Transgenre, phobie scolaire, suicide et hopital.

  • Ce sujet contient 6 réponses, 1 participant et a été mis à jour pour la dernière fois par UneChouetteHulotte, le il y a 9 mois.
7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #25576 Répondre
    UneChouetteHulotte

    Bon j’ai lu quelques posts ici et la sur ce forum. En vrai j’ai aucune idée du genre de réponse que je vais avoir mais bon, ça ne peut que m’aider d’en parler ici je présume.
    Donc voila ma situation : Je suis transgenre, née garçon, je suis « en vérité » une fille. mon établissement scolaire est au courant. Mon entourage également, et de manière générale, je dirais qu’entre 60% et 80% des gens que je fréquente régulièrement utilisent le bon prénom et le bon pronom.
    Depuis le début de cette année je trouve que je tends de plus en plus vers la phobie scolaire. Ayant un profil d’élève modèle, je me mets à changer doucement de comportement. Je sèche des cours, fais de moins en moins mon travail à la maison (déjà que je me contentais du minimum syndical…) et pour moi, le seuil de note acceptable est passé du 13 au 10. (par je ne sais quelle miracle, je me maintiens autour du 14.5 de moyenne générale.). Les déclencheurs de cette phobie scolaire selon moi sont : la peur du regard des autres vis a vis de mon genre. La pression que me mettent mes parents au niveau des résultats. L’écrasante quantité de travail à la maison.
    Malgré tout j’ai trouvée une dernière raison de venir en cours. Je suis amoureuse d’une fille de mon lycée, elle m’aime également, et nous ne nous voyons qu’au lycée, du a la distance qui nous sépare (elle ne vis pas dans la même ville que moi.). Je vous épargne la traditionnelle littérature ado pour vous dire que je l’aime beaucoup, ça coule de source, du fait que c’est ma petite amie. Ma petite amie m’avait déjà fait part de ses occasionnelles idées noires. J’essayais de tout mon possible de la faire aller mieux. Malheureusement il y a un mois, elle a fait une tentative de suicide. Elle m’envoyait des messages tout en le faisant, c’est ainsi que j’ai pu alerter sa famille tant qu’il était encore temps. Depuis cet événement, elle a été prise en charge médicalement dans un hôpital de sa ville, loin de la mienne, je ne peux ni la voir à cause du protocole Covid, ni lui parler par téléphone pour une raison complexe et personnelle et pas très intéressante, disons le,. Mais du coup, voila ou j’en suis, sans contact avec elle.
    Sans ma petite amie au lycée, je n’ai juste plus aucune envie d’y aller. Je ne travaille plus du tout chez moi, n’ai pas encore séchée de cours depuis la reprise (grâce au sermon de la famille…) mais je me sens vraiment mal. Je m’inquiète énormément pour elle, Elle voyait, avant d’y aller, cet hôpital comme une prison, Je me demande si elle ira mieux en en sortant, si elle m’en voudras pour l’avoir indirectement envoyée la bas en prévenant ses parents lors de sa TS. Bref je panique totalement, je me demande comment elle se sent, si elle va mieux, si elle va mal, bref c’est la catastrophe dans mon esprit, je pense qu’a elle et à comment elle va.
    Depuis toute cette histoire, je pense moi même de plus en plus au suicide, et a des pratiques que j’ai déjà entreprises (et que malheureusement je n’ai jamais vraiment arrêtée) tel que les scarifications. Je ne me scarifie pas car je sais qu’elle déteste ça et m’as fait promettre d’être en bonne santée (avec tout ce que ça implique) à sa sortie de l’hôpital.
    Ne vous méprenez pas, ce n’est pas son absence qui me fait replonger dans ma dépression (oui car je suis cliniquement diagnostiquée dépressive). C’est les cours (c’était déjà la mais ma chérie m’aidait beaucoup à tenir par sa présence.)
    Bon allez c’est très très long et je suis très très fatiguée (oui parceque j’ai des troubles du sommeil en plus). Donc je vais poster, voir ce que ça donne, si ça donne quelque chose et advienne que pourra.

    (Merci d’avoir lu jusque là).

    PS : j’ai surement oubliée de dire des trucs avec la fatigue.

    #25615 Répondre
    Simon

    Salut,

    Entre 60 et 80% c’est pas beaucoup, je comprends que tu veuilles fuir.

    Je suis pas très bavard et introverti, du coup quand je rencontre de nouvelles personnes j’ai toujours peur d’être un poid.
    En première je me suis retrouvé dans un nouveau lycée dans un filière composée de 95% de filles.
    J’ai galéré et au final je me suis volontairement isolé et j’ai appris à apprécier la solitude.
    Je sais que c’est claqué comme technique, mais grâce à ça j’ai pû tenir les deux années et avoir mon bac.

    L’idée c’est que la plupart des personnes sont éphémères , et leurs avis/actions aussi.
    Essaye de te focus sur les personnes qui te comprennent, celles qui ne font pas cette effort ne peuvent pas être pertinentes

    #25616 Répondre
    Une être perdue

    Bonjour ,
    Alors ton message m’a beaucoup touche.
    Je fais des crises d’angoisse au lycée et mon prof principal jusque là était très présent. C’est bizarre ce que je vais dire mais en quelque sorte c’était lui qui me faisait tombe.
    J’ai absolument pas de sentiments pour lui juste depuis que je suis rentré au lycée aucun prof m’avait aide.
    PS: je suis en Terminale
    Sauf que la depuis peu il m’a dit que mes résultats sont catastrophiques et que si je fais pas d’efforts il devrait signaler mon cas à l’administration et il me ferait passer une épreuve dans chaque matière vu que ma moyenne « n’est pas représentative ». Il m’a même parle d’un redoublement alors que je galère déjà énormément à aller en cours.
    Voilà désolé j’ai été longue.
    Si tu veux parler de ta situation n’hésite surtout pas.
    Ce que je pourrais te dire c’est lâche pas mais c’est moi même une phrase que je déteste.
    Et n’oublie jamais tu es très courageuse.
    Désolé si je me suis trompe de pronom a un moment

    #25696 Répondre
    UneChouetteHulotte

    Bon, je vous fait une petite mise à jour.

    J’ai eu une consultation à l’hopital récemment. Il en est ressorti que je dois et vais avoir un suivi psy.

    Je sais pas si c’est une bonne chose sachant que je détèste parler de ma vie (encore moins avec des gens que je connais pas) donc bon, on verra bien comment ça évolue.

    Merci de vos réponses

    #25826 Répondre
    Une être perdue

    Au début c’est très perturbant et puis tu es pas obliger de repondre a toutes les questions.
    En tous cas ça me fait plaisir d’avoir un retour

    #25850 Répondre
    m4rglms

    Hey ! Ton témoignage m’a beaucoup touché et j’aimerais te dire deux trois choses par apport au fait que ta petite amie. Déjà sache que ce n’est pas de ta faute je sais que en le disant comme ça c’est compliquer de le comprendre mais sincèrement tu lui as sauvé la vie. Tu ne t’en rendras pas compte mais c’est vrai, sache qu’elle est prise en charge et souvent les infirmier(e)s sont super avec eux et prennent soins d’eux donc ne t’inquiète pas pour ça. Prend soins de toi sincèrement tu es une femme forte et ça ne changera pas. Je t’envoie tout mon courage pour les cours et tout le reste.
    Et par pitié reste ici pense à ta copine et votre avenir qui vous attend 🙂

    You are a amazing person I really hope your understand that !!!

    #26419 Répondre
    UneChouetteHulotte

    Je suis revenue de vacances récemment. La semaine avant les vacances j’ai fait une sorte de craquage, je suis allée parler de pleins de trucs avec l’infirmière, et au final au vu de tous mes problèmes elle a décidé de me faire rester chez moi afin que je puisse me reposer.
    Mais le je suis revenue de vacances, et j’ai l’impression que c’est encore pire qu’avant. Je vais très mal, les idées noires se multiplient et je suis déprimée. J’arrive pas du tout à travailler, en cours comme à la maison. Je dors très mal, et j’ai pleins de devoirs en retard. Tous les soirs je me couche après au moins 3h du matin. (et même de manière générale plutôt 4h) J’arrive pas du tout à travailler du coup j’accumule du retard, donc je comprends plus les cours, donc je veux encore moins bosser. Bref, ça va pas.
    De plus comme je l’ai mentionné, les idées noires se font plus présentes que jamais, pire que ça j’ai l’impression qu’elles ont une dimension plus concrètes qu’avant.
    Je ne sais vraiment plus quoi faire et je vais très mal, parfois je vais en parler à l’infirmière mais je me sens gênée d’aller la voir un jour sur deux presque donc la plupart du temps je garde juste les choses pour moi.
    Voila, je sais pas trop quoi ajouter mais bon, voila ce que je deviens…
    Merci d »avoir tout lu.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
Répondre à : Transgenre, phobie scolaire, suicide et hopital.
Vos informations :




:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 


<a href="" title="" rel="" target=""> <blockquote cite=""> <code> <pre class=""> <em> <strong> <del datetime="" cite=""> <ins datetime="" cite=""> <ul> <ol start=""> <li> <img src="" border="" alt="" height="" width="">

Bouton retour en haut de la page