Connaître son corpsLes émotions

La peur d’être différent : une inquiétude normale

image_pdfimage_print

normalC’est quoi « normal » ?

Le dictionnaire nous donne plusieurs pistes : ce qui serait normal serait ce qui sert de règle, de référence, de modèle… Être dans un état normal, c’est l’état d’un être vivant lorsqu’il n’est pas affecté d’une modification pathologique, c’est à dire quand il va bien, qu’il est sain.
Le normal, c’est aussi ce qui serait habituel, naturel, logique… compréhensible !
Il est donc normal que nous soyons sensible à ce qui risquerait de ne pas l’être. Cela nous permet de nous protéger de certaines relations ou situations, de prendre soins de nous quand notre corps nous envoie un signal anormal !
Mais tout se complique quand on se pose une question par rapport à soi car quelque chose d’anormal en soi, ce serait comme se demander si on est potentiellement en danger juste en existant !

Pourquoi se demande-t-on si on est normal ?

Tout simplement parce qu’à l’adolescence, on commence à se poser de vraies questions sur soi-même, sur son avenir, sur quelle place on voudrait prendre dans le monde qui nous entoure !
Ce même monde qui est composé d’une masse de personnes : les autres ou les gens et qui finalement nous renvoie l’image d’une norme…
Être normal ce n’est donc pas être comme tout le monde mais appartenir au même monde que les autres !

Normal mais unique !

Avoir envie de fonctionner un peu comme tout le monde, ce n’est pas forcément avoir envie de ressembler aux autres ou d’être un clone. Le hors norme dépasserait le fait d’être différent parce qu’unique et nous renverrait à la peur d’être seul sans pouvoir nouer des liens avec les autres. Une angoisse somme toute normale ! On a tous envie d’aimer et d’être aimé, de partager, de rire, d’aider et d’être aidé…
Par contre, cultiver ses différences, c’est pouvoir devenir un adulte unique qui existera au sein d’un groupe avec ses normes en lui apportant plein de richesses.
Alors, attention à ne pas se forcer à être la pâle image d’une supposée norme. Trop se normaliser risquerait d’être dangereux pour soi et de priver les autres de la rencontre avec des choses nouvelles !

Articles similaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page