Deuil

Se cacher pour pleurer

image_pdfimage_print

« J’ai 15 ans et mon père est mort, il me manque terriblement, je pleure son absence tous les jours et pourtant je me cache pour pleurer ». Mais d’où vient ce besoin ? Quel sens a-t-il pour moi ?

A quoi ça sert de pleurer ?

Faire son deuil signifie accepter de continuer à vivre alors que l’autre n’est plus là. Cette acceptation demande du temps et durant ce temps souvent on se sent triste, démuni(e), seule(e) avec sa peine. De nature sensible ou pas, il arrive qu’on ait envie de pleurer.

Pleurer signe le fait que l’on éprouve une émotion comme la tristesse, la colère, la frustration, l’impuissance etc.…. Quand on vit un événement difficile comme un décès, les larmes souvent atténuent le chagrin et nous libèrent de la colère ; alors, malgré le soulagement qu’on peut ressentir, pourquoi a-t-on parfois besoin de se cacher pour pleurer ?

A quoi ça sert de se cacher ?

Quand on est ado, le regard des autres et l’image que l’on renvoie sont super importants. Les larmes montrent quelque chose de soi. Alors quand on se cache pour pleurer c’est pour éviter de montrer ce qu’on ressent, de montrer qu’on ne va pas bien.

Se cacher par honte : devant les copains on peut se sentir honteux parce que pour certaines personnes et dans certaines cultures, pleurer, afficher sa peine c’est le signe qu’on est faible ou trop sensible. Montrer qu’on est faible est mal vu.

Se cacher par pudeur : pleurer révèle une part de soi que les autres ne connaissent peut-être pas. Ça révèle notre sensibilité et le fait que ce que l’on vit est très difficile. Pleurer devant l’autre va susciter chez lui une réaction qu’on est peut-être pas prêt à assumer ; on estime aussi que nos larmes, signes de notre détresse, font partie de notre intimité, nous appartiennent et c’est pourquoi on préfère les garder pour soi.

Se cacher pour protéger : quand quelqu’un de l’entourage meurt, on peut avoir envie de cacher ses larmes pour protéger ses proches, même s’ils ne sont pas concernés par le décès. Ce qu’on veut c’est les protéger de notre propre peine, de notre détresse, pour éviter qu’ils s’inquiètent.

Se cacher par peur : de ne pas arriver à s’arrêter. Quand on est submergé par l’émotion et qu’on décide de se laisser aller c’est-à-dire qu’on s’autorise à pleurer, on imagine parfois que la douleur est telle que jamais on ne pourra s’en remettre, jamais on ne finira de pleurer.

Quand on est touché et affecté par la mort d’un proche, on peut se cacher pour pleurer ou montrer ses larmes à tout le monde. L’important c’est de pouvoir exprimer ce que l’on ressent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page