Petite leçon de psychiatrieAimerHarcèlements

L’érotomanie, c’est quoi ?

image_pdfimage_print

L’érotoquoi ? Tu ne connais peut-être pas ce phénomène sous ce terme-là, mais tu en as sûrement déjà entendu parler… Etre le ou la fan number one de quelqu’un au point d’avoir besoin de le voir à tout prix et d’en venir à le traquer partout, c’est ça être érotomane. Mais nous te donnons plus de précisions dans cet article 😉

L’érotomanie, qu’est-ce que c’est ?

L’érotomanie est un mot venant du grec ancien signifiant « amour fou ». C’est un trouble psychiatrique qui se manifeste sous la forme d’une obsession délirante, appelé aussi délire passionnel : la personne érotomane est persuadée que quelqu’un d’autre l’aime passionnément. Il s’agit d’une personne inconnue au départ considérée comme supérieure par son métier ou sa personnalité (une personnalité publique, une star…) et pour qui on éprouve une admiration.

Bien que très rare des chercheurs ont remarqué que ce phénomène est en légère augmentation avec la présence des réseaux sociaux mais dans une version plutôt soft. On s’est tous déjà retrouvé dans cette situation où on met des heures à interpréter un message qu’on a reçu, un regard et parfois on se fait des films. Mais l’érotomanie c’est différent car ça ne s’arrête pas et ça s’intensifie avec le temps.

Que se passe-t-il ?

L’érotomanie suit un chemin en trois étapes : l’espoir, le dépit puis la rancune. Le délire passionnel se lance très rapidement, comme un claquement de doigt. La personne érotomane croit que la personne admirée s’adresse directement ou indirectement (via les réseaux sociaux, la télé…) à elle et interprète ce message (parole, commentaire, like, clin d’œil…) comme un signe d’amour intense. Ce signe imaginaire est ce qu’on appelle le déclencheur car il vient lancer le délire. Envoi de messages, suivi dans la rue, présence à ses côtés, devant son domicile… tout est bon pour entrer en contact et créer un lien… la situation peut rapidement évoluer en véritable harcèlement !

L’érotomane interprète les moindres faits et gestes de l’autre comme une marque d’amour, il est capable de tout expliquer, notamment la non réponse de la personne admirée : « elle veut rester discrète sur notre amour ». Cette étape peut durer plus ou moins longtemps mais au bout d’un moment, l’érotomane n’a pas d’autre choix que de se rendre à l’évidence, la personne admirée le rejette.

Etant donné que l’érotomane n’obtient pas satisfaction, il peut alors céder à la dépression, puis la rancune ou encore l’agressivité. Il ressent un mélange d’incompréhension, d’injustice et de trahison ayant l’impression que la personne est venue la chercher en lui adressant ce signe (le déclencheur dont on parlait tout à l’heure).

Pourquoi ?

L’état actuel de la psychiatrie ne permet pas de déceler avec certitude les causes de l’érotomanie, mais elle est sûrement liée à un manque de marques d’affections dans l’enfance. Un enfant qui n’a jamais reçu de câlins, bisous ou intérêt de la part de ses parents vient interpréter quand il est plus grand le moindre geste comme de l’affection ou du désir pour lui, notamment du désir sexuel. Cependant, pas de panique, toute personne ayant été en manque d’affection pendant l’enfance ne devient pas érotomane pour autant.

Que faire ?

Le diagnostic de l’érotomanie est difficile à poser car il n’existe pas de test spécifique pour la déceler. De plus, la personne ne vient pas consulter d’elle-même car elle est persuadée de ce qu’elle dit : bien qu’elle s’invente un monde elle n’a absolument pas conscience que c’est délirant. Il existe toutefois des traitements médicamenteux et une psychothérapie peut être mise en place avec un.e psychologue.

Si jamais tu te retrouves victime d’un.e érotomane, la meilleure chose à faire est d’en parler à quelqu’un de confiance (famille, prof, médecin, psychologue, police…). Faire intervenir la justice peut être bénéfique notamment pour se protéger contre les mouvements de rapprochement ou autres actions de la part de l’érotomane.

Nous te rappelons néanmoins que l’érotomanie est un phénomène très rare, admirer quelqu’un ou avoir l’impression que l’autre nous aime ne veut pas dire qu’on est érotomane. Peut-être que le plus simple est de lui en parler directement pour être au clair avec ce que tu ressens ou ce qu’il en est de son côté 😉

Nous restons disponibles si tu souhaites échanger sur ce sujet et/ou sur ta situation au 0 800 235 236 ou par chat’.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page