Chat x

Notre service est ouvert du lundi au dimanche, de 9h à 22h. Clique sur le bouton ci-dessous pour chatter avec nous.
Pour plus d'informations : www.filsantejeunes.com/tchat-individuel
Chat' avec nous ...
Publié le , Modifié le 26 juin 2018

Schizo-affectif

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

image_pdfimage_print

Bonjour bonsoir, j’aimerais vous parler d’un sujet qui me tiens à coeur, qu’est la maladie mentale de la schizophrénie et de la bipolarité. J’ai été diagnostiqué schizo-affective, une maladie qui regroupe la pathologie schizophrène et bipolaire.
J’ai été diagnostiqué à l’âge de 17 ans, pendant que j’étais en hôpital psychiatrique.
Pourquoi j’y suis allée ?
A 16 ans, fin septembre, je suis allez voir l’infirmière de mon lycée pour lui parler de mes saute d’humeurs et de mes nombreuses tentatives de suicide (4 en 1 mois). Mes sautes d’humeurs je les ai eu à partir de mes 14 ans; je passais de l’euphorie à la dépression des plus totales, en quelque minutes et ces phases duraient quelques heures, jours ou semaine, pas plus.
Quand je suis allée voir l’infirmière, j’étais en mode dépression, elle était donc inquiète et m’a emmené aux urgences pour que je vois quelqu’un; j’ai attendu tout l’après-midi à passer des test (électro cardiogramme, prise de sang) pour enfin voir un psychiatre. Enfin UNE psychiatre, très gentille. Elle m’a posé des questions du genre “combien de temps durent ces phases d’euphorie et de dépression ?” “comment vous sentez vous dans chaque phases ?” “il y a des gens avec les mêmes problèmes dans votre famille ?”
A la fin de l’entretien, elle m’a proposé de m’interner en hôpital psychiatrique pour me soigner. J’ai accepté, car je voulais être aidé et me faire soigner car j’en avais marre de toujours mettre ma vie en jeu sur un coup de tête.

L’hôpital psychiatrique, c’est pas aussi horrible que ça en a l’air. Au contraire, c’est même bien et ça repose. Bon, on est constamment enfermé, et puis on fréquente des gens avec des pathologies différentes et plus ou moins grave sans qu’on le veuille. On mélange les dépressifs avec les schizophrène par exemple !

Récemment, j’ai eu une bouffée délirante. Une bouffée délirante, c’est une instabilité de l’humeur avec des délires et voire des hallucinations. Mon délire était que des caméras étaient installés dans chaque salle et qu’elle me regardait, me filmait, et les gens derrière ces caméras se moquait de moi. J’étais constamment angoissé, je me sentais constamment observé et jugé. J’ai été ré-hospitaliser.

Et encore plus récemment, je me suis rendu compte que j’entendais des voix. Des voix interne, car il y a des voix internes et externes. Les internes, c’est comme si on entendait nos propre pensées mais qui ne sont pas les notre; les voix externes, on les entends comme si quelqu’un nous parlait. Bref, moi j’entendais des pensées qui n’étaient pas les miennes. Au début je pensais qu’on manipulait mon esprit, qu’une entité démoniaque avait prit le contrôle de mon corps (encore un délire…) et s’amusait à me tourmenter !
Ces voix m’insultait, ou me disait de frapper les autres, de tomber dans les escaliers, de pousser quelqu’un, ou elles disent “grosse vache” quand je regarde quelqu’un, ou elles me disent que cette personne me veux du mal et qu’elle va me tuer.
Ma psychiatre m’a donc diagnostiqué schizophrène, en plus du diagnostic bipolaire que j’ai (enfin cyclothymique)

C’est assez dur à vivre au quotidien; entre les sautes d’humeurs constante, les dépressions à répétition, les voix dans la tête qui nous disent de nous pendre ou de s’ouvrir les veines, même quand on est de bonne humeur, c’est pas facile du tout, c’est fatiguant et parfois j’ai envie d’en finir pour ne plus entendre ces voix.

C’est tout ce que j’avais à dire, bonne journée/soirée.

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

2 réflexions au sujet de « Schizo-affectif »

  1. Bonjour, j’ai été diagnostiqué comme toi mais quand j’étais enceinte j’ai du rester 3 mois a l’hôpital et vivre 6 mois avec ma mère après l’accouchement. Je prends des médicaments et je suis suivi par une équipe de psychiatre je dois aussi faire attention au stress car les pensées délirante peuvent revenir plus facilement a cause de ca. Je pense que je vais prendre des médicaments toute ma vie et être suivi mais j’ai l’impression que ça m’a vraiment sauvé la vie et j’ai eu de la chance dans ma malchance.

    j'aime

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 235 236.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)