Handicap et Sexualité

J’ai 15 ans, je ressens des choses dans mon corps et je suis handicapé.

image_pdfimage_print

Mon corps

Que l’on soit porteur d’un handicap ou non, la puberté, ce passage de l’enfance à l’adolescence n’est pas toujours facile à vivre. Le corps tout comme l’esprit, subissent en effet de tels changements durant cette période, que l’on a parfois l’impression de ne plus être la même personne qu’avant… On ne se reconnait plus, ni son corps, ni le comportement que l’on adopte envers autrui.

A l’adolescence et notamment quand on est porteur d’un handicap, le corps prend beaucoup d’importance et il peut en effet être troublant de se voir changer. On perd en quelque sorte ses repères corporels d’avant et il faut souvent un peu de temps pour que l’on « apprivoise » son nouveau corps. Les transformations physiques, psychologiques et émotionnelles liées à la puberté ont beau être tout à fait normales, elles soulèvent souvent toutes sortes de questions qui touchent à l’identité, au corps, à la relation à l’autre, à la sexualité, à l’amour, au désir.

Ma tête

En effet, il n’y a pas que le corps qui se transforme, c’est aussi dans la tête que les changements s’opèrent. Un tas d’émotions nouvelles et de désirs nouveaux surgissent tout d’un coup… que ce soit en amitié ou en amour. L’indifférence ou l’agressivité, l’excitation ou le dégoût, les humeurs et les envies changent à un rythme impressionnant. Normal, si on se sent parfois complètement perdu ! Dans de telles circonstances, il est difficile pour tout le monde de s’y retrouver, certes. D’autant plus si l’on est porteur d’un handicap qui vous met des bâtons dans les roues…

Or, ce n’est donc pas parce que l’on souffre d’une déficience motrice ou sensorielle, que l’on n’a pas le droit à une vie d’adolescent… à l’amour et à la sexualité ! Quelque soit le handicap, on est un ado avant tout, nous aussi on a envie de se sentir vivre avec les autres, d’être accepté comme n’importe qui, avec ses qualités et ses défauts. Or, comment parvenir à accepter son corps dans sa totalité avec ses points faibles et ses points forts ? Bien connaître le handicap dont on souffre et pouvoir en parler simplement permet de faire face aux questions et de mieux exprimer ce que l’on ressent. Ceux qui n’y connaissent rien seront alors plus à l’aise pour en parler aussi et aborder les aspects pratiques.

Mon cœur

Que l’on soit handicapé ou non, les relations amoureuses, ce n’est pas toujours facile. Pas facile de se rencontrer, de s’aborder, de se parler, de se comprendre, de séduire l’autre… Ce qui est important, c’est que chacun puisse se sentir libre de proposer, d’hésiter, d’accepter ou de refuser, que chacun soit libre d’avoir besoin de plus ou moins de temps avant de s’engager dans une relation amoureuse.  L’élu-e de son cœur sera quelqu’un avec qui on se sent vraiment bien, qu’il soit handicapé ou valide. Quelqu’un qui nous traite en égal, avec respect et sincérité. L’amour, c’est un sentiment, et c’est aussi l’émotion des corps qui se touchent.

Articles similaires

Le fait de parler de handicap et de sexualité, pourrait d’ailleurs laisser croire qu’il y a une sexualité spécifique des personnes handicapées ou une sexualité handicapée. Il n’en est rien : tout être humain désire, éprouve du plaisir et aime, quels que soient son physique et ses déficiences. Que l’on soit handicapé ou non, chacun découvre et vit à sa façon et à son rythme les plaisirs de la sexualité et de la relation de couple. Certes, peut-il parfois y avoir quelques difficultés dans la réalisation de l’acte sexuel en raison de problèmes moteurs ou autre, mais encore faut-il savoir que la sexualité concerne l’ensemble de la personne, et pas seulement le fonctionnement génital et le corps. L’important, c’est d’avoir envie et de se sentir à la fois prêt et en confiance avec la personne avec qui vous êtes.

En parler

D’ailleurs, ce n’est pas parce que l’on se pose des questions sur son handicap, sa vie d’ado ou sur sa sexualité que cela doit forcément poser problème. Or, parfois cela peut être dur à vivre. On peut ainsi ressentir le besoin d’en parler, de comprendre ce qui se passe en soi, de partager avec d’autres, d’être soutenu face aux regards des autres…

Afin de parvenir à s’accepter tel que l’on est et à vivre sa vie d’ado en étant épanoui, il est en effet important de trouver un interlocuteur qui ne vous jugera pas, qui vous respectera en tant qu’individu et qui vous écoutera en toute confidentialité. Le fait de rencontrer d’autres jeunes handicapés ou non qui partagent votre expérience de vie peut également vous aider à sortir de votre isolement éventuel et à vous ouvrir des perspectives nouvelles.
Avec Internet plusieurs possibilités s’offrent à vous par l’intermédiaire des forums. Sur filsantejeunes.com, vous pouvez y déposer vos messages. De nombreuses associations participent aussi à la mise en relation des personnes concernées.  N’hésitez pas à les contacter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page