Répondre à : Je n’ai plus envie de vivre

#25879
feedle
Participant

Salut,

Merci pour ta réponse. C’est vrai que je ne cherche pas à être consolé, je cherche des solutions pour m’en sortir, avec le mince espoir qu’il reste une autre solution que la mort.
Je sais pas s’il existe des médicaments contre les crises d’angoisse (c’est surtout dans ces moments où j’ai des envies suicidaires), mais s’il y en a, j’aimerais les essayer, pour ne calmer ne serait-ce qu’une seule fois mon cerveau pourri qui fonctionne à 100 à l’heure h24.
C’est vrai, je n’ai jamais eu d’entourage social proche. Ma famille, je crois que j’ai déjà très bien résumé la situation. Pour ce qui est de mes amis, ils se comptent sur les doigts d’une main. Je n’ai jamais fait partie d’un « groupe d’amis » à l’école, au collège ou au lycée, mais j’ai plutôt eu quelques amis éparpillés à droite à gauche dans différentes classes ou différents groupes. Et mes seuls amis ont toujours été des gens bizarres, différents ou atypiques aux yeux de la société. Des gens comme moi quoi. Le problème, c’est que le fait qu’ils aient toujours été éparpillés m’a empêché d’avoir un entourage stable et durable. Depuis le début du lycée jusqu’à mes études supérieures, je n’ai jamais été plus de deux ans dans le même établissement (là je suis en troisième année de bachelor dans mon école donc pour la première fois en 7 ans je viens de briser cette « règle ». Et un autre problème que j’ai, c’est qu’à chaque fois que je change d’établissement, je perds contact avec mes amis. Avec certains j’arrive à rester en contact mieux que d’autres, mais pour la majorité, c’est silence radio. Tous, sans exception, ne m’ont jamais recontacté par eux-mêmes, alors qu’on se suit tous sur les réseaux sociaux. A chaque fois que j’ai revu des amis, ça a toujours été de mon initiative. Du coup, même si à chaque retrouvailles on passe un bon moment, j’ai l’impression d’avoir été oublié, que les gens se disent « ah oui, c’est vrai qu’il existe, lui » et que peut-être qu’ils ne me considéraient même pas comme un ami. D’ailleurs, à chaque nouveau truc que j’organise, ils sont de moins en moins nombreux à venir. Alors tu vas peut-être me dire « oui, mais c’est normal que chacun parte de son côté au bout d’un moment », mais j’ai l’impression que eux arrivent à rester en contact avec leurs anciens potes. A tous les nouvel ans, je ne suis jamais invité à une soirée (j’ai fait que 2 soirées de nouvel ans dans ma vie), alors que les autres organisent tous quelque chose avec leurs anciens potes, surtout ceux du lycée. Pour ma part, le lycée à été une de mes périodes de ma vie la plus pourrie en termes de relations avec les gens et de réputation (si on se fait harceler par le groupe le plus populaire, et que c’est eux qui diffusent dans tout le lycée leur version des fait, c’est pas facile de se trouver des amis). S’il faut vraiment briser ma situation et ma perception de la réalité, alors je ne sais pas comment faire.

Je n’ai pas envie d’arrêter mes études maintenant. Il ne me reste qu’un seul semestre avant la fin. Si j’arrête maintenant, je m’en voudrais à mort, et je me passerais ma vie à me demander ce qui se serait passé si j’avais continué. Mais il y a autre chose qui m’inquiète: le monde du travail. J’ai toujours voulu faire les études les plus longues possibles, officiellement pour apprendre le plus de trucs, et officieusement pour rester étudiant le plus longtemps possible. Hors stages, je n’ai jamais travaillé de ma vie, et mes parents me font la pression pour que je trouve un travail cet été. Sauf que dans mon domaine (l’architecture du paysage), les entreprises ne prennent pas d’employés pour seulement 2 mois, parce qu’elles travaillent sur des projets qui durent entre 6 mois et plusieurs années, ils ont pas besoin d’un gars qui reste deux mois puis qui se barre. J’ai essayé de trouver un compromis en leur disant que je chercherai un travail si je ne trouve pas d’entreprises pour faire mon master en alternance. Mais j’ai peur. J’ai peur de pas trouver d’entreprise, j’ai peur qu’ils vont me mettre la pression pour que je fasse un travail que je n’ai pas envie de faire genre ***** ou chantier. J’ai peur que si je rate mes études et que je ne trouve pas de travail ils me mettent à la porte et arrêtent de me payer le loyer de mon studio étudiant. Je suis complètement dépendant financièrement, et j’ai l’impression qu’avec tout ce que mes parents ont dépensé ils attendent un retour sur investissement. Donc le scénario où je me fais virer de la maison est de plus en plus réaliste.
Le problème avec mes parents, c’est que je ne sais jamais quand ils sont sérieux ou non avec leurs menaces. En fait, j’ai l’impression de ne jamais avoir eu ma place ici. Quand je vois mes parents avec mes deux frères, ils ont l’air d’être beaucoup plus harmonieux, naturels, unis… comme une vrai famille. Moi, j’ai l’impression d’être un intrus, de ne pas avoir ma place parmi eux. En fait, je n’ai jamais eu l’impression d’avoir ma place où que ce soit.

A ce stade je ne sais plus quoi faire. Je n’ai plus l’impression de contrôler quoi que ce soit dans ma vie. Il faut que je mette la main sur ces médicaments, où alors que je trouve un sens à ma vie de merde

encore merci pour ton message

feedle

Bouton retour en haut de la page