Répondre à : La vie s’acharne et moi j’abandonne.

#37578
jpp

    suite ( j’ai pas fait exprès)
    du coup oui elle m’a forcer à raconter encore des détails de mes agressions et un moment elle a dit que ce n’était pas possible. Normalement elle ne pouvait pas me demander des détails surtout en présence de mon assistant familial alors qu’il y a une enquête.
    Bref elle était froide antipathique et me jugeait fort.
    Je me suis sentie comme une merde et je le ressens encore je me sens coupable tout ce qu’elle m’a dit tourne en boucle dans ma tête.
    Tout ça pour que à la fin elle me demande si j’avais eu des relations sexuelles avant les viols et que je réponde oui (je n’en ai eu qu’une seule) et qu’elle se permette de faire une remarque comme quoi « oh bah tu savais/sais ce que c’était/c’est donc une relations sexuelles à ce moment. »
    Je suis perdue encore une fois. Je l’ai dit et mon assistant familial aussi et les policier était choquer car ce n’était pas du tout normal ce qu’elle m’a fait dire par rapport à l’enquête et surtout ces remarques. Je ne sais pas ce qu’ils vont faire mais ce qu’elle a dit m’a encore plus détruit (comme si je ne l’étais pas assez).
    Je ne sais plus si c’est de ma faute pour mon père et si j’étais effectivement assez grande pour me débattre hurler ou en parler tout de suite après.
    Mais ne suis-je pas encore une enfant ?
    Pourquoi me dire toutes ces choses horribles?

    Bouton retour en haut de la page