Chat x

Notre service est ouvert du lundi au dimanche, de 9h à 22h. Clique sur le bouton ci-dessous pour chatter avec nous.
Pour plus d'informations : www.filsantejeunes.com/tchat-individuel
Chat' avec nous ...
Publié le , Modifié le 4 avril 2014

Adopté-e, ce que je peux ressentir

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

image_pdfimage_print

adoption2Je suis ado

Le moment de l’adolescence, c’est un moment où on peut se poser plein de questions, sur les autres, sur les parents, sur soi-même. C’est un moment où on peut avoir envie de tout envoyer balader, tendance à remettre tout en cause pour évoluer et se construire en tant que futur adulte. On se cherche soi-même, quitte à parfois en souffrir. Il arrive qu’on ne se sente pas très bien dans ses baskets…

En tant qu’enfant, on s’est tous posé la question de ses origines, il s’agit d’un sujet important qui fait partie des doutes et des fantasmes de chacun.

Je suis ado adopté

Certains ressentis sont normaux à l’adolescence, mais ils peuvent aussi être exacerbés lorsqu’on a été adopté. Il n’est pas toujours facile de se forger une identité alors qu’on se pose des milliards de questions… Cette question des origines notamment, se pose cette fois dans la réalité.

Je me sens différent…

Il arrive de se sentir un peu à part, différent de ses copains parce qu’ils ont quelque chose qu’on n’a pas : eux, ils savent d’où ils viennent, ils connaissent leur histoire. Différent de ses parents aussi: ils nous ont accueilli et élevé, mais finalement qu’a-t-on reçu d’eux-mêmes alors qu’on n’a pas la même culture d’origine, les mêmes yeux ou la même couleur de peau ? Différent de ses frères et sœurs, on ne se reconnaît pas en eux …

Je me sens seul

On peut avoir l’impression d’être incompris dans cette différence, surtout par sa famille (heureusement qu’il y a les copains !), pas écouté, parfois même pas aimé… et ressentir un douloureux sentiment de solitude. Le problème, c’est qu’on peut être tenté de s’enfermer dans cette solitude-là.

Je ressens un manque

Il est possible aussi de ressentir un manque, une absence au fond de soi qui ne s’en va pas. Ce sentiment de vide est peu-être lié aux questions qui restent sans réponse, autour du contexte de l’adoption, de l’identité de ses parents biologiques, de son histoire familiale…

Je ressens de la peur

Peuvent se réveiller à l’adolescence des sentiments de petit enfant un peu enfouis : au moment où on cherche à comprendre qui on est peuvent resurgir des angoisses liées à son histoire, angoisses de rupture ou d’abandon…

Je doute

Il n’est pas toujours facile d’avoir toutes ces questions dans la tête, elle prennent beaucoup de place et fragilisent parfois. Alors on se met à douter de soi-même, de sa valeur et de sa place, de la sincérité des autres, de sa famille, de sa capacité à avancer dans la vie, parfois peut-être aussi à devenir parent…

Je suis en colère vis-à-vis de mes parents

On peut avoir besoin de mettre à mal sa famille, histoire peut-être de tester sa solidité. C’est une manière aussi de lutter contre ses propres fantasmes de rejet et réussir à prendre peu à peu de l’autonomie. C’est le temps de remettre en question l’éducation et l’amour parental, de questionner le « roman familial »…

Si on se sent mal, il est pourtant important de pouvoir en parler avec ses parents… Dire qu’on ne va pas bien, dire pourquoi aussi. C’est vrai qu’il ne paraît pas toujours facile de parler de son adoption, ou de son mal être, lorsqu’on a des sentiments « ambivalents » (c’est-à-dire contradictoires) à leur égard : on les aime mais on a parfois le sentiment de les détester, on leur en veut parfois mais on se sent un peu coupable de leur en vouloir…

Pourtant, ce sont vos parents, ce sont ceux qui vous ont choisi et qui se sont engagés pour vous, et pour toute la vie ! Alors ils peuvent comprendre ce que vous vivez et sont là aussi pour partager avec vous les moments difficiles.

Il est peut-être utile de terminer cet article en ajoutant qu’on peut aussi avoir été adopté et se sentir tout à fait bien… Avoir été adopté, cela peut être une différence, mais une différence qui rend plus fort, qui donne envie d’avancer encore plus. Il y a eu une véritable rencontre avec ses parents, cette rencontre a pu être très positive et permettre ainsi de s’épanouir dans la vie !
On est avant tout ado, et on vit cette adolescence pleinement !

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

4 réflexions au sujet de « Adopté-e, ce que je peux ressentir »

  1. [quote name=”caroline 222″]chui adoptéé mais j’ai un probléém j’arrive pas a sortir de ma bulle et e parlé a mes parent de ce sujet car je veux pas leur fais sentir que je vais mal car il seront triste mais j’étouffe help plz merci d’avance[/quote]

    Je veux bien t’aider Caroline, moi aussi j’ai été adoptée…

    j'aime 2
  2. chui adoptéé mais j’ai un probléém j’arrive pas a sortir de ma bulle et e parlé a mes parent de ce sujet car je veux pas leur fais sentir que je vais mal car il seront triste mais j’étouffe help plz merci d’avance

    j'aime 2

Répondre à caroline 222 Annuler la réponse

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 235 236.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)