Les gestes pour une bonne santéMieux vaut prévenir...

Un vaccin contre la méningite C

image_pdfimage_print

vaccinationLa méningite C est une maladie grave et contagieuse. En France, au cours de 6 dernières années, il y a eu en moyenne 175 cas de méningite C par an. De la famille des « infections invasives à méningocoque », elle est le résultat d’un germe : le méningocoque C.

Le méningocoque est une bactérie, qui peut être présente dans la gorge et dans le nez. La plupart des porteurs de cette bactérie sont des « porteurs sains » c’est-à-dire qu’ils ne vont jamais développer d’infection. En revanche, ils peuvent transmettre la bactérie.

La transmission se fait par voie aérienne, lors de contacts directs, répétés et rapprochés (vie en collectivité) avec de la salive contaminée (postillons, éternuements, bisous). Le risque de transmission est plus élevé en hiver. Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), entre 10 et 25% des gens sont porteurs de cette bactérie à un moment donné. Le plus souvent, ce sont les adolescents ou les jeunes adultes. On constate deux pics de fréquence de la maladie : chez les enfants de la naissance à 5 ans, et chez les adolescents entre 15 et 20 ans.

Le méningocoque C peut provoquer deux formes d’infections

  • La méningite C : chez les enfants de plus de 3 ans et les adolescents,  les signes sont semblables à ceux de l’adulte : grosse fièvre, maux de tête, vomissements, nuque raide, état de conscience qui fluctue…  La méningite C se traduit par une infection du liquide qui enveloppe le cerveau et la moelle épinière, appelées les méninges.
  • La septicémie à méningocoque C : infection généralisée du sang, c’est l’ensemble de l’organisme qui est touché. La forme la plus grave (dans 1 cas sur 3) entraîne le purpura fulminans : fièvre inexpliquée, taches rouge violacé sur la peau qui se développent très vite, état de choc…  Si elle n’est pas traitée rapidement, cette forme peut conduire au décès (20 à 30% de mortalité) ou laisser des séquelles importantes. L’évolution de la maladie est foudroyante.

Un vaccin, pourquoi ? 

Pour faire face à cette maladie aux conséquences parfois gravissimes, il existe un vaccin. Au regard des campagnes de vaccination contre la méningite C qui ont eu lieu ces dernières années dans plusieurs pays d’Europe (dont l’Angleterre et les Pays Bas), ce vaccin a largement prouvé son efficacité. En bloquant l’acquisition de la bactérie mais aussi sa diffusion dans le corps, le vaccin a réduit de 95 à 99% le nombre de malades !

Articles similaires

L’intérêt du vaccin est qu’il a un effet certain sur les sujets vaccinés, mais permet  également de protéger les autres (moins de risque de transmission puisque moins de porteurs de la bactérie).

Les nouvelles recommandations
Depuis Juin 2009, le Haut Conseil de la santé Publique recommande la vaccination systématique pour tous les jeunes de 1 an à 24 ans : un vaccin, une seule dose, en une seule fois !

Ce vaccin est depuis le 5 janvier 2010 remboursé par la Sécurité Sociale ! Son prix est de 24,15 euros et il est remboursé à 65%. Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à en parler avec vos parents ou directement à votre médecin traitant.

Plus d’infos sur www.sante.gouv.fr et pour plus d’informations sur la vaccination dès l’entrée au collège, vous pouvez consulter le dépliant  « Je rentre au collège », qui vous dit tout à ce propos.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page