Vivre avec un handicap sensori-moteur

Le handicap et le regard des autres

image_pdfimage_print
handicap sensori-moteurLa construction de l’identité se fait au travers du regard des autres
L’adolescence est une période de transformation, de mutation profonde. Transformations physiques avec le développement du corps et de ses attributs, mais aussi transformation de la personnalité. Si les corps deviennent adultes assez rapidement, les esprits eux ont besoin d’un temps de maturation plus allongé. C’est une période où l’on doit gérer une pulsionnalité florissante, voire plutôt débordante… La personnalité se construit, laborieusement, petit à petit… L’identité se forge. L’identité c’est, entre autre, l’image que l’on a de soi-même. Cette image se construit depuis notre naissance. L’estime que l’on se porte à soi-même dépend en grande partie de celle que nous a renvoyé notre entourage, en particulier la famille.Pouvoir s’accepter

Ce regard porté sur nous même est donc fortement lié au regard que les autres nous renvoient.

A l’adolescence on a parfois du mal à s’accepter tel que l’on est, on veut surtout être « comme tout le monde ». La différence fait peur, car être différent c’est risquer l’exclusion. L’exclusion c’est quelque chose de très difficile à vivre. Être un « sans ami », c’est l’expression utilisée par les jeunes pour désigner les exclus des cours de récré… Quoi de plus difficile à vivre que la solitude ?

Dans la vie il faut se faire à l’idée qu’on sera accepté par certains et rejeté par d’autres. Et ce travail est rendu plus compliqué lorsque l’on est porteur d’un handicap. Il faut déjà pouvoir s’accepter tel que l’on est et ainsi être moins touché par le regard que les autres peuvent porter sur nous. Lorsque l’on a une estime de soi suffisante, c’est-à-dire que l’on ne sent pas spécialement inférieur aux autres, les remarques et les attitudes sont moins blessantes.

Pouvoir s’accepter tel que l’on est c’est le travail de toute une vie… Alors imaginez le travail supplémentaire que cela peut représenter parfois pour les personnes porteuses d’un handicap, d’une différence. Parfois, y parvenir tout seul est difficile. Il devient alors nécessaire de se faire aider, de façon plus ou moins ponctuelle, par un professionnel type psychologue ou psychothérapeute.

C’est à chacun d’en prendre conscience

Articles similaires

Certaines personnes apprennent à vivre avec leur handicap et font tout pour en être gênées le moins possible. Elles « assument » sans complexe et tentent de ne pas trop penser à leurs difficultés. C’est plutôt le regard que leur portent les autres qui peut finir par les déranger. Ces regards de pitié, de dégoût, de gêne ou de compassion. Ces regards qui viennent quotidiennement rappeler la différence.
Et c’est à chacun de s’interroger sur le regard qu’il porte sur les personnes porteuses de handicap. Un regard quel qu’il soit a toujours a un impact, un effet sur la personne qui le reçoit. Il faudrait pouvoir s’interroger sur le trouble que la vue de ces différences génère en nous. Pourquoi sommes nous troublés, touchés ? A quoi cela nous renvoie-t-il ?

6 commentaires

    1. Bonjour,
      L’ensemble des articles du site filsantejeunes.com est rédigé par les professionnels de santé (psychologues, médecins, conseillère conjugale et familiale) du dispositif. Si tu as une question ou besoin d’une réponse personnalisée tu peux nous appeler au 0800 235 236 ou nous contacter par chat’. Notre ligne est ouverte tous les jours de 9h à 23h (22h pour le chat’).
      Bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page