Addiction sans produits

Addiction au porno

image_pdfimage_print

Pour certains, la pornographie peut être une des façons de découvrir la sexualité. Tu vas voir des images qui vont plus ou moins attirer ton attention, t’exciter, te faire peur, te dégouter, voire te faire rire ! Ce sont des images qui marquent. Chacun a sa façon de « consommer » (ou pas) du porno, pour la plupart cela reste occasionnel mais certains peuvent devenir accro.

Ça se passe dans la tête !

Ton cerveau joue un rôle majeur dans la libido (le désir) et la sexualité en général. L’excitation que tu peux ressentir en regardant du porno va provoquer des réactions physiques : dilatation des pupilles, augmentation du rythme cardiaque, érection chez le garçon et sécrétion de cyprine (ce qu’on appelle la « mouille ») chez la fille.

La pornographie peut faire partie de la sexualité, c’est un moyen de stimuler l’excitation, de découvrir certaines pratiques sexuelles, et il n’y a pas de mal à ça ! Le problème c’est quand tu perds le contrôle sur la quantité de vidéos pornos que tu regardes. C’est également un souci lorsque ce n’est pas vraiment toi qui décides quand tu regardes du porno mais quand c’est une envie soudaine que tu n’arrives pas à contrôler. A ce moment-là ce n’est plus du plaisir mais fait de manière automatique, pour passer le temps.

Le terme addiction est important car il signifie qu’il y a une souffrance chez la personne concernée. Les professionnels de santé définissent le terme d’addiction de cette manière : Il s’agit d’une dépendance à une substance ou une activité, avec des conséquences négatives pour la personne.

Dans le cas précis de l’addiction au porno, la dépendance à ces images/vidéos peut te gêner pour faire des activités quotidiennes comme travailler, voir des amis, faire du sport, aller en cours, etc… Très souvent l’addiction va être cette petite voix qui te dit « non reste devant l’ordi, regarde une autre vidéo allez ! » ou bien « tu t’ennuies là on dirait, va faire un tour sur ce site porno tu vas kiffer ! » ou encore « bon ça va pas trop, allez va sur ce site tout ira mieux après ».
Pour certains cette consommation peut être un moyen d’éviter de penser à ses soucis, provoquer un fort isolement et les mettre dans une situation de grande souffrance.

Articles similaires

Mollo sur le porno ?

L’addiction au porno pourrait avoir des conséquences sur le quotidien comme on vient de le voir, y compris sur la sexualité. La pornographie montre des actes sexuels qui ont pour but d’exciter, d’impressionner, le risque c’est de finir par penser que ce que l’on voit en vidéo doit correspondre à ce que l’on fait en vrai. La personne addict au porno peut donc avoir des exigences envers elle-même et son-sa partenaire, notamment en termes de performances et de critères physiques. Ces attentes peuvent rendre la personne insatisfaite sexuellement et donc malheureuse. Cette addiction va même provoquer une perte de libido chez certain-e-s.

La pornographie, c’est avant tout du cinéma : un scénario (si si parfois il y en a un !), des caméras, un réalisateur, une équipe technique pour l’éclairage, le son etc… Un genre de cinéma un peu particulier c’est vrai, mais ça n’en reste pas moins de la fiction !

Voici d’autres exemples où l’addiction au porno met en difficulté :

• A force de regarder très très (trèèès) souvent des vidéos porno, tu risques d’avoir du mal à te détacher de ces images, de ces scènes, de ces positions qui risquent de tourner en boucle dans ta tête, même quand tu ne les regardes pas !

• Pendant la masturbation ou dans un rapport sexuel, tu risques d’être moins attentif à ton corps, ton plaisir, ou au corps de ton-ta partenaire, son plaisir, mais davantage à la façon de reproduire telle ou telle scène, de faire tel ou tel acte que tu as vu en vidéo.

• L’addiction au porno peut également diminuer la capacité d’imagination parce qu’elle l’empêche de se développer. Dans le rapport sexuel il y a une part d’imprévu, d’inattendu, de spontanéité que la pornographie tend à faire disparaître.

Pour tenter de mieux comprendre comment l’addiction se met en place, en 2014 des scientifiques anglais ont réalisé une expérience auprès de personnes addicts au porno. Ils ont constaté que ces personnes ont été confrontés plus tôt que les autres à du contenu pornographique. On suppose que plus jeune on regarde du porno, plus on risque d’être influencé et fasciné par ces images et de devenir dépendant.

Que faire ?

Si tu t’inquiètes par rapport à ta consommation de porno, tu peux par exemple te questionner avant de regarder une vidéo : est-ce que tu y vas parce que tu t’ennuies ? parce que tu ne sais plus quoi faire ? Le porno amène souvent à la masturbation et à la jouissance, c’est donc une source de plaisir et de satisfaction, mais est-ce la seule pour toi ?

La pornographie et encore plus l’addiction au porno est encore un sujet tabou. Parce qu’il renvoie à quelque chose d’intime, de personnel ça peut être compliqué d’en parler. Si tu ne te sens pas à l’aise de le dire à tes parents, ça peut être un autre adulte par exemple l’infirmière ou le psychologue de ton établissement. Tu peux aussi nous appeler au 0800 235 236 ou nous écrire par chat’.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page