Répondre à : R*****

#22970
PoussièreSurUnPlan
Participant

Salut Émilie,
En fait, j’ai été prevenu•e, mais seulement après avoir parler. La psychiatre m’a demandé ce dont je l’autorisais à parler à ma mère. Je lui ai dit de ne rien parler. Et là, elle m’a répondu que ce n’était pas possible et qu’elle était obligée de parler des scarifications, de mes idées suicidaires et de la voix dans ma tête (même si je ne l’ai plus en ce moment). Alors elle en a parler à ma mère, et j’ai dit à la psy que je la hais.
Aussi, je vais être obligé•e de retourner la voir, parce qu’il faut qu’elle voit si les médocs sont adaptés. Mais je ne les prendrais pas, donc elle perd son temps.

Bouton retour en haut de la page