La vingtaine et perdue comme jamais…

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Messages
  • #24362 Répondre
    RedStone

    Bonjour,

    Je viens écrire ici dans l’espoir de trouver des cas similaires au mien ou du moins des personnes qui pourraient me comprendre… Ne cherchez pas à me donner des solutions toutes faites ou des phrases positives, ça ne marche pas chez moi. Je cherche juste à comprendre pourquoi je suis comme ça, peut-être à mettre des mots…

    Alors voilà, j’ai plus de 20 ans et je n’ai jamais travaillé de ma vie, jamais été en couple, j’ai arrêté les études après avoir obtenu le bac et je culpabilise, culpabilise, culpabilise chaque heure de chaque jour… Je ne fais quasiment rien de mes journées et le pire, c’est que ça ne me fait même pas réagir. Je glande et je culpabilise, c’est un cercle vicieux. De plus, je vis dans l’angoisse, dans une peur permanente de l’avenir, je ne m’aime pas, je suis timide, je pense trop au passé et je m’y réfugie même. Je suis coincée dans ma vie comme dans ma tête. À l’intérieur, c’est comme si j’étais encore adolescente, je ne veux pas vivre une vie d’adulte ennuyeuse avec la « joie » de se lever tôt, de travailler toujours au même endroit 35h par semaine et d’avoir en permanence peur du patron ou des collègues…
    Je n’arrive même plus à me projeter dans l’avenir tellement j’ai l’impression qu’il est foutu. Ce sont des rêves qui ne se réaliseront jamais…sauf si t’as de l’argent.
    Je passe souvent par des moments soit d’euphorie, où je me sens belle, forte et où rien ne peut m’arrêter soit par des moments de profonde tristesse (ils sont là 80 % du temps) où je me sens plus bas que terre et où je pense à des méthodes de suicide. J’ai des hallucinations la nuit, je fais des cauchemars. J’ai aussi le sentiment permanent d’avoir été traumatisée une ou plusieurs fois dans mon enfance mais impossible de trouver de quoi il s’agit. Je ne comprends pas ce que je ressens , je ne me comprends pas.
    Les gens peuvent me blesser très vite et me rendre très mal en une seconde du coup, je perds davantage confiance en moi. Aussi, on ne me comprend pas beaucoup. On m’a plusieurs fois fait remarqué que j’étais bizarre, pas commune.
    Cela fait plusieurs années que j’essaie de lutter avec la vie et le temps mais plus le temps passe, plus je me sens encore plus mal car je sais qu’à mon âge, on est sensé avoir une vie bien remplie…
    Je me sens très mal. Je n’ai plus d’espoir. Je déteste ce monde, cette société, encore plus depuis que le gouvernement a pris les reines du covid. Ce monde est profondément injuste, privilégie les gens beaux, puissants et riches et le reste…aux oubliettes !
    Si seulement la mort était indolore…
    J’en ai juste marre.

    #24364 Répondre
    Enzo4834

    J’ai à peu près le même âge que toi mais tout de différents je te conseillerai de faire des activités qui pourraient te plaire et pk pas te lancer dans une formation qui pourrait te plaire pour que tu es des diplôme.

    J’ai l’impression aussi que peut de personnes t’encourage et t’aide t’as des amis ? T’en parle à ta famille ?

    Ensuite je pense pas que tu sois la seule dans tonn cas mais ne rien faire de tes journée c’est pas le top sortir un peu te changer les idées ça pourrait te faire du bien.

    Si t’as besoin d’en reparler ça me gène pas de t’aider j’espère juste que tu vas te braquée et trouver nul ce que je te dirais sinon j’espère que mon message va te donne un peu d’espoir

    #24899 Répondre
    Nonam

    Je suis dans le même cas que toi j’ai également la vingtaine ces la première fois que je voit quelqu’un qui ressent se que je ressent, avoir un patron,des collègues ce n’est pas fait pour moi, j’ai aussi plus rien fait depuis le bac je suis bloqué dans une spirale, avec aucune idée de quoi faire de ma vie

    #24921 Répondre
    Merdeeuhh
    Participant

    Je comprend ce que tu ressens, dans la globalité.. J’ai pas encore la 20 aine, et j’espère bien ne pas l’avoir mais je ressens les choses de la même manière, par rapport au passé, au boulot, aux autres, etc. Je ne sais plus quoi faire, je n’arrive pas à me suicider pour la seule raison que je sais que c’est pas mon réel souhait, mais je ne peux pas m’en sortir non plus, j’ai passé presque 5 ans à cogiter sur tout et rien car je me sentais et je me sens toujours mal, et je sais après ça que rien ne me sauvera, rien de possible.. J’ai tellement rien fait de ma vie que j’ai l’impression d’être bloqué à mes 12 ans, d’avoir raté la seule époque de ma vie que je pouvais trouver bien et intéressante, l’adolescence, l’âge adulte est loin de m’intéresser, surtout quand tu n’as pas réussi à te construire durant la période cruciale qu’est l’adolescence.. C’est infâme.. Enfin on est pas là pour parler de moi mais c’est pour donner un ordre d’idées.
    Le problème du coup c’est qu’on ne peut que se plaindre entre nous et on ne peut pas s’aider.. 🙁 Mais sache que je perçois un bon nombre des douleurs que tu dois ressentir, et j’imagine que t’es loin d’avoir tout dit.. C’est horrible que certains puissent se sentir si bien et d’autres l’exact opposé, voir pire.. Et je ne sais pas pour toi, mais j’imagine que comme moi tu crois «  »mériter » » ça, enfin, d’un point de vue politiquement correct j’veux dire. Enfin bref.. Je sais pas trop quoi dire, si jamais tu veux parler bah tant que je suis encore de ce monde je suis libre, j’ai rien à faire :/
    Mon numéro : *****

    #24933 Répondre
    Billie_l
    Participant

    Hey !
    Je suis à peu près comme toi, j’ai 20 ans (bientôt 21) et je n’arrive pas à me projeter, à réellement vivre ma vie. Je me sens assez seule et déprimée.
    J’ai peur de l’avenir et je ne fais que ressasser le passé. Mes journées se ressemblent, je ne fais pas grand chose, je n’arrive pas à occuper mes journées.
    Si tu as besoin de parler de tout ça avec quelqu’un, n’hésite pas je suis là

    #25050 Répondre
    RedStone

    Bonjour à tous,
    Déjà, je voudrais tous vous remercier pour vos réponses mais surtout d’avoir voulu vous exprimer. On se sent moins seul quand quelqu’un d’autre nous comprends…
    Comme l’a dit l’un•e d’entre vous, je n’ai effectivement pas tout dit dans mon topic. Si j’étalais l’intégralité du fond de ma pensée, alors je monopoliserais tout le forum…

    Pour vous donner de mes nouvelles, je vais encore plus mal qu’avant et les pensées suicidaires sont comme des menaces dans ma tête. Je sais que je ne vais pas passer à l’acte pour la même raison que l’un•e de vous a dit. Mais je sais que si je sombrais dans une folie tout d’un coup, le coup serait fatal.
    Je souffre énormément et en même temps, l’apathie me fait croire que c’est en restant coincée que je survivrai…

    J’ai juste une chose à dire, ça résume ce que je ressens : JE SOUFFRE.

    #25099 Répondre
    Lostmind

    Salut à toi,

    Je voulais te dire déjà merci pour ton témoignage prcq je me sens moins seule… Je suis aussi dans la vingtaine, aux études supp et pourtant je ne me sens pas légitime et motivée d’être là. Mon sentiment est bizarre car je trouve mes études intéressantes (je suis en psychologie) mais je ne m’y mets pas vraiment à fond. En dehors de celles-ci, j’ai souvent des envies de faire beaucoup de choses au fond de moi mais je me décourage assez rapidement souvent emparée par la flemme. D’ailleurs ma réputation est toute faite dans mon entourage, je suis fénéante aux yeux de ma famille et à force de recevoir ce genre de remarque, je finis par y croire… Mais au fond de moi, je sais qu’ils n’ont pas raison sauf que je ne trouve pas la force, l’ambition, la « niak » comme on dit. J’ai souvent l impression de faire les choses parce qu il faut bien et de manière un peu robotique comme si je subissais ma vie tout simplement prcq je ne sais pas ce qui pourrait m’épanouir réellement. J’ai choisi ces études là car je sais faire preuve d’une réel écoute active mais en dehors de cela, je ne sais pas vraiment ce qui m’intéresse passionnément. Je m’interesse vite et me lasse aussitôt, je culpabilise comme toi d avoir cette espèce de flemme… d’avoir l impression de n avoir rien à partager de réellement intéressant. D’ailleurs, je n’aime pas beaucoup parler de moi ni même de mes goûts, j ai l impression que beaucoup de choses me sont égales et en même temps je sais que c est un mode de défense car en réalité j ai peur de beaucoup de choses; Du monde adulte, des projets, de l ambition…La plupart des jeunes de notre âge ont de l’ambition et c est apparemment normal mais moi ça me fait peur, rien que le mot je le trouve effrayant… Je ne sais pas toi mais j’en arrive à
    jalouser les autres jeunes qui ont l’air heureux, je les méprises même (dans ma tête). Cependant, si je peux te donner un petit conseil qui moi m’a quand-même aidé à comprendre certains points/mécanismes, ce serait d’aller voir un psy pour parler de tes traumatismes car ils sont très souvent la source de bloquage dans la vie de quelqu’un. Tu penses les avoir oubliés mais c’est souvent prcq ils étaient trop violents que ton conscient a fait en sorte de les enfouir dans ton inconscient. Un psy pourrait vraiment te permettre de les débloquer et de comprendre au moins l’origine de ton apathie. Après pour le reste courage, comme tu l’as lu je te comprends tellement…

    #25273 Répondre
    RedStone

    Bonjour Lostmind et les autres,
    Alors, pour te répondre, Lostmind, je te comprends dans de nombreux points. Moi aussi, j’en arrive à jalouser certains qui semblent si « heureux » de leurs vies pleines de projets si valorisants. Mais je peux être ambitieuse aussi, étant quelqu’un de passionné, quand je suis sur quelque chose, j’ai tendance à ne pas lâcher et à y mettre toutes mes tripes.
    Or, voilà, ça fait plus de 3 ans que je traîne tristesse, désespoir, pessimisme et mauvaise estime de moi, surtout de mon physique. J’ai le sentiment d’être un échec et que mon futur est un échec. D’un côté, je ne me bouge pas parce que je pense : à quoi bon ? À quoi bon me bouger si c’est pour re-pleurer à tout va tellement tant de choses m’angoissent et accentuent mes idées de mort ?
    Tout à l’heure, mes parents m’ont fait comprendre que je devrais me bouger, trouver du travail, mais en réponse, sans le vouloir, je me suis mise à pleurer. Si seulement je pouvais dire tout haut ce que je pense tout bas ! Mais comme d’habitude, je ne dis rien. Parce que j’ai terriblement honte de moi. Et que si je m’exprime, je risque de pleurer encore et encore et de faire une crise d’angoisse. Ma mère se mettrait à paniquer en me voyant ainsi et je ne veux pas qu’elle se fasse du soucis.
    Personne n’imagine à quel point je me sens coincée, comme s’il n’y avait aucune issue de secours. Il ne reste que mes yeux pour pleurer.

    J’ai déjà consulté une psychologue mais étant donné que les séances ne duraient qu’une demie-heure et qu’elles avaient lieu 1 fois par mois ou tous les 2 mois, ce n’était pas suffisant pour moi, pour m’exprimer vraiment, dire ce que j’ai sur le cœur, car j’ai besoin de temps pour lâcher à l’oral.

    Je sais que beaucoup de monde me trouve excessive, « pas normale », etc… Donc personne ne me comprend. Et ça m’enfonce encore plus.

    Plus rien ne me motive. Tout n’est que du vent. Dans ma tête, la vie est morte.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
Répondre à : La vingtaine et perdue comme jamais…
Vos informations :




:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 


<a href="" title="" rel="" target=""> <blockquote cite=""> <code> <pre class=""> <em> <strong> <del datetime="" cite=""> <ins datetime="" cite=""> <ul> <ol start=""> <li> <img src="" border="" alt="" height="" width="">

Bouton retour en haut de la page