Le bonheur

Le bonheur et ses manipulations

image_pdfimage_print

bonheurLe bonheur : C’est quoi exactement ?

Bonheur. Chacun à son idée de ce qu’est le bonheur. Un état de contentement où l’on se sent heureux. Il s’agit bien d’un état, de quelque chose de durable. Le bonheur ce n’est pas seulement quand je me fais plaisir ou que j’obtiens une satisfaction. Ce n’est pas une sensation, un plaisir ressenti par les sens le temps d’un instant. Nous cherchons tous à accéder au plaisir : manger quelque chose que l’on aime, s’amuser entre amis, sortir, danser… Chacun a ses petits plaisirs.
Même si l’on est content sur le moment, est-ce dire que l’on atteint le bonheur, cet état de satisfaction complète et de plénitude ? Rechercher les plaisirs ou la possession de biens, cela nous mènera-t-il au bonheur ?

Sur le chemin du bonheur

Les premières considérations philosophiques sur le bonheur nous viennent de loin, de l’antiquité grecque. Déjà à cette époque Épictète nous disait : « Tu espères que tu seras heureux dès que tu auras obtenu ce que tu désires. Tu te trompes. Tu ne seras pas plus tôt en possession, que tu auras mêmes inquiétudes, mêmes chagrins, mêmes dégoûts, mêmes craintes, mêmes désirs. Le bonheur ne consiste point à acquérir et à jouir, mais à ne pas désirer. Car il consiste à être libre ».

Pour atteindre le bonheur donc, il est vain de se lancer dans une recherche effrénée de satisfactions de ses envies. Il faut croire que les hommes sont généralement de nature insatisfaite. Une fois un désir accompli, un autre pointe le bout de son nez… Et cela peut continuer longtemps car il ne s’agit que d’une satisfaction passagère. La solution serait donc pour certains de ne plus désirer, de ne plus avoir d’envies, ce qui éviterait les tourments et laisserait l’âme en paix. Ce serait cela le vrai bonheur, une âme en paix qui ne se laisserait pas troubler. En renonçant aux désirs et à la recherche du plaisir, on deviendrait également plus insensible à la douleur, puisque dégagés de nos insatisfactions chroniques ou passagères. Cela pourrait être la voie de la sagesse…

D’ailleurs la philosophie bouddhiste propose ce type de réflexion et de façon d’être. Les préceptes bouddhistes sont actuellement proposés aux occidentaux dans l’objectif d’un changement personnel, d’un mieux être, d’un développement personnel. Mettons nous au « travail » afin de trouver notre harmonie intérieure. C’est peut-être cela le bonheur, l’harmonie intérieure. Cesser de nous tyranniser nous même en pensant sans arrêt à ce que nous devrions être…

Solutions miracles ?

Une chose est sûre, chacun voudrait atteindre « son bonheur ». Certaines personnes en souffrance se sentent désemparée et ne savent plus quoi faire et vers qui se tourner pour avoir droit elles aussi au bonheur. Problèmes familiaux, psychologiques ou bien économiques. Que faire ? Parfois, l’état de fragilité est tel que l’on est tenté de croire ceux qui nous proposent des solutions miracles. Les gourous par exemple ont des techniques d’approches bien rodées pour manipuler les esprits des personnes désespérées et abuser de leur confiance. Si l’on est prêt à écouter et à suivre les préceptes de la communauté (entendre par cette expression la secte), alors notre existence sera heureuse et nos problèmes disparaîtront… C’est pas compliqué, nous sommes juste quelques dizaines à avoir compris le sens de l’univers, et si le reste de la planète ne veut pas nous écouter, et bien tant pis pour eux !

On pourrait nous faire gober n’importe quoi! Des pilules du bonheur tant qu’on y est ! Et bien oui justement l’industrie pharmaceutique s’escrime à nous démontrer ceci : le bonheur est aussi chimique. Si l’on considère le bonheur comme absence de souffrance alors les médicaments luttant contre les symptômes de la dépression peuvent être considérés comme pilule du bonheur. Un célèbre médicament antidépresseur qui a fait fureur en France a d’ailleurs été qualifié de ce nom là. « Puisque je ne suis pas malheureux je suis heureux », et ceci grâce à la compensation de la trop faible production de sérotonine dans mon cerveau. Je vois la vie en rose, enfin ! – Précisons tout de même que ce type de médicament a une réelle efficacité chez les personnes atteintes de troubles dépressifs majeurs.Les paradis artificiels on nous dit… Gare aux substances illicites qui pourraient nous mettre sur de mauvaises pistes. Pour oublier nos soucis ou essayer d’obtenir un peu de plaisir, on risquerait de se créer d’autres ennuis sans résoudre les premiers. La fuite ne résout rien.
Nous avons des ressources, à nous de les trouver…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page