Les parents/beaux-parentsJe suis ADOpté-e

Et si j’ai pas de parents ?

image_pdfimage_print

Les parents, gros sujet de prise de tête… Mais ne pas en avoir peut l’être aussi. Comment ça se passe quand on n’a pas de parents ? C’est ce qu’on explore ici.

Comment en parler aux autres ?

Si, pour une raison ou pour une autre, tu n’as pas de parents, tu peux penser que tu es différent des autres. Surtout quand les autres te parlent de leurs parents ou te posent des questions sur tes parents. Tu peux non seulement avoir le sentiment de ne pas être comme les autres, mais aussi d’avoir moins que les autres. Tu peux te dire : « Ils ont sûrement plus de chance, plus d’amour, ils sont plus heureux que moi ! » Tu te compares aux autres et c’est tout à fait normal. Tu peux même trouver la situation injuste. Mais rien ne dit, au fond, que les autres sont plus heureux ou qu’ils vont mieux réussir leur vie que toi !

Tu peux aussi avoir peur de la réaction des autres par rapport à cette différence. Tu te demandes : « si je leur dis que je vis chez ma tante ou dans une famille d’accueil, est-ce qu’ils comprendront ? Est-ce qu’ils vont me juger, me trouver bizarre ou me mépriser ? »

Peut-être que tu as l’impression de devoir te justifier. Est-ce qu’il faut expliquer ta situation ? Ou en dire le minimum? Et si on te pose des questions sur ton histoire, comment réagir ? Nous n’avons pas de réponse précise à ces questions. C’est toi et seulement toi qui décides si tu souhaites en dire plus aux autres ou pas, il n’y a rien d’obligatoire. Mais plus tu seras à l’aise avec ce que tu vis, plus ce sera facile d’en parler aux personnes en qui tu as confiance.

Pas de parents : pourquoi ?

Tu peux ne pas avoir de parents pour plein de raisons différentes, chaque histoire familiale est unique. Tes parents peuvent être décédés. Si c’est le cas, quand les autres te posent des questions sur tes parents ça peut être douloureux. Tu dois faire face au deuil, et traverser différentes phases compliquées. Dans ces moments difficiles c’est important de pouvoir parler de ce que tu ressens, d’être soutenu par des proches et des professionnels de l’écoute.

Autre possibilité tes parents sont vivants, mais absents. Pour une raison ou pour une autre, ils sont loin de toi et ne peuvent pas s’occuper de toi au quotidien. Alors c’est un travail de renoncement à faire, pour accepter qu’ils ne soient pas là, qu’ils ne peuvent pas s’occuper de toi comme tu voudrais,  comme une famille « classique » le ferait. Dans ce cas aussi, le fait qu’on te parle de tes parents, ça peut te renvoyer à un manque.

Ça aide à grandir ?

Il peut y avoir des côtés positifs à ta situation, que tu n’as peut-être pas encore envisagés : comme tu es obligé de te débrouiller davantage seul, cela te rend plus autonome. Par ailleurs tu as souvent également une meilleure compréhension du deuil, du renoncement, de la différence… ça peut te rendre plus mûr et plus empathique avec les autres.

Avec le temps, en grandissant, on peut se renforcer, faire ses propres choix et devenir un adulte épanoui. Mais pour cela, c’est important d’avoir un coup de pouce, des personnes ressources à un moment donné.

Quelqu’un sur qui compter

En vrai, l’important est d’avoir quelqu’un sur qui compter. Cette ou ces personnes-ressources, tu peux les trouver dans ta famille élargie, par exemple : tes frères, sœurs, oncles, tantes, cousins… Une main tendue peut également être à saisir du côté de la famille qui t’accueille, de cet éducateur gentil et disponible pour toi, de cette prof qui te valorise…

Ce qui est important, ce qui compte vraiment, au fond, c’est la « famille » qu’on se choisit. Et toi ? Est-ce que tu as identifié des personnes ressources autour de toi ? Lesquelles ?

Et si tu n’as pas encore repéré de personnes bienveillantes dans ton entourage, s’il n’y en a pas, c’est important de ne pas rester seul malgré tout ! Des professionnels sont là pour prendre le relais ! Et si tu nous appelais pour qu’on fasse le point sur tout ça ? Nos dispositifs, le ch@t et le 0 800 235 236, sont ouverts tous les jours de 9h à 23h (22h pour le ch@t), ils sont anonymes et gratuits. N’hésite pas, on est là !


Sais-tu que Fil Santé Jeunes est également accessible en LSF et LfPC ? Pour en savoir plus viens lire notre article : Jeunes sourds ou malentendants : Fil Santé Jeunes accessible !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page