais du bien ; je suis heureux et je rends heureux. Le lien ainsi établi et les relations qui en résultent sont agréables et contribuent à mon bonheur.
Ainsi, ici, on se lie, on s’attache volontairement mais on peut toujours reprendre sa liberté si on estime ne plus être heureux au sein du couple ou du groupe.
Mais au fait, en est-il toujours ainsi ? Les choses sont-elles toujours aussi simples ?

Du lien à l’aliénation

Les relations interpersonnelles sont parfois complexes et ambiguës : ainsi, on peut parfois accepter beaucoup de choses, répondre à beaucoup d’exigences émanant du groupe auquel on appartient ou de la personne dont on est amoureux. Mais, si l’on accepte trop, si l’on n’est pas capable de dire non, on peut se mettre en difficultés : par exemple, on ne couche pas avec son copain parce qu’il menace de rompre, sinon on se soumet à sa volonté, on perd sa liberté. Si l’autre décide à ma place, je risque de devenir son objet, de devenir autre, d’être aliéné. Cela veut dire que je risque de devenir ce que l’autre désire que je devienne. C’est ça être aliéné : devenir ce que je ne suis pas au fond, à cause de ma dépendance à l’autre, au point même de ne plus me reconnaître et d’en souffrir.

De la relation oui, de l’aliénation non : alors, restez vigilants.

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 235 236.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)