Vivre en société

Séjour linguistique : mode d’emploi

image_pdfimage_print

Vacances-été-1Pendant l’été, il existe un moyen sympa de mêler apprentissage et plaisir, en découvrant une nouvelle langue et de nouvelles personnes : as-tu déjà entendu parler des séjours linguistiques ?

Le concept c’est de partir seul ou à plusieurs, vivre dans une famille ou sur un campus à l’étranger, en « immersion totale » ou en alternant cours et activités sportives ou culturelles… Chacun peut composer son menu.

Le but est évidemment d’apprendre à parler une autre langue ou de rattraper son pitoyable niveau d’anglais en 15 jours !

Comment : passer une période plus ou moins longue (deux semaines, un mois, voire plus) dans un pays étranger, souvent en alternant des cours pour l’apprentissage de la langue, des découvertes de la culture locale en groupe (visites dans la ville, sorties culturelles..) et des temps en famille d’accueil pour connaître la vie au quotidien. Sans oublier les moments de fête pour faire connaissance et se faire des nouveaux amis. Cela reste des vacances quand-même, amusez-vous!

Uno, dos, tres … tour d’horizon de ces voyages-découverte.

L’aventure culturelle

Articles similaires

On quitte notre petit « chez-nous » et on quitte en plus son pays ! Quoi de mieux pour attiser notre brûlante curiosité ! Que l’on soit en Angleterre, en Allemagne ou en Chine, dans une grande ville ou à la campagne, ce ne sera de toute façon pas comme chez nous. On découvre ainsi, au-delà de la langue, une autre façon de se dire bonjour, de manger (plus ou moins à notre goût !), de faire la fête, une autre culture, une autre histoire, d’autres croyances, d’autres habitudes … On va en général de surprises en surprises. On ne peut pas s’empêcher de comparer : « Tiens, c’est bizarre ici, c’est moins sympa que chez moi ! » ou au contraire « Je trouve cela super, faudrait aussi qu’on fasse comme ça ! ».

Peu à peu, on apprend à connaître et à apprécier la différence…

On vit de nouvelles expériences et de nouvelles rencontres

Partager la vie d’une famille, c’est pas toujours facile. Il faut s’adapter à de nouvelles règles : heures de coucher et des repas, ordre de passage dans la salle de bain (attention à ne pas utiliser toute l’eau chaude), etc. Parfois on est surpris d’être accueilli par une famille très différente de nous : une famille de motards à la retraite, des passionnés d’origami ou des fous de viande de zébu… Il arrive qu’on tisse des liens amicaux avec cette famille d’accueil, ce qui peut donner envie de se retrouver l’année d’après.

La perte des repères ou l’expérience d’être loin

Au début, tout ce changement peut être un peu déroutant. Il n’est certes pas toujours facile de se retrouver au milieu  de gens que l’on ne connait pas, dont on ne comprend qu’un mot sur deux, qui nous proposent des plats étranges et des boissons inconnues… Il y a parfois de quoi se sentir un peu « à part ». C’est tout notre petit univers quotidien qui est chamboulé, et s’il est génial d’en sortir un peu, cela peut être aussi angoissant !

C’est aussi lors de vacances comme celles-ci que l’on fait l’expérience du manque. Les amis, les amours et les parents (qui parfois nous étouffaient avant de partir !) deviennent l’objet principal de nos pensées, surtout dans ces moments où on ne se sent pas très en forme. Envie de partager ce que l’on vit, de se confier, d’être rassurés. Dans ces cas-là, il est important de se rappeler que l’on a autour de nous des personnes qui, même si elles ne parlent pas la même langue que nous, sont tout à fait capables de comprendre ce que l’on ressent. Elles peuvent être des appuis.

Cafard à l’horizon…

Où sont donc nos chers amis et nos parents qui nous manquent tant ?! Rassure-toi, il existe quelques trucs pour se sentir moins loin de ceux qu’on aime, comme par exemple écouter ta chanson fétiche, regarder quelques photos sur les réseaux sociaux, appeler papa et maman, manger une bonne pâtisserie…

Se confronter à l’inconnu, cela apprend beaucoup sur soi : notre capacité à nous adapter à la nouveauté, à accepter l’autre, à prendre du recul aussi par rapport à nos propres repères. Heureusement, on est plein de ressources… on en est parfois soi-même surpris !

A défaut de revenir bilingue du séjour, on en gardera de bons souvenirs !

Bouton retour en haut de la page