Chat x

Notre service est ouvert du lundi au dimanche, de 9h à 22h.
Pour plus d'informations : www.filsantejeunes.com/tchat-individuel
Service fermé
Publié le , Modifié le 6 août 2019

GHB : la drogue du violeur

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

image_pdfimage_print

GHBUne rencontre en boîte ou dans une soirée s’accompagne souvent d’un verre (alcool ou soda). Échange de sourires, de paroles, tentatives de séduction… Quelques temps plus tard, au moment de rentrer chez soi, on peut se sentir tout à coup somnolent. L’autre propose de nous raccompagner et c’est là que les souvenirs s’arrêtent. Jusqu’au lendemain matin où au réveil on trouve des préservatifs usagés à côté du lit…

Impossible de se souvenir de ce qu’il s’est passé et pourtant, une sensation étrange nous habite… On a peut-être été victime de « la drogue du viol ». Mais de quoi s’agit-il ? Pourquoi de tels effets ? Comment s’en protéger ?

Il existe une vingtaine de substances associées à la drogue du viol, mais deux d’entre elles sont plus fréquemment utilisées: le Rohypnol et le GHB. Leur prise provoque des effets déroutants : sensation soudaine de vertige, parfois d’euphorie, puis amnésie partielle ou totale. C’est la porte ouverte aux agressions de tous types (abus sexuels, vols etc…).

Le Rohypnol

Il se définit comme un sédatif hypnotique. Ses effets sont 10 fois plus puissants lorsque cette pilule, plus petite qu’un cachet d’aspirine, est mélangée à de l’alcool. Habituellement utilisé pour soigner l’insomnie et l’anxiété, son apparence de bonbon peut donner un sentiment erroné de sécurité et de légalité… il reste peu cher et très accessible. Autrefois sans couleur, sans goût et sans odeur, il était très simple de le mélanger incognito à une boisson. Depuis 1997, des chercheurs lui ont associé un colorant bleu qui rend plus visible sa dissolution (sauf dans le café, whisky-coca ou autres cocktails colorés…).
Combiné à de l’alcool ou du cannabis, ce produit devient véritablement dangereux : désinhibition, somnolence, nausées et perte de la capacité de jugement, de mémoire, difficulté à s’exprimer clairement et à marcher droit… à forte dose même, perte de conscience.

Le problème pour celui qui l’avale sans le savoir est qu’il est très difficile de réagir à temps, tant il agit rapidement : ses effets apparaissent dans les 20 minutes suivant son ingestion et durent environ 8 heures.

Le GHB

Qualifié d’anesthésiant euphorisant, il est également utilisé dans un cadre médical, pour les anesthésies générales notamment. On le trouve principalement dans les boîtes de nuit et fêtes où il est vendu illégalement pour la modique somme de 15 euros la dose, sous la forme de poudre, cachet ou liquide. Ses effets sont aussi très rapides : sensation d’ivresse avec flottement, perte d’équilibre et de repère de temps, levée conséquente de l’inhibition, impression de bien-être, hypersensibilité, euphorie…
Une forte dose ou la prise avec alcool se traduit par une réelle action hypnotique, le manque de souvenir au réveil, et même dans le pire des cas des convulsions ou des comas. La combinaison des effets hypnotiques-désinhibants-aphrodisiaques de cette substance évoque toute sa dangerosité et explique cette singulière appellation de « drogue du viol ».

Ces drogues sont très difficiles à déceler. En effet, elles sont très rapidement évacuées par l’organisme (moins de 24 heures). Cette pratique a fait naître une nouvelle génération d’agressions et de violeurs : viols et vols sans violence ni menace, souvenirs incertains, victimes « consentantes » et parfois même initiatrices, donnant le sentiment aux agresseurs d’agir sans commettre d’infractions. Porter plainte ou même parler d’une telle agression devient de plus en plus problématique, et par là douloureux. Il est difficile d’évaluer la proportion de ces agressions en France.

Alors que faire pour l’éviter ?

Quelques précautions importantes à prendre quand vous sortez : évidemment ne jamais laisser traîner votre verre ou ne jamais accepter un nouveau verre sans avoir pu vérifier « son parcours ». Garder un œil sur vos amis, histoire de repérer éventuellement un comportement anormal et pouvoir y réagir. Éviter de sortir seul-e, de toute façon c’est toujours mieux d’avoir quelqu’un sur qui compter… et plus on est de fous, plus on rit !

Récemment (en 2014), des étudiants ont mis au point un vernis à ongles capable de détecter certaines substances chimiques, dont le GHB et le Rohypnol. Dans quelques temps, il suffira alors peut-être de tremper délicatement son ongle dans son verre pour avoir la certitude qu’il n’y a rien à craindre !

Mais que cela ne vous empêche pas de faire des rencontres charmantes et bienveillantes, car ça existe :heart: ! En attendant, restez attentifs, sans bien-sûr devenir paranos et sans oublier de vous amuser !

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

12 réflexions au sujet de « GHB : la drogue du violeur »

  1. Bonjour, j’ai été droguée il y a exactement 1 semaine et 6 jours et je n’arrive pas à passer à autre chose. Je me refais la scène 100 fois dans ma tête et ça ne s’arrête pas. Le problème c’est que j’ai vu la tête du gars mais on ne peut rien faire car les policiers disent qu’on a « pas de preuves ». J’ai fait des analyses à l’hôpital et par leur incompétence ils n’ont pas congeler mon sang, du coup le labo n’a pas pu l’examiner et je n’aurai jamais de réponses à mes questions. Sachant que j’ai pas bu d’alcool et que ma main était toujours sur le verre.

    Comment passer à autre chose? Est-ce que je pourrai un jour avoir une vie normale de nouveau?

    j'aime 1
    • Bonjour,
      Tu décris une situation récent et d’une grande violence. Si tu as envie de parler un peu de ce que tu peux faire et de ce que tu ressens, tu peux nous joindre par téléphone au 0800 235 236, par chat’ ou dans notre espace : « Pose tes Questions », accessible depuis notre site. Notre dispositif est anonyme, gratuit et nous sommes ouverts tous les jours de 09h à 23h (22h pour le chat’).
      L’équipe Fil Santé Jeunes

      j'aime
  2. Bonsoir moi j aimerai savoir comment sen sortir après un tromathisme pareil . Quand on a perdu le contrôle a ce moment la . Le problème c est qu’à chaque fois que je me s en coincé dans une conversation ou je ne peu fuir comme a ce moment ou je n es pas pu fuir la situation. Je ressent sans cesse les mêmes symptômes .ma vie es devenue un enfer malgré un suivi psychologique depui 7 ans ca ne se débloque pas

    j'aime 1
    • Bonjour,
      Tu fais part des suites d’un traumatisme très difficile à comprendre et assimiler. Le travail de psychothérapie peut être long et parfois on peut avoir du mal à en voir les effets. Mais il est important que tu continues ce travail et que tu puisses parler de ce que tu ressens encore aujourd’hui. Malheureusement, l’espace commentaires ne nous permet pas de te répondre de manière personnalisée. Si tu souhaites échanger avec un professionnel de l’équipe Fil Santé Jeunes, tu peux nous joindre dans notre espace : « Pose tes questions », ou pour une réponse immédiate nous appeler au 0800 235 236 ou nous contacter sur le chat’. Notre dispositif est anonyme et gratuit et nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h (22h pour le chat’). N’hésite pas !
      L’équipe Fil Santé Jeunes

      j'aime 1
  3. je m’appelle ****, et j’ai aussi été victime de viol à cause de cette drogue. Je fut choquée, tétanisée, ce fut les pires moments de ma vie

    j'aime 21
  4. B-) j’ai survecu a cet empoisonnement en espagne, (a faible dose), fait par un ancien ami a moi, j’etais completement ailleurs et consciente que je n’avais plus le controle de moi même, il m’a enlacé pensant 30 min, je ne pouvais plus bouger, cet “ami” m’a amener chez lui, et mit dans son lit, et a eu le temps de caresser mon entrejambe pendant 30 sec (qui ma parut 1heure), grace a dieu il a mit du temps pour faire ce qu’il prevoyait de faire et qu’il n’etaient pas une personne violente juste pervers, j’ai repris le controle soudainement, j’ai crié sur lui, insulté, pleuré je me suis debattue et enfuie, heuresement sinon je serais passée a la casserolles, (jetais vierge encore) ne jamais accepter un verre de qui que ce soit, ne pas consommer de verre d’alcool dont on ne connait la provenance ! :negative: :unsure:

    j'aime 35

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 235 236.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)