Chat x

Notre service est ouvert du lundi au dimanche, de 9h à 22h. Clique sur le bouton ci-dessous pour chatter avec nous.
Pour plus d'informations : www.filsantejeunes.com/tchat-individuel
Chat' avec nous ...
Publié le , Modifié le 3 novembre 2014

Pro-ana et pro-mia : qu’est-ce que c’est ?

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

image_pdfimage_print

anorexieOn entend parfois parler des « pro-ana  » et des « pro-mia ». Certains reportages télévisuels ont excité la curiosité des gens et fasciné les plus jeunes. Essayons de comprendre en quoi ce phénomène fascine et surtout met en danger.

Pro-ana, qu’est-ce que c’est ?

Le phénomène est récent et est lié à notre société du XXIème siècle. Le mouvement ‘Pro-Ana’ qui est un raccourci de « pro-anorexie », signifie « en faveur de l’anorexie ». C’est aux États-Unis, à la fin des années 2001, que ce mouvement a émergé. Les sites pro-ana ont été crées pour contrer ceux qui se proposaient d’aider les anorexiques à manger. Le mouvement pro-ana part d’une maladie connue, l’anorexie, mais cette anorexie n’est pas vécue comme une maladie, elle devient un « mode de vie ». Les personnes malades choisissent de refuser de se soigner, de s’affamer et surtout, elles ne le cachent plus, ou presque. Des forums fournissent des astuces pour maigrir plus vite, pour éviter de se faire repérer par ses proches, pour échapper aux analyses médicales et aux soupçons des médecins. Dans l’anorexie, on affame son corps, dans le mouvement « pro-ana », la non-nutrition donne l’illusion de se sentir exister. Les douleurs de la faim apportent une satisfaction. On n’est plus victime d’une maladie, mais acteur d’un choix de vie.

De l’anorexie au « pro-ana »

L’anorexie démarre souvent de la même façon : à l’adolescence, période parfois difficile de la vie, on débute un régime pour perdre « quelques kilos ». Très vite l’engrenage happe la jeune fille fragile et vulnérable, qui ne peut plus accepter l’idée de ne pas continuer à maigrir. Cette jeune fille qui souffre de la situation, cherche à partager sa souffrance avec des pairs dans l’intention d’être comprise et aidée. Internet aujourd’hui offre la possibilité de rencontrer des pairs qui vivent des expériences similaires aux leurs. On appelle ces réseaux de pairs, des communautés (communauté de collectionneurs de timbres, de randonneurs vosgiens, de croqueurs de pommes etc…).

L’aspect dangereux de la communauté pro-ana c’est qu’elle réconforte, et donc conforte, les anorexiques en les incitant à continuer dans la voie qu’elles ont entrepris. A travers les « 10 commandements » que ce mouvements édicte, les jeunes filles finissent par croire qu’elles vont arriver au bonheur. Elles entrent dans un déni de leur maladie. La communauté érige l’anorexie en mode voire en art dont il ne faut plus avoir honte. Ne pas manger devient le chemin qui mène droit à la plénitude.

Les messages sont déclinés sous forme de poésie, de déclamations lyriques qui masquent la cruelle réalité de leurs auteurs… Les sites pratiquent une espèce de racolage car ils retouchent des photos afin de faire croire que la beauté squelettique est la seule qui vaille. Les jeunes filles souffrant d’anorexie y trouvent alors un reflet de ce qu’elles recherchent en se privant de nourriture.

Et les « pro-mia » ?

Ce mouvement est moins important que le précédent, il incarne le côté « méchant » de la faim alors qu’Ana est le côté gentil : il prône la boulimie comme choix de vie, mais avec le but inavoué d’arriver quand même à l’anorexie. Il encourage à manger sans mesure et à se faire vomir ensuite afin de ne pas prendre de poids. La problématique du poids reste donc centrale. Toute jeune fille qui « se respecte » va petit à petit quitter Mia pour rejoindre Ana : le Bien va vaincre le Mal, à tel point que les personnes de poids normal sont considérées comme « obèses » , elles n’inspirent que du mépris car elles sont dépendantes de la nourriture.Dans ces modes de pensées complètement opératoires, c’est-à-dire dénués d’affects, on se retrouve confronté à une banalisation de l’acte de vomir ou de s’affamer. La prise alimentaire est l’élément central qui rythme la vie de ces jeunes filles, elle s’en croient maîtresses mais elles en sont en faites les victimes. C’est leur aspect physique qui interpelle et attire le regard des autres. Ces jeunes filles sont ambiguës car elles souhaitent qu’on les laisse tranquilles et en même temps, elles font en sorte d’être physiquement remarquées. C’est toute la complexité de cette maladie.

Que dit la loi à propos de ces sites ?

En France, ces sites sont interdits depuis peu, la plupart ayant été supprimés après que de nombreuses Pro-Ana soient mortes des suites de leur maladie. Ils sont assimilés à une incitation à l’automutilation et à la « mise en danger de la vie d’autrui ». Ce sont les hébergeurs qui s’exposent aux sanctions car ils sont responsables du contenu des sites qu’ils hébergent. En général ils préfèrent se montrer prudents et interdire ces contenus. Les jeunes pro-anorexiques, qui ne manquent pas d’imagination, réussissent quand même à se rencontrer, à communiquer et portent des signes extérieurs d’appartenance à cette communauté. Elles parviennent à entretenir cette pratique.

L’anorexie, tout comme la boulimie, demeurent cependant des maladies graves qui peuvent être mortelles. Accepter de reconnaître que l’on est malade, est le premier pas vers la guérison.

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

6 réflexions au sujet de « Pro-ana et pro-mia : qu’est-ce que c’est ? »

  1. Bonjour, j’aimerais bien avoir quelques conseils pour la perte de poids, notamment pour s’empêcher de grignoter… Quelques fois manger est comme une sorte de réflexe nocive.
    Je ne mange pas le matin, ou quelques fois un thé ou du café, le midi je ne mange pas. Du coup il me reste le repas du soir, mais il m’arrive de beaucoup trop manger, c’est là que je demande de l’aide …

    j'aime 11
  2. Moi , je mange jamais au collège et j’essaye de limiter mon alimentation chez moi . J’ai perdu plusiers kilos et je me trouve grosse je déprime . Je sais pas si je suis anorexique . Même si je le suis pas , vous avez des astuces pour maigrir ?

    j'aime 4
    • Salut ! Alors juste je ne suis pas médecin. Ensuite, fait gaffe, car l’anorexie peut commencer par un simple régime. Si tu es déprimée, essaye de voir un(e) psychologue, et parles en à tes parents. L’anorexie est une sale maladie, dont il est très dur de sortir.

      j'aime 1
  3. Bonjour a Tous. J’était a 91 Kg , J’ai su en perdre 12 Mais J’en n’est pris 3 Par après , Je m’en veux ( mais pas au point de me mutiler ni rien ) … Cela fait 3 ans que je ne fait plus de Sport et que je déprime , je voudrais m’en sortir ( comme tout le monde ) Help

    j'aime 4
    • :good: Mais c’est super tu as deja perdue autant ! 3 kilos, c’est rien, tu peuc reprendre ces 3 petits kilos en moins d’un mois ! pense aux 12 perdus ! :bye:

      j'aime 4

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 235 236.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)