Ton regard sur le handicap

Pour toi, qu’est-ce que le handicap ?

image_pdfimage_print

handicapC’est exactement la question que nous vous avons posé dans notre enquête.

L’idée était non pas de tester vos connaissances en vous demandant une définition précise du handicap, mais bien de savoir ce que ce mot-là représente pour vous, ce qu’il vous évoque, plus ou moins consciemment…

Nous avons choisi  de vous proposer 4 éléments de réponses, qui, nous semble-t-il, résument le mieux l’idée qu’on se fait aujourd’hui du handicap. Le but était pour vous de les classer, en leur attribuant des « notes » de 1 à 4, selon le degré de proximité que ces mots-là ont avec votre définition du handicap.

Alors, le handicap est-il plutôt pour vous : Une maladie ? Une différence ? Un obstacle à la vie quotidienne ? Une anormalité ?

Après avoir fait la somme des scores pour ces 4 propositions, voici ce qu’il ressort de vos perceptions :

– Le handicap est d’abord et massivement identifié comme étant un obstacle à la vie quotidienne (score : 412 points). Avant d’évoquer pour vous la différence, quelque chose d’étranger ou d’inconnu, souvent troublant et parfois source d’inquiétude, c’est donc d’abord vers la personne qui est en situation de handicap vers laquelle votre esprit se tourne. C’est effectivement à elle que vous pensez lorsqu’on vous dit « handicap », aux désagréments qu’elle doit être « obligée » de subir tous les jours et qui peut rendre sa vie difficile. C’est ce qu’on appelle être altruiste non  😉 ?

– Le handicap est lié pour vous à la maladie (score : 374 points). Si le handicap est pour vous proche de la maladie, c’est bien qu’il est parfois difficile d’arriver à bien faire la différence entre ces deux notions. Elles se définissent différemment certes, mais peuvent aussi avoir des points communs. Ce que vous voulez dire, à travers cette réponse, c’est peut-être que :

• Certaines maladies entraînent des handicaps réels sensoriels, moteurs ou mentaux.

• Être malade peut être en soi un véritable handicap, dans le sens où la maladie peut empêcher de vivre « normalement », de faire des choses qu’on aime : faire du sport, manger certains aliments, apprendre, etc …

• Le handicap, comme la maladie, est source d’angoisse et de souffrances, physiques et psychologiques.

La maladie peut faire penser à quelque chose que l’on a à la naissance, mais peut-être surtout à quelque chose qui s’attrape, qui survient un jour alors qu’on ne s’y attend pas. Elle crée un choc, elle fait peur. Pourriez-vous également ressentir cette peur vis-à-vis du handicap ?

Quand on pense à la maladie, on peut aussi penser à la guérison, à des soins et un traitement qui pourront un jour permettre de la faire disparaître … A travers votre réponse, est-il possible que vous évoquiez aussi l’espoir, plus ou moins conscient, que vous ressentez quant à l’idée de guérir le handicap ?

– Vous définissez ensuite pour vous le handicap comme une différence (score : 315 points), puis une anormalité (score : 306) en dernier lieu. Pour vous, si le handicap marque effectivement une différence entre deux personnes et est donc vraisemblablement soumis aux regards, ce n’est pas cette différence qui prime. Il ne s’agit en tout cas pas d’une différence invalidante ou inacceptable qui mettrait la personne en situation de handicap dans le rang des « anormaux ». Bravo pour cette preuve de tolérance

Il existe souvent une différence entre ce que l’on sait consciemment (parce qu’on l’a appris et intégré), et les fantasmes ou les angoisses par lesquels notre inconscient est traversé. C’est bien pour cela que nous avons sollicité, à travers cette question, vos représentations.

Participants, vous êtes 20% à être vous-même en situation de handicap, et 65% d’entre vous ont un proche dans cette situation … Il est certain que ces chiffres auront eu un impact sur ces représentations et donc sur les réponses à cette question.

Votre participation nous en apprend un peu plus, à nous professionnels de santé, sur ce que représente pour vous le handicap. Cela peut nous donner aussi une idée de la manière dont vous l’appréhendez dans votre vie de tous les jours, de vos ressentis et attitudes face au handicap … C’est précieux.

Merci à tous d’avoir participé  🙂 !

Un commentaire

  1. Le fameux « regard des autres » est couramment relevé entre personnes « en situation de handicap ». Le terme handicap dans l’enquête est cependant mal compris. Son sens ordinaire selon 95 % des occurrences dans la presse et les magazines (je l’ai examine pendant trois ans!) ne renvoie qu’à ce que dit le dictionnaire : un désavantage selon situation. Ce n’est donc pas un synonyme de déficience ou de maladie! Et qui dit « désavantage » dit forcément un problème de justice. Tout est là, les copains!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page