Violences sexuellesLes difficultés sexuellesLes pratiques sexuellesVivre sa sexualité

Consentement, argent et prostitution

image_pdfimage_print

Le consentement sexuel dépend avant tout du désir. Quand tu consens à un rapport sexuel, c’est parce que tu en as envie. Le faire sans en avoir envie, mais contre de l’argent, est-ce que c’est consentir ? Le sexe peut-il s’acheter ? Ton corps a-t-il un prix ?

Consentement avec argent et consentement sans argent

Consentir à quelque chose, c’est être d’accord, de façon active ou passive. L’ennui, c’est que le consentement (ou son contraire) est parfois difficile à exprimer, et encore plus à interpréter. Ça créé de nombreux problèmes, notamment dans le domaine de la sexualité. Le rapport avec la prostitution, c’est que le consentement est acheté.

La prostitution n’est jamais bénévole. L’argent est sans doute le point central de la prostitution : il simplifie et cadre définitivement la relation entre client et prostitué(e). Le fait d’être payé(e) induit directement que l’un joue un rôle et que l’autre en bénéficie. Il n’y a pas d’ambigüité.

C’est quoi le problème alors ?

Le problème, c’est qu’il s’agit de ton corps, de ton sexe, de ton image. Ça n’est pas anodin et ça induit de nombreuses contraintes et complications par la suite. Ça impacte peu à peu la relation à l’autre, notamment au niveau du désir. Monnayer son désir, ça implique de pouvoir s’en détacher, le regarder de l’extérieur sans le vivre, faire semblant et finalement perdre le lien intuitif avec celui-ci. C’est-à-dire qu’après un temps de prostitution, on a tendance à se déconnecter de son désir sexuel.

Articles similaires

Se prostituer est très dénigré et ne permet pas qu’on en parle, notamment avec son ou sa petit(e)-ami(e), ses parents, ses potes : on est contraint de mentir en permanence, de cloisonner sa vie et de s’habituer à garder pour soi des ressentis qu’on a besoin de partager. La prostitution mène souvent dans des endroits qu’on ne soupçonnait pas au départ. On démarre toujours avec la conviction qu’on sera capable de maîtriser des règles fixées à l’avance. Le fameux « t’inquiète je gère, j’arrête quand je veux », comme au début des consommations de tabac, de drogue ou d’alcool…

Escalade : attention à la chute

En finir avec la prostitution n’est pas simple et implique aussi parfois des renoncements. Toutes les habitudes relationnelles chamboulées sont à réapprendre : raconter et partager sa journée, renoncer à mentir à ses proches et dissimuler son activité, pouvoir à nouveau identifier son désir sexuel, s’y reconnecter… ça demande beaucoup d’effort, du temps, et surtout, de l’aide. L’exfiltration a aussi un prix.

Envie d’en parler, appelle-nous !

Tu peux également te rapprocher d’une association tel que l’Amicale du Nid par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page