Chat x

Notre service est ouvert du lundi au dimanche, de 9h à 22h.
Pour plus d'informations : www.filsantejeunes.com/tchat-individuel
Service fermé
Publié le , Modifié le 13 mars 2021

?Interview d’Empreintes Asso, accompagnement du deuil?

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

image_pdfimage_print

Une rédactrice de Fil Santé Jeunes a eu le plaisir d’échanger avec Isabelle de Marcellus, psychologue et responsable de l’accompagnement pour l’association Empreintes, spécialisée dans l’accompagnement du deuil.

Fil Santé Jeunes : Bonjour Isabelle de Marcellus, merci d’accorder ce précieux temps à Fil Santé Jeunes. Pouvez-vous nous présenter votre association ?

Isabelle : Bonjour ! Empreintes est une association nationale créée en 1995 et qui a pour mission de proposer un accompagnement du deuil pour tous et partout. Elle accompagne les enfants, adolescents, adultes mais aussi les familles lors de deuils particulièrement marquants, sur place mais également à distance grâce à notre ligne d’écoute.

Fil Santé Jeunes : Au travers de votre expérience professionnelle dans ce domaine, quelle serait votre définition du deuil ?

Isabelle : Le deuil est un cheminement avec des émotions et des ressentis. Il n’est pas obligatoirement synonyme de douleur : c’est avant tout un processus naturel de cicatrisation. Car on ne « choisit pas » de faire son deuil, c’est le deuil qui se fait en nous, qu’on le veuille ou pas et quel que soit notre âge.

Fil Santé Jeunes : Le deuil est une épreuve qui peut être particulièrement difficile à surmonter. Comment accompagnez-vous les adolescents en deuil qui font appel à vous ?

Isabelle : La première chose est d’accueillir leur parole sans jugement et sans penser à leur place, en leur proposant un espace d’écoute. La priorité est de leur accorder du temps, celui dont ils ont besoin, pour raconter ce qu’ils ont vécu avant, pendant et depuis le décès. A ces fins, nous les recevons en entretien familial ou en groupe d’entre-aide (lorsqu’ils habitent en Île-de-France). Chacun vit le deuil à sa manière et en ce sens, il est nécessaire que chaque membre de la famille puisse exprimer ce qu’il ressent et à son rythme.

Fil Santé Jeunes : Perdre quelqu’un à l’adolescence amplifie souvent l’expérience du deuil. Pourriez-vous nous expliquer pourquoi ?

Isabelle : Vivre un deuil à l’adolescence est effectivement une épreuve dure à surmonter puisque la période est déjà en elle-même un moment de transition, propice à de multiples bouleversements. La perte réelle d’un proche amplifie considérablement ce chamboulement.

Fil Santé Jeunes : Les jeunes qui vivent un deuil et avec lesquels nous échangeons nous expriment souvent leur grande difficulté à parler de leur peine. Existe-il des moyens adaptés pour les inciter à parler en douceur de leur souffrance ?

Isabelle : Les adolescents peuvent s’appuyer sur des supports d’expression variés pour extérioriser ou sur des groupes de paroles exclusivement constitués de jeunes, traversant eux aussi une période de deuil difficile. Le but est qu’ils cheminent ensemble grâce aux soutiens et encouragements mutuels. C’est aussi le moyen d’apporter une reconnaissance de leurs émotions et de les rassurer, en leur expliquant que la dureté mais aussi l’ambivalence de ce qu’ils éprouvent est normale.

Fil Santé Jeunes : Il arrive que ce soit un.e ami.e qui nous appelle ne sachant pas comment apporter son soutien à la personne endeuillée. Que pouvons-nous lui dire ?

Isabelle : Il est important de dire à ce jeune qu’il n’est pas seul face au deuil de son ami.e. C’est-à-dire que le jeune n’est pas obligé de rester à part avec son ami.e pour y faire face seul. Nous pouvons l’aider à voir ce qui l’inquiète exactement au sujet de son ami.e, l’informer des aides extérieures qui existent et l’accompagner vers celles-ci.

Fil Santé Jeunes : Des aides adaptées et variées sont possibles, nous venons de le voir. Que diriez-vous à un adolescent pour l’encourager à s’exprimer et se libérer ?

Isabelle : Je lui dirais : « Tu as le droit d’être triste, d’être en colère, tu n’es pas obligé.e d’en parler tout de suite non plus. Le deuil n’est pas une maladie, c’est un cheminement qui se construit, un processus en mouvement. Il y a des lieux et des adultes qui sont là pour toi ».

Fil Santé Jeunes : Merci Isabelle de Marcellus pour vos réponses qui, nous l’espérons, apporteront un éclairage supplémentaire à tous les jeunes qui nous lisent.

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 235 236.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)