IVG

IVG : les démarches à faire

image_pdfimage_print

En France, quel que soit ton âge, ta nationalité, ta situation sociale et financière ou ton statut sur le territoire français, tu as le droit d’interrompre ta grossesse si tu le souhaites.

Que dois-je faire si je suis enceinte ?

Tu dois prendre contact avec un professionnel de santé, médecin, sage-femme ou gynécologue. Pour cela, tu peux prendre rendez-vous à l’hôpital public ou privé, en centre de planification, en cabinet privé, en centre de santé, ou encore en centre d’Interruption Volontaire de Grossesse.

Comment cela va se dérouler ?

Avant l’interruption volontaire de grossesse, tu vas avoir plusieurs rendez-vous :

Une 1ère consultation médicale : pour confirmer que tu es bien enceinte et dater ta grossesse (c’est-à-dire savoir depuis quand tu es enceinte) grâce à une échographie. Celle-ci permet au médecin et à toi-même de choisir la technique d’IVG la plus adaptée à ta situation. Ton médecin te prescrira aussi des analyses à effectuer, notamment une prise de sang, un test urinaire. Tu seras informée des différentes modalités d’intervention, des conditions, des éventuels risques et effets secondaires.

Articles similaires

Un entretien avec une conseillère conjugale et familiale (CCF) ou une assistante sociale (AS) te sera proposé. Cette rencontre pourra te permettre, si tu le souhaites, de parler librement avec un professionnel. Il sera là pour t’écouter et te soutenir dans ta décision. Il te donnera également des informations sur les possibilités qui s’offrent à toi. Cet entretien est obligatoire si tu es mineure. Il s’agit d’une consultation psycho-sociale préalable à l’IVG qui est obligatoire pour toutes jeunes femmes mineures. Elle vise les mêmes objectifs que pour la femme majeure (assistance sur le plan social, écoute, soutien psychologique, informations et conseils).

La deuxième consultation médicale : pour confirmer ou non par écrit ta demande d’I.V.G. C’est à ce moment-là que tu apporteras tes résultats d’analyse.

A chaque rendez-vous et à chaque étape, il est important que tu puisses poser des questions si tu en as, demander des précisions lorsque tu ne comprends pas quelque chose ou que ce n’est pas clair pour toi. Si tu es mineure et que tu as formulé le souhait de garder le secret de ta démarche d’IVG à l’égard de tes parents, la conseillère conjugale pourra alors te conseiller sur le choix de la personne majeure qui te soutiendra le long de ta démarche d’IVG. Une attestation d’entretien te sera alors délivrée, ainsi que l’attestation de désignation de la personne majeure de ton choix. Ces attestations seront à remettre au médecin ou à la sage-femme. A l’issue de cette consultation, la date d’I.V.G sera fixée. Le majeur qui t’accompagne (parent ou référent) doit se munir de sa pièce d’identité.

Sache aussi qu’une jeune fille mineure doit donner au médecin ou la sage-femme son consentement pour avorter. Le médecin ou la sage-femme reçoit la jeune fille seule pour s’assurer que sa décision n’a pas été prise sous la contrainte.

Quels sont les délais ? Quelles sont les modalités ?

Il existe, en France, deux façons de pratiquer l’IVG :

  • la méthode médicamenteuse se pratique jusqu’à la 5ème semaine de grossesse soit 7 semaines d’aménorrhée (absence de règle).

Elle consiste à prendre deux types de médicaments.

Le 1er  interrompt la grossesse. Il est pris par voie orale au cours d’une consultation en présence d’un médecin ou d’une sage-femme. Des saignements après la prise de ce médicament sont possibles. Cela ne veut pas dire que l’interruption de grossesse a eu lieu. Il est indispensable de prendre le deuxième médicament.

Le 2ème médicament se prend 36 à 48 heures plus tard soit par voie orale (à prendre lors d’une consultation ou à domicile) soit par voie vaginal.

Il provoque des contractions et l’expulsion de la grossesse. Tu saigneras beaucoup  dans les 3 à 4 heures suivant la prise de ce second médicament, mais cela peut parfois se produire dans les 24 à 72 heures.

Une consultation de contrôle te sera proposée 15 jours après pour voir si  tout s’est bien passé. Cette consultation sera aussi le moment de faire le point sur ta contraception.

Attention : si tu as un groupe sanguin Rhésus négatif, une injection de gamma-globulines anti-D est effectuée pour éviter des complications dues à l’incompatibilité rhésus lors d’une prochaine grossesse.

  • la méthode chirurgicale ou instrumentale se pratique jusqu’à la 12ème semaine de grossesse soit 14 semaines d’aménorrhée. Cette intervention, nécessite une anesthésie locale ou générale, selon ta situation médicale et ton choix. Tu resteras donc quelques heures (une demie journée environ) à l’hôpital ou à la clinique.

Une consultation de contrôle te sera proposée 15 jours après pour voir si  tout s’est bien passé. Cette consultation sera aussi le moment de faire le point sur ta contraception.

Combien ça coûte ?

Le prix dépend de la méthode utilisée et du lieu où celle-ci est réalisée (établissement public ou privé, cabinet médical). Cependant le plus important à savoir, c’est que, les frais relatifs à l’IVG sont pris en charge à 100% par l’assurance maladie sur la base d’un tarif forfaitaire. Ta complémentaire santé (mutuelle) peut éventuellement prendre à sa charge la totalité ou une partie des frais qui dépasserait ce forfait.

Les cas particuliers :

L’IVG est prise en charge à 100 % dans le cadre d’un tarif forfaitaire avec une dispense totale d’avance de frais pour :

*les jeunes filles mineures non émancipées sans consentement parental

*les femmes bénéficiaires de la CMU complémentaire

*les femmes bénéficiaires de l’aide médicale de l’État (AME)

L’IVG : confidentialité garantie

La confidentialité est garanti pour les IVG pratiquées dans un établissement de santé, cabinet de ville, dans un centre de planification ou dans un centre de santé. La feuille de soins remplie par le médecin ou le centre, ainsi que le décompte de remboursement transmis par la caisse de sécurité sociale sont aménagés de façon à préserver la confidentialité de l’IVG vis-à-vis de l’entourage. Cela veut dire que l’IVG sera nommée comme « acte médical » et non pas « IVG » sur la feuille de remboursement.

Un véritable anonymat est garanti pour les jeunes femmes mineures qui le demandent et cela quel que soit le lieu de réalisation de l’IVG.

Quels sont les documents à fournir ?

Quel que soit ton âge, tu dois apporter un document officiel attestant de ton identité et de ton âge (carte d’identité, permis de séjour…). Tous les professionnels sont soumis au secret professionnel, même si l’on connait ton identité, ne t’inquiète pas le secret et l’anonymat seront gardés. Une carte de groupe sanguin peut être demandée (si tu en possèdes une), la carte vitale (ou l’attestation) ainsi que les ordonnances de tes traitements en cours si tu en as.

Enfin, si tu es mineure tu dois aussi fournir : les attestations de consultations médicales préalables remises par le médecin ; l’attestation de consultation psycho-sociale ; la confirmation écrite de demande d’IVG .

Et après l’I.V.G ?

Un moyen de contraception (pilule, patch, implant, stérilet…) va t’être prescrit. Tu devras le prendre immédiatement après l’I.V.G. pour éviter de retomber enceinte. Pour les mineures, l’autorisation parentale pour recevoir cette contraception n’est pas obligatoire.

Tu auras un rendez-vous pour une dernière consultation médicale, 15 à 21 jours après l’I.V.G afin de s’assurer que tout va bien. Tu as la possibilité de revoir la conseillère conjugale et familiale, l’assistante sociale ou le psy pour évoquer l’I.V.G. et être écoutée si tu en ressens l’envie.

Pour obtenir l’adresse d’un lieu, tu peux aussi nous appeler sur Fil Santé Jeunes au 0800 235 236 (anonyme et gratuit). Nous sommes ouverts tous les jours de 9h à 23h.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page