Répondre à : Non-binarité

#23485
PoussièreSurUnPlan
Participant

Salut,
Pour l’hospitalisation, je commence à me demander si ce n’est pas une bonne solution, mais ça m’eloignerais de mes amies, je n’aurais plus accès à mon téléphone, et surtout je serais surveillé•e et ne pourrais plus me scarifier.
Oui, espérons.
Pour tes parents, si ne te sens pas prêt•e, je te conseilles d’attendre le bon moment, ça viendra.
Si tu es resté•e en contact avec ton amie, tu peux toujours essayer de la retrouver dans un parc ou quelque part pour discuter. Si tu n’es pas resté•e en contact, tu peux essayer de la recontactée (même si ça peut être dur si tu es timide) (il y a beaucoup de « si » dans ce paragraphe). Pour tes profs, c’est vrai que ça peut remonter aux parents, mais peut-être que comme ça iels comprendront et tu pourras leur expliquer après ?
Aussi, y a-t-il un•e infirmier•ère ou psychologue dans ton lycée ? Iels sont obligé•e•s de garder tout secret (à part si ça te mets en danger de mort) grâce au secret médical.
Je comprends, l’automutilation peut être dure à arrêtée si c’est devenu une addiction ou que tu en as besoin. En théorie, si tes problèmes sont résolus, tu finiras par arrêter de te scarifier.
Je ne sais pas si j’ai envie d’arrêter de me scarifier, c’est un peu le bordel dans ma tête.
Je suis là si tu veux discuter et/ou te confier
Bonne journée
PoussièreSurUnPlan

Bouton retour en haut de la page