Les gestes qui peuvent sauverLes maladies chroniques

Que faire en cas d’urgence médicale ?

image_pdfimage_print

Peut-être as-tu déjà été confronté à une situation où quelqu’un était en danger, ou peut-être quelqu’un t’a-t-il raconté ce qu’il s’est passé lors d’un accident grave. Dans ces moments-là, il faut pouvoir réagir très vite car la ou les personnes blessées auront besoin d’une aide médicale urgente.

Ça veut dire quoi « urgence » ?

Une « urgence médicale » c’est une situation qui nécessite une intervention médicale immédiate. Dans ce genre de situation, la vie de la victime est parfois en jeu. Ce sont des situations qui peuvent faire peur, mais dans la majorité des cas, c’est grâce à la réaction des personnes présentes que la victime pourra être secourue.

Comment repérer le problème ?

Tout d’abord, il s’agit de pouvoir faire la différence entre ce qui nécessite une intervention des secours urgente, et ce qui n’est pas une urgence. Pas si simple ! Il existe des blessures qui peuvent paraître très graves, et qui ne sont pas une urgence médicale (même s’il faut tout de même la soigner !). Par exemple, une arcade sourcilière ouverte saigne beaucoup, c’est très impressionnant, mais ce n’est pas grave et tu peux aller dans une pharmacie pour être soigné-e.

A l’inverse, il y a des situations où on ne voit pas forcément le danger. Savais-tu que quand quelqu’un boit trop d’alcool, il peut y avoir un risque vital ? Si la surdose d’alcool est vraiment importante, la personne peut s’endormir, et faire ce qu’on appelle un « coma éthylique ». De l’extérieur, on a l’impression qu’il/elle dort. Dans ces cas-là, il faut vérifier qu’il/elle n’est pas inconscient-e. Si tu n’arrives pas à le/la réveiller, il est possible que sa vie soit en danger et qu’il/elle ait besoin d’une aide médicale.

Articles similaires

Quels sont les gestes utiles ?

D’une façon générale :

1 : Assure-toi que l’espace est sécurisé, protège-toi d’abord avant de protéger l’autre. Si celui qui essaye de venir en aide se retrouve lui aussi en urgence vitale, ça devient compliqué et dangereux. Par exemple, si tu vois un incendie, ne te précipite-pas dans les flammes ! Reste en sécurité et appelle un numéro d’urgence.

2 : Appelle les secours ou demande à quelqu’un de le faire. Au cas où tu ne le savais pas : même sans crédit et/ou verrouillé un téléphone fonctionne toujours pour joindre les numéros d’urgence.

3 : Si c’est toi qui appelle les secours, ne raccroche pas tant qu’ils ne t’ont pas dit que tu peux le faire ! Si tu es seul(e), essaye de rester à côté de la personne blessée jusqu’à l’arrivée des secours si c’est sans danger pour toi, et d’appliquer les conseils que les secours te donneront par téléphone.

J’appelle qui ?!

15 : Le SAMU, Service d’Aide Médicale d’Urgence. Tu auras au bout du fil un médecin qui te dira ce que tu peux faire et qui enverra, si besoin, les pompiers.

17 : La Police. S’il y a un danger pour toi aussi, que quelqu’un a un comportement dangereux pour les autres ou lui-même, c’est le numéro à appeler.

18 : Les Pompiers. C’est le service qui va réagir le plus rapidement à l’urgence. Ils peuvent être là en quelques minutes. S’il y a le feu, ou si une personne doit aller immédiatement à l’hôpital, c’est eux qu’il faut appeler !

Le 112 : numéro d’urgence qui fonctionne dans tout l’espace européen, si jamais tu es dans un autre pays que la France et que tu ne connais pas le numéro officiel que tu souhaites joindre.

Le 114 : numéro d’appel d’urgence pour les personnes sourdes et malentendantes. Grâce à ce numéro unique, national, gratuit, accessible par visioconférence, tchat, mail, SMS ou fax, 24/24, 7/7 les agents du 114 vous répondent et contactent le service d’urgence adapté le plus proche de chez vous.

Le centre anti-poison : 01 40 05 48 48. C’est le numéro à appeler en cas de surdose (de médicament ou de drogue) ou d’ingestion d’un produit toxique ou de quelque chose qui n’est pas destiné à la consommation humaine.

 

Et voilà, tu sais l’essentiel. Tu peux aussi te former aux premiers secours : Il existe des certificats ou des diplômes de secouristes, qui permettent d’apprendre les gestes qui sauvent. Ils changent régulièrement d’appellation en fonction des années, mais le plus connu reste aujourd’hui le PSC1. Tu peux le passer en quelques jours avec la protection civile, mais aussi pendant la formation du BAFA (Brevet d’animateur), par exemple.

Ça ne demande pas beaucoup de temps d’apprendre les bases, et ça peut servir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page