“Parler de ses peines, c’est déjà se consoler”. Le suicide, et moi.

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • #47549 Répondre
    Skyracss
    Participant

      Bonjour/bonsoir,
      Je vais essayer de vous raconter mon histoire sans que cela soit très long.

      Je suis une fille, j’ai bientôt 15 ans, et depuis petite j’essaie de SURvivre. Oui, depuis enfant, et pourquoi cela? J’essaie de survivre à cause de plusieurs raisons, les voici :

      La 1ère : abandon de mon père, mais je n’en suis pas véritablement touchée à 5 ans.
      La 2ème : abus sexuel, VOIRE (peut-être) un viol par on grand-frère, quand j’avais entre 3/4 ans à 8 ans. Je ne saurai vous le mettre dans la chronologie exact.
      La 3ème : une “mère” qui ne s’est jamais occupée de moi.
      La 4ème : raison que je pourrais mettre en 1ère place, maladie : dysfonctionnement de la thyroïde qui fait que je suis sois en hypothyroïdie, soit en hyper.
      Une 5ème raison s’ajoute : ma “mère” me rejette, et me “déteste”, mais ça m’atteint pas tout comme la 3ème raison.

      En parlant de la 4ème raison, on a appris que ma maladie avait “muté”, (façon de parler).

      Depuis que j’ai 10/11 ans, je me scarifie, je ne pensais presque jamais au suicide, voire jamais. Quand j’ai eu mes 13 ans, la scarification était de plus en plus présente dans mon quotidien (presque tous les jours, alors qu’avant j’en étais à une fois par semaine, ou une fois toutes les deux semaines). Au collège, j’avais énormément de rapports, et d’heures de colle, malgré cela, j’ai toujours eu de bonnes notes : 14/15 de moyenne générale sans rien faire, et ce, depuis 6ème. Personne n’a rien remarqué, alors que j’avais l’avant-bras gauche complétement amoché, on pourrait même dire que je le disséquais. J’en ai parlé à un ami qui était dans ma classe. Puis, l’année d’après, à une adulte.

      Hélas, ma “mère” l’a aussi su, car j’avais laissé mon ordinateur ouvert avec une vidéo qui tournait, et mon frère a regardé mes messages, et justement, j’en parlais. Bref, ils ont vu les messages, et photos, et le lendemain, ils m’ont obligée à aller voir notre médecin traitant que je connais depuis mes 8/9 ans. Arrivées là-bas, ma “mère” en parle, et me dit : “Montre-lui ton bras GAUCHE.” Je leur ai dit que je m’étais fait ça en tombant d’un mur, ce qui était vraiment vrai quand elle a vu quelques petites égratignures, car mes scarifications n’étaient que des cicatrices. Et, le médecin m’a dit que c’était faux, et qu’elle avait fait 10 ans d’études, donc elle savait bien ce que c’était. Et puis, elle me demande de lui montrer mes cuisses, mais comme je suis pudique, bah, je voulais pas trop. Mais, je n’avais rien dessus. Elle a cru que j’en avais, mais c’étaient des vergetures, ou des varices, enfin bon. Ma “mère” sort de la salle afin qu’elle puisse m’examiner, mes genoux, et mes cuisses. Et, en même temps, elle me pose des questions, dont je ne voulais/pouvais pas répondre. “Pourquoi t’as fait ça?”, “T’as fait ça avec quoi?”, “C’était quand?”. Et, elle m’avait même énervée quand je lui ai répondu : “C’était il y a longtemps”, quand elle m’avait quand est-ce que c’était, car elle m’a répondue : “Ah, donc t’étais énervée, et tu t’es fait ça?”. Après avoir fini de m’ausculter, je me rhabille, et vais à son bureau, et là, elle me dit : “Tu peux venir me voir quand tu veux, je suis là de 8h à 20h”. Bon, un peu sur les nerfs, j’ai dit : “Non”, et puis elle m’a dit : “Je te laisse de réfléchir, :)”.

      Une semaine plus tard, je vais la voir, mais j’avais repris la scarification.. Du coup, je décide de lui montrer un peu. Comme ma “mère ” le savait, j’ai dû changer de partie du corps, car tout le monde fixait mon bras, donc je l’ai fait sur mon épaule. Bref, je décide les lui montrer pour voir si je peux lui faire confiance, et bingo, je peux. Mais, j’ai quand même attendu avant de lui raconter. Hmm, j’ai écrit de nombreux poèmes, et lettres que je lui ai donnés, ce qui m’a énormément aidée, car je ne sais pas m’exprimer oralement sur ce genre de choses. Elle m’a aussi diagnostiquée dépressive, mais je l’ai bien nié.

      Ma famille est au courant, et s’en moque bien, x/. Elle dit que je fais pitié, enfin, pas toute ma famille, seulement mes deux “frères”, et ma “mère”. Je ne les écoute plus maintenant, j’essaie de faire sans. Pendant ces vacances, je me suis enfermée dans ma chambre, et quand je sortais pour prendre à manger, (ce qui était rare), eh bien, on me faisait des réflexions telles que “Wesh, t’as fait une overdose du salon?”, “T’es morte?”, et quand on m’appelle, et que je ne réponds pas, on dit : “Wesh, elle est morte”. Aujourd’hui, j’en fais abstraction, même s’il m’en est difficile.

      Un jour, je vais la voir pour un mal de ventre, elle m’ausculte, elle appuie dessus, et comme j’avais mal, eh bien, avec mes mains, je lui serrai fort les poignets, puis à la fin de l’auscultation, elle souhaite appeler ma “mère” car fallait peut-être m’emmener à l’hôpital car mon mal de ventre était sûrement pas anodin, même s’il le paraissait. Bref, je refuse, et elle me sort : “Regarde ce que tu t’es fait à ton poignet. Moi, j’ai besoin de toi”, j’avais besoin de ses mots, et par je sais quel moyen, elle l’a su.

      Pendant tout un week-end, mon désir de mourir était à son maximum, j’ai donc fait des choses qui auront pu atteindre ma vie. Je me parlais seule, comme d’habitude, et je me lève, et je m’assois sur le rebord de ma fenêtre, j’habite au 16ème étage.. Je l’ai donc dit à mon médecin, et elle m’avait demandée si c’était ce que je voulais, et si j’allais recommencer, bien sûr, j’ai répondu que je ne savais pas, mais le jour où je lui ai dit ça, eh bien, j’avais l’avant-bras gauche bien déchiqueté.. Elle l’avait vu quand je lui avais donné une lettre le vendredi avant le week-end, et dans cette lettre, j’avais écrit le pourquoi est-ce que je me faisais ça, mais j’ai l’impression qu’elle n’a pas bien compris.. Je lui disais que j’avais envie de mourir, mais que c’était juste pour arrêter d’être blessée, ou juste pour arrêter la douleur que j’aie dans le coeur.. Mais, elle n’a pas bien compris, car je ne l’ai pas dit clairement. Enfin, bon, elle m’a proposée une psychologue, refusé, psychiatre, également refusé, et de prévenir ma grande soeur afin de me surveiller, ce que j’ai également refusé.

      La scarification m’aidait pour avancer, quand je le faisais, je pensais bien moins au suicide, aujourd’hui, j’ai arrêté, et imaginez ce que je ressens.. J’ai très régulièrement envie de me tuer, par je ne sais quel moyen. J’ai également déjà eu des scénarios absolument “parfaits” à mes yeux, que je ne citerai pas, car certains pourront le refaire. Mais, tout est vraiment précis. Je ne me tuerai pas, ce n’est pas solution, il suffit que j’accepte de me faire aider.

      Vous vous demandez pourquoi est-ce que je raconte tout ça? Eh bien, pour plusieurs raisons.. Tout d’abord, car j’ai besoin d’expliquer mon “histoire”, et j’ai envie de vous demander de me sauver. J’ai l’impression de mourir chaque nuit, car quand je me réveille en pleine nuit, j’ai le coeur qui bat vite, envie de mourir, et envie de m’arracher le coeur. Jusqu’à aujourd’hui, je n’ai jamais fait de tentatives de suicide, et c’est plutôt bien. J’ai pas envie de mourir, juste que j’arrête de souffrir pour “rien”, j’ai juste besoin que l’on m’écoute quand je dis que je veux mourir, je veux pas de : “Qu’est-ce que je ferai sans toi?”. En vrai de vrai, je m’en fous de ce que tu feras sans moi, tu n’avais juste pas qu’à t’attacher. Je m’attache à plus personne, et je fais en sorte que l’on me déteste pour mieux mourir. Mieux mourir, c’est mourir sans de culpabilités.

      Et, pour une dernière fois…, je veux mourir, mais je le veux, car je souffre trop. Combien de temps vais-je devoir tenir? Combien de temps pourrais-je tenir? Je ne pense pas pouvoir être guérie, mais si l’on m’écoute, j’ai comme tout gagné.. Je suis désolée.

      “JE VEUX VIVRE” – Nico Robin, One piece, Arc : Water Seven.

      Skyracss.

      #47566 Répondre
      Fil Santé Jeunes
      Participant

        Bonjour Skyracss,
        Ton message nous inquiète et tu sembles être en grande souffrance. Tu fais part d’idées noires très fortes et nous t’invitons à venir en discuter avec nous afin que l’on trouve une solution ensemble.
        Tu peux nous contacter au 0800 235 236 de 9h à 23h, si tu préfères par ch@t jusqu’à 22h.
        Notre ligne est ouverte tous les jours. C’est anonyme et gratuit.
        N’hésite pas, on attend ton appel/ch@t

        L’équipe Fil santé Jeunes

        #47577 Répondre
        Elia

          Est-ce que toi tu as besoin de toi
          *** essaie de discuter avec des personnes de ton âge achète des choses pour te faire plaisir.
          On meurt tous un jour. Il n’y a que toi pour décider si c’est maintenant ou pas
          🙁😐🙂

          #47585 Répondre
          Fil Santé Jeunes
          Modérateur/modératrice

            Bonjour Elia,

            Nous avons été amenés à étoiler une partie de message car comme stipulée dans la charte du forum que tu as acceptée, les propos pouvant amener à une mise en danger d’autrui ne sont pas tolérés.

            Tu as sans doute voulu bien faire malgré les idées maladroites, c’est pourquoi nous te demandons d’y prêter attention lors de la rédaction de tes futurs messages 🙂

            L’équipe Fil Santé Jeunes

            #47586 Répondre
            Maia

              Bonjour Skyracss.
              Ton message montre un toi en grande souffrance. J’en suis profondément désolée.
              Je te souhaite beaucoup de courage et je suis sûre que tu en as mais tu restes une enfant et ce que portes sur tes épaules semble être très très lourd. Si jamais tu veux en parler il y a bien sûr les professionnels de Fil Santé Jeune en premier et il y a également plein de personnes de ton âge environ qui sentent le besoin de se rendre toutes les semaines sur FSJ avec qui tu peux parler et qui peuvent peut-être t’aider. J’en fait partie, n’hésite pas!
              ❤️
              Maia, 12 ans

              #47609 Répondre
              Skyracss
              Participant

                J’ai 3 ans de plus que toi, mais tu m’as l’air bien mature. Euh, à vrai dire, je ne vais pas mieux, mais j’essaie! C’est déjà ça.. Mais, j’essaie de prendre sur moi. Je compte attendre la rentrée, et j’irai voir mon médecin, et je lui expliquerai mes vacances..

                Je rentre au lycée. J’ai eu le brevet avec mention bien : 612/800, et à 640, t’obtiens la mention très ben.. J’ai trop le seum, mais bon. Je ferai bien mieux au BAC!

                Et, toi? Comment tu vas? Raconte-moi un peu tes petits problèmes, si tu le veux bien sûr, x).

                Khadija, 14 ans.

              6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
              Répondre à : “Parler de ses peines, c’est déjà se consoler”. Le suicide, et moi.
              Vos informations :




              :bye: 
              :good: 
              :negative: 
              :scratch: 
              :wacko: 
              :yahoo: 
              B-) 
              :heart: 
              :rose: 
              :-) 
              :whistle: 
              :yes: 
              :cry: 
              :mail: 
              :-( 
              :unsure: 
              ;-) 
               


              <a href="" title="" rel="" target=""> <blockquote cite=""> <code> <pre class=""> <em> <strong> <del datetime="" cite=""> <ins datetime="" cite=""> <ul> <ol start=""> <li> <img src="" border="" alt="" height="" width="">

              Bouton retour en haut de la page