Répondre à : Je n’arrive pas à m’exprimer

#41029
anonyme

    Coucou, merci d’avance pour ton message, cela me touche énormément.

    Oui, comme tu l’as deviné je suis hypersensible et comme tu dis on ne peut que s’habituer à vivre avec malgré le poids que cette partie de nous prend dans nos vies. Néanmoins, j’ai l’impression que quelque chose d’autre cloche chez moi, quand les choses deviennent « trop » il m’arrive d’avoir des pensées à ne pas avoir, parfois je suffoque tellement mes angoisses m’accablent. Je sais que je devrais voir une psychologue, depuis un moment même, je souffre depuis mes neuf ans, soit huit ans de souffrances et les choses ne semblent pas s’arranger. J’arrive à rester stable car j’ai une raison de vivre, j’ai ce bonheur que certains n’ont pas, mais il y a toujours cette partie de moi immergé dans les profondeurs d’un iceberg, vois-tu ? En conclusion, depuis quelque temps cette partie de moi me submerge avec des angoisses persistantes, je n’arrive plus à me contrôler seule ou face aux autres. J’ai peur de me perdre dans ce second moi … Je perds ma confiance en moi, il m’arrive souvent de me détester, d’avoir l’impression d’être une tâche parmi tout ce spectacle.

    Mes crises existentielles sont aussi, je pense le fruit de mon manque de confiance en moi. J’ai toujours pensé être unique mais finalement j’ai réalisé qu’on était tous les même et que donc j’étais comme tout le monde. J’ai peur de seulement exister, j’ai ce besoin au fond de moi de me distinguer des autres, de vivre. Alors j’angoisse d’échouer, et lorsque j’échoue mon cerveau m’insulte, il est comme un démon et je finis par me détester. Mon esprit est une vraie torture dans ces moments-là. J’ai l’impression que mon histoire est gâché. J’ai peur de m’effacer.

    Je suis désolé que la vie ne t’ai pas fait de cadeau, la vie n’est facile pour personne mais certains ont plus de chance que d’autres. Albert Camus dit qu’il n’y a que des privilégiés, je pense qu’il a raison, on ne choisit pas qui on est, mais malgré tout n’oublie pas que tu as une force en toi que beaucoup n’ont pas, sois fier de qui tu es, du chemin que tu as parcourue car très peu serait arrivé là où tu en ais aujourd’hui. Le monde est moche alors cherche la beauté ou tu pensais ne jamais la trouvée. S’il y a bien une chose que j’ai appris, même si la vie c’est comporté en une réelle salo** avec moi, il a des choses qui me coupent le souffle, qui m’émerveille chaque jour et me rappelle que j’ai bien fait de ne pas effacer mon existence dans la passé. C’est un chemin long d’accès, qui te fait désespérer mais crois moi il existe. Je ne suis pas croyante mais depuis mes neuf ans j’ai toujours continué malgré les peines que j’ai eu en pensant qu’un espoir arriverait dans ma vie parce que je le méritais après tout ces coups de poignards dans le coeur. On saignera toujours, nos cicatrices ne partiront pas avec le temps mais la vie t’offrira un jour un bonheur infini. Je te le souhaite. (:

    Bouton retour en haut de la page