Les émotions

Je me sens incompris

image_pdfimage_print

« Tu ne peux pas comprendre !!!! », «Tu ne me comprends pas !», «Personne ne me comprend», « Ce n’est pas ce que j’ai dit», «Tu as tout compris de travers», «Je suis vraiment un incompris !! »…

Parfois, on a l’impression d’être décalé, seul et incompris. Les autres ne nous voient plus et ne nous entendent plus, ou quand ils nous entendent, ils demandent qu’on s’explique. Mais on ne peut pas tout expliquer.

Quand on a l’impression qu’on ne peut plus être compris par les autres parce que ce qu’on ressent est nouveau, terrible, confus, absurde, illogique, trop intense, on peut se sentir très seul et en colère (ou triste) que les autres ne puissent pas nous deviner.

Ce sentiment d’incompréhension vient-il des autres, ou bien de nous-mêmes ? Pourquoi ce qu’on ressent est parfois si difficile à exprimer et à faire comprendre aux autres (copains, parents, profs, frères et sœurs…) ? D’autres fois, est-ce qu’on a vraiment envie d’être compris ?

L’incompréhension ou l’art d’être confus

Il y a des situations où nos émotions viennent perturber notre façon d’exprimer ce qu’on pense et ce qu’on ressent.
Par exemple, par timidité ou parce qu’on n’est pas bien dans un groupe, quand on parle on marmonne, on chuchote et les autres ne cessent de nous dire «Pardon ?», «Tu peux répéter ?», «Tu peux parler plus fort ?» «Quoi ?». Et là, c’est la catastrophe, on articule encore moins bien, on se bloque et on préfère parfois se taire.

Articles similaires

L’art d’exprimer clairement sa pensée, ça s’apprend et ça prend du temps. On peut s’entraîner à prendre la parole avec des amis. C’est souvent plus facile car on a moins l’impression d’être jugé. Mais pour être compris il faut faire en effet attention à ce que les autres puissent nous entendre et nous comprendre. De la même manière qu’un adulte ne parlera pas de problèmes de physique quantique à un enfant de 8 ans on ne peut pas en vouloir à ses parents de ne pas comprendre de qui on parle quand on parle de sa BESTA, ou des Boloss du quartier…

L’envie d’être deviné

Et puis parfois, on ressent des choses dans son corps et dans sa tête qu’on a l’impression d’être seul à ressentir. On aimerait que les autres devinent ce qu’on ressent. Quand on est amoureux, on essaye d’envoyer des « signes » à celui ou celle à qui on n’ose pas dire qu’on l’aime et on peut être très malheureux si l’autre n’arrive pas à capter ces « signes » de notre émotion.

Il arrive aussi qu’on se sente mal, qu’une douleur, une frustration (quand on n’arrive pas à obtenir ce qu’on désire), un événement troublant comme un déménagement, la mort de quelqu’un de proche, une rupture sentimentale… nous empêche de mordre la vie à pleine dents. Quand on déprime, on a souvent du mal à comprendre ce qui nous arrive et l’exprimer est encore plus compliqué. Là encore, on espère être compris sans avoir à faire l’effort de s’expliquer. Mais les autres aussi sont dans leurs préoccupations et même si parfois ils sentent qu’il y a un malaise, la manière la plus simple d’obtenir leur attention est encore de la leur demander.

Etre différent

Mais il arrive aussi qu’on soit réellement incompris. Quand on se sent ou qu’on est différent, qu’on n’a pas la même façon de voir les choses, on a tendance à penser que les autres ne peuvent pas comprendre. On peut ne pas avoir envie d’être compris, on peut avoir tendance à ne plus essayer d’expliquer car on a l’impression que quoi qu’on dise les autres ne comprendront pas… On s’isole.

Certains sentiments sont très intimes et quand on souffre on n’a pas toujours envie que les autres puissent nous voir souffrir. Par pudeur ou pour essayer de les protéger, on peut camoufler une situation parfois plus simple qu’il n’y parait. Par exemple, plutôt que de dire à celui qu’on aime qu’on n’arrive pas à l’embrasser parce qu’on est impressionné, on se met à le fuir, à l’éviter et même parfois à être un peu agressif.

Nos comportements ne sont pas toujours en accord avec ce qu’on ressent et chacun exprime à sa manière avec un regard, un geste (qui n’est pas toujours facile à comprendre), des sentiments complexes.

Pouvoir dire à l’autre : « je ne te comprends pas », c’est s’autoriser à penser qu’on peut soi même ne pas être compris. Mais ce n’est pas pour autant qu’on nous aime moins !

Si vous n’avez pas compris cet article, parlons-en 😉 sur filsantéjeunes.com, au 0 800 235 236, entre amis, avec vos parents, ou même avec certains profs. Se sentir incompris, c’est se sentir seul. Parler avec d’autres, y compris du fait qu’on n’arrive pas à leur parler, c’est commencer à essayer de résoudre les problèmes ensemble…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page