Répondre à : La vingtaine et perdue comme jamais…

#25099
Lostmind

Salut à toi,

Je voulais te dire déjà merci pour ton témoignage prcq je me sens moins seule… Je suis aussi dans la vingtaine, aux études supp et pourtant je ne me sens pas légitime et motivée d’être là. Mon sentiment est bizarre car je trouve mes études intéressantes (je suis en psychologie) mais je ne m’y mets pas vraiment à fond. En dehors de celles-ci, j’ai souvent des envies de faire beaucoup de choses au fond de moi mais je me décourage assez rapidement souvent emparée par la flemme. D’ailleurs ma réputation est toute faite dans mon entourage, je suis fénéante aux yeux de ma famille et à force de recevoir ce genre de remarque, je finis par y croire… Mais au fond de moi, je sais qu’ils n’ont pas raison sauf que je ne trouve pas la force, l’ambition, la « niak » comme on dit. J’ai souvent l impression de faire les choses parce qu il faut bien et de manière un peu robotique comme si je subissais ma vie tout simplement prcq je ne sais pas ce qui pourrait m’épanouir réellement. J’ai choisi ces études là car je sais faire preuve d’une réel écoute active mais en dehors de cela, je ne sais pas vraiment ce qui m’intéresse passionnément. Je m’interesse vite et me lasse aussitôt, je culpabilise comme toi d avoir cette espèce de flemme… d’avoir l impression de n avoir rien à partager de réellement intéressant. D’ailleurs, je n’aime pas beaucoup parler de moi ni même de mes goûts, j ai l impression que beaucoup de choses me sont égales et en même temps je sais que c est un mode de défense car en réalité j ai peur de beaucoup de choses; Du monde adulte, des projets, de l ambition…La plupart des jeunes de notre âge ont de l’ambition et c est apparemment normal mais moi ça me fait peur, rien que le mot je le trouve effrayant… Je ne sais pas toi mais j’en arrive à
jalouser les autres jeunes qui ont l’air heureux, je les méprises même (dans ma tête). Cependant, si je peux te donner un petit conseil qui moi m’a quand-même aidé à comprendre certains points/mécanismes, ce serait d’aller voir un psy pour parler de tes traumatismes car ils sont très souvent la source de bloquage dans la vie de quelqu’un. Tu penses les avoir oubliés mais c’est souvent prcq ils étaient trop violents que ton conscient a fait en sorte de les enfouir dans ton inconscient. Un psy pourrait vraiment te permettre de les débloquer et de comprendre au moins l’origine de ton apathie. Après pour le reste courage, comme tu l’as lu je te comprends tellement…

Bouton retour en haut de la page