Seule, toujours seule et a jamais

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • #33637 Répondre
    margfan
    Participant

    Je veux tout raconter donc je vais tout dire du moindre détail, du commencement jusqu’à la fin.
    Je dirais que ça a toujours été une partie de moi.
    Ça a commencé en maternelle. J’étais seule dans cette grande cour. Je n’avais zéro. Du haut de mes trois ans, je parcourais la cour en me prenant pour une rebelle. J’ai jamais été du genre princesse licorne et Barbie. Pourtant je chantais. A ça je chantais. Pour couvrir la solitude, je chantais en plein milieu de la cour. Silencieusement pour qu’il n’y est que moi qui entende cette chanson de tristesse et de solitude. Puis je me suis fait mon premier ami. Mon meilleur ami. Il est resté longtemps. Maintenant, il ne reste de lui qu’une moitié de ce que je voyais en lui il y a dix ans. Mais déjà en maternelle, on me traitais comme une merde, me cracher dessus, minsulter. CP, CE1, j’ai très peu de souvenirs. Il y avait Josse, mon meilleur ami et Thibault, qui l’est devenu qu’au collège après. Mais ces deux-là ont toujours été là. Comme vous le voyez, j’ai toujours eu que des garçons comme amis. Ma première vraie amie l’est devenue qu’en sixième. CE2, Harcelé, insulté, seule à nouveau car une fille qui se faisait passer pour une amie qui ne l’était pas pour moi et je ne l’était pas pour elle non plus mais je la présentais comme tel car les gens nous confondaient. Hors on était et est différente de la tête au pied. Même en caractère. Elle a fait croire à tous mes amis que je les insulté dans leur dos. et ils l’ont cru. me retrouvant à nouveau seule, je suis resté comme tel longtemps. CM1 et CM2, mes seuls souvenirs sont seuls. Thibault me délaissait et Josse, ayant un an de moi, n’avait pas les mêmes amis que moi.
    Sixième. J’étais un fantôme, je suis arrivé au collège en ne parlant à personne. En m’éloignant des amis que je m’étais créé. les faisant croire que j’étais chiante et collante. Ils m’ont rejeté. Je me suis scarifié pour la première fois. M’ouvrant la main. Je suis allé voir une psy. Ça ne faisait rien. Manque de confiance en soi. Ce n’était que ça. Et ça me suffisait. Même si c’était déjà insupportable. On a arrêté la psy à cause du confinement qui m’a permis de prendre du recul.
    Cinquième la meilleure année.
    J’ai eu ma première meilleure amie, Charlie. Thibault et Charlie étaient en couple depuis la fin CM2 mais ça s’est terminé en début de cinquième. C’est grâce à Thibault que j’ai rencontré Charlie. C’est de là sont devenus mes meilleurs amis à partir de la cinquième. La cinquième s’est plutôt bien passée. Je cachais tout. J’ignorais tout. Je cachais mes sentiments et ignorais cette peur et ce manque de confiance.
    Fin cinquième, je me suis fait harceler. Le garçon pour lequel j’avais un petit faible s’est mit à m’harceler, me traitant de connasse, de sans amis…
    Je me suis remis à me couper. Rien de grave mais j’avais ce sentiment d’être bonne à rien.
    Quatrième, le début a été fantastique, j’avais l’impression d’être moi. Mais en étant moi, Thibault ne m’appréciait pas. Jusqu’à ce qu’il me balance des insultes comme pas possible et qu’il rompt tout contact avec moi. A quoi bon être moi si je me faisais rejeter par l’être le plus important pour moi. Sachant que Josse s’était mis à m’ignorer depuis la cinquième. Pour je ne sais quelle raison.
    Ceci m’a fait perdre en partie confiance aux garçons.
    J’eu une baisse de moral. Étant dans un collège exigeant avec 15 de moyenne minimum. Je descendis à 13. Une prof se mit à me critiquer disant que je n’étudiais pas. Hors je ne faisais que ça. Mais j’avais plus la même mémorisation qu’avant. Face à cette prof, je me suis mis à pleurer. Elle ne comprenait pas. Puis elle vit ma main. Remplie de scarification. Elle savait ce que c’était et demanda à me voir en fin de cours. Je me suis mis à pleurer de toutes les larmes de mon corps. Frottant mes plaies sans m’arrêter. Jusqu’au sang. Elle ne le vit pas. Je sortis de la classe vers midi trente bien après les autres. Cette discussion m’avait épuisé et en même temps énervé. Puis je me suis blessé ce même midi. Des garçons m’embêtaient encore, cherchant la baston et à me piquer mon ballon. Car oui je joue au foot. C’est ma passion. Donc ce même midi, je me suis fait une déchirure musculaire à la cuisse.
    Je croyais que j’avais touché le fond mais toujours pas. Je me dis harcelé. Encore. Cette fois-ci, ces garçons se moquaient de mon physique, de mes épaules, mon nez, mes cheveux que j’avais décidé de couper courts car ça me plaisait.
    J’ai perdu totalement confiance aux garçons. Jusqu’à mon propre père. Je ne lui parlais presque plus, ne me confiant plus à lui. Mes parents ne comprenaient pas.
    Puis deux mois après ça, toujours blessé mais plus de béquille, ma prof avec qui je m’étais confiais et devant laquelle j’ai pleuré m’a humilié devant toute la classe. C’est là que j’ai fait ma première crise d’angoisse. C’était un mardi, à 16h40 exactement. Et je suis resté 20 minutes sans air en s’étouffant en silence au fond de la classe. Le jour d’après, mon père est rentré de déplacement. Je me souviendrai toujours de cette soirée. Je suis resté dans ma chambre sans l’accueillir quand il est rentré. Ma mère a eu beau lui expliquer, il n’a pas compris mon état. Ce soir-là, j’ai surpris une discussion entre mes parents. Mon père parlait dans mon dos et ma mère ne disait rien.
    Il disait « Margaux a toujours eu un problème, elle passe des rires aux larmes depuis toujours. Elle est malade, elle a besoin d’antidépresseurs. En plus, elle est différente. Elle est grosse, elle marche sur la pointe des pieds (habitude) et elle a des cheveux courts ». J’ai éclaté en sanglots. Crise d’angoisse, encore. Sauf que ce n’était pas qu’un peu. Ma tête vibrante, mes jambes en coton manquant de m’affaler. Ce fut ma crise la plus violente. Mon père l’entendait. D’abord je me suis isolé dans ma chambre. Puis on a discuté jusqu’à 2h du mat. Il expliqua qu’il voulait dire que je n’étais pas une pétasse et que justement c’était bien. Ça a continué de me hanter.
    Pendant les semaines qui suivirent, j’ai continué les crises. Même en rêve. C’était atroce.
    Mon équipe de foot s’est mise à me critiquer en disant que je faisais semblant d’être dispensé hors j’étais blessé. Je rêvais de faire du foot !
    Je ne parlais plus aux garçons. Je repoussais tous ceux qui me parlaient jusqu’à éviter mes chances de sortir avec un super garçon. Jusqu’à repousser mes amis. Jusqu’à éloigner mon père.
    Puis les grandes vacances.
    Les idées noires sont apparues. Loin du monde, je réussis à me faire des idées comme quoi mes amis s’en foutent de moi. A chaque engueulade avec mes parents je me disais qu’ils ne m’aimaient pas , qu’ils étaient déçus de moi, que je sois comme ça.
    Qu’ils regrettent de m’avoir comme fille.
    Que mes amis regrettent de m’avoir comme amie.
    Qu’on me rejette, m’abandonne.
    Mon pire cauchemar.
    Au bout d’un mois de vacances, j’ai tenté de m’ouvrir les veines. Tentative échouée.
    J’ai vu Josse quelques jours après. Ça m’a encore plus déprimé. Ne plus avoir cette complicité avec moi.
    Et j’ai recommencé. Jusqu’au sang profond. Ma mère m’a surpris. A pleurer. Elle était bourré car elle était avec des amis. Je me suis enfuie. Me réfugiant dans la cave. On était en vacances dans le sud chez mes grands-parents. Ces derniers étaient partis. On m’a cherché. Une fois que ma mère m’a trouvé, couverte de larmes et de sang, elle ne m’a plus quittée.
    Le lendemain, Josse était parti.
    Ma mère m’emmena à l’hôpital. Je fus hospitalisé pendant 10 jours. Jusqu’à la fin de mon séjour à ****.
    Puis je suis rentré.
    J’ai cassé mon tel, perdu mon air pod…
    Toujours que des bas.
    Et maintenant, j’attends la rentrée avec inquiétude.
    Demain, je reprends le foot.
    Entre les joueuses qui me critiquent et mon entraîneur mauvais, je ne sais pas comment faire.
    J’ai peur.
    Je veux abandonner.
    Mais même ça, je n’ai pas la force.

    #33665 Répondre
    Fil Santé Jeunes
    Participant

    Bonjour Margfan,

    Nous avons été amenés à étoiler une partie de ton message car pour ta sécurité, nous ne pouvons pas diffuser d’informations permettant de te localiser (même en vacances) sur ce forum.
    Bonne navigation à tous !

    L’équipe Fil Santé Jeunes

    #33670 Répondre
    Loulou4962
    Participant

    Salut ton message m’a beaucoup touchée et m’a fait pleurer 🥺 ce que tu vis a l’air très dur a supporter et tu montré que tu souffre beaucoup ta mère sachant que tu te scarifie il faut que tu lui dise que tu veut changé de collège et de club de football
    Au lycée les enfants sont beaucoup moins cruelle et sa ira sûrement mieux si tu changes de collège il faudra que tu soit toi même des le début et il faudra que tu ne montre pas tes faiblesse car si tu arrives à changer de collège les autres ne sauront pas que tu as des faiblesse des failles enfin il le sauront car tout le monde en a mais il ne sauront pas c’est quoi et il faudra que tu sois forte
    Je te soutiens de tout cœur essaye d’en parlé à ta mère des que tu peux avant la rentrée dis lui raconte lui tout sa sera peut-être dur de lui dire mais après tu seras comme libérer mais il faut que tu change de collège et le plus tôt seras le mieux
    Bon courage j’espère t’avoir aider dis moi quoi 😉👋🥺
    Gros bisous et grosse force 👋✌️😘

    #33677 Répondre
    soso

    salut Margaux
    il est vrai que tu nas pas une vie facile pour l instant. ne pas avoir dami.e.s ou tres peu, je connais ce ressenti.le harcelement, je connais le fait de se sentir incomprise fasse aux autres, je connais aussi.la scarification, je connais egalement. cette souffrance,meme si ce nest pas la meme je limagine. tout sa pour dire : ne te decourage pas! je suis la avec loulou. on est la pour te soutenir ! on t accepte comme tu es ! car la solitude ce nest pas simple. parce que la douleur des mots employer par les parents pesent, et fond mal,tenfonce plus que sous terre. mais je suis la ,pour te faire sortir. taider (ou aisseyer) pour que tu aillie un peu mieux chaque jours ! parce que se que tu raconte est triste. ne laisse pas les autres te marcher sur les pied. releve la tete, di se que tu pense, tape dans le balon ! fin bref
    force a toi. gros bisous. soso tjs la pr toi
    p.s. tu nes pas seule ! je suis la pour toi. et loulou aussi

    #33692 Répondre
    Cmoi28
    Participant

    Salut margfan!
    Je sais à quelle point la solitude peut peser et je sais à quelle point l’idée de se refaire harceler peut faire peur.
    Si les filles du foot t’embêtent, dis leur tout simplement ce que tu as sur le cœur sans avoir peur. Si elle ne comprenne pas, change de club même si c’est important pour toi, rester te fera du mal.
    Et quand tu arriveras au lycée ne montre pas que tu as peur. Tu peux le faire. Et si tu veux parler de ce que tu ressens avec un(e) ami(e), choisi bien parce que certains peuvent te détruire.
    Pour la mutilation, je ne vais pas te dire d’arrêter parce que je pense que tu essaies déjà. Je sais que c’est dur d’arrêter et je ne sais toujours pas si c’est possible mais il faut qu’on se batte.
    Même si tu veux que tout s’arrête, pense que tu n’es pas seul (même si c’est ce que tu penses nous sommes là si tu as besoins).
    Gros bisous et prend soins de toi!!

    #33757 Répondre
    A

    Salut Margaux,
    Sache que je te comprends, j’ai été harcelée pendant 2ans et j’ai perdu confiance en tout le monde, j’ai beaucoup souffert et je me suis également sacrifiée (je le fais toujours mais personne ne le sait)
    Il faut que tu parles au gens qui te harcele pour savoir pourquoi ils font ça. Je sais que ce n’est pas facile mais prends sur toi et essaie.
    Bisous
    A

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
Répondre à : Seule, toujours seule et a jamais
Vos informations :




:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 


<a href="" title="" rel="" target=""> <blockquote cite=""> <code> <pre class=""> <em> <strong> <del datetime="" cite=""> <ins datetime="" cite=""> <ul> <ol start=""> <li> <img src="" border="" alt="" height="" width="">

Bouton retour en haut de la page