Les Maisons des Adolescents

Les MDA : pas très envie d’y aller ?

image_pdfimage_print

maison des adosQuestions sur la sexualité, sur les droits des jeunes, dispute avec une copine, problème avec l’alimentation, séparation des parents, idées suicidaires, acné importante, peur de grandir, phobie scolaire, plus envie de parler à ses parents, simple besoin de discuter avec un adulte… quand on est ado, on ne pense pas forcément qu’un lieu pourrait accueillir ce genre de préoccupations.

La Maison des Ados : on sait que ce n’est pas un centre de loisirs ou un lieu pour apprendre, et on croit souvent que c’est un endroit dans lequel on rencontre seulement des professionnels de santé comme des psychologues.

Mais peuvent-ils accueillir ce genre de questions ? Ce n’est pas plutôt un endroit pour les fous, les personnes fragiles ou déséquilibrées ? Qu’est ce qu’on y trouve exactement ?

Pourquoi on n’a pas envie, qu’est ce qu’on craint ? 

A l’idée d’aller dans une Maison des Ados, des tas d’images, de questions, d’angoisses se bousculent dans notre tête et peuvent être à l’origine de résistances, c’est-à-dire des réticences à s’y rendre. Peut-être que ces appréhensions viennent du fait que l’on ignore ce qu’est réellement ce genre de structure, quelles sont les personnes qui nous accueillent, ce qu’on peut y dire, y faire, et comment ça se passe ?

On a peur naturellement de ce que l’on ne connaît pas. On peut se demander quel peut bien être l’intérêt de se rendre dans une structure pour parler de soi, de ses problèmes, de son mal-être, ou bien poser des questions (qui peuvent paraître stupides), de surcroît à quelqu’un qu’on ne connaît pas.

Articles similaires

On a peur d’être jugé, de ne pas savoir quoi dire ; on craint que ça ne serve à rien, qu’on ne se sente pas mieux ensuite. On craint aussi que l’autre porte un regard sur soi un peu particulier, qu’il nous prenne pour un fou, un faible. De plus, parler de ce qui est douloureux, de ce qui fait mal est toujours difficile et demande, il est vrai, beaucoup de courage.

On peut être réticent à se rendre à la Maison des Ados aussi parce que c’est sa mère ou son père qui a pris rendez-vous et qu’il (ou elle) a décidé de s’y rendre avec nous pour expliquer « ce qui ne va pas ». Et en plus si on rencontre quelqu’un qui nous connaît… Que va-t-il penser ? Peut-être pas grand-chose en fait.

Comment se rassurer ?

En fait ce qu’il faut se dire : c’est qu’une Maison des Ados, c’est un peu comme Fil Santé Jeunes (mais en vrai ;-). On arrive, une personne (psy, éducateur, infirmière etc…) accueille, écoute ce qu’on dit (ou ce qu’on ne dit pas) et essaye de voir ensuite en fonction de nos interrogations (ou de notre silence) comment nous aider à nous sentir mieux et ce qui pourrait nous convenir.

Une Maison des Ados, c’est un lieu fréquenté par des jeunes ; on peut si on veut uniquement pousser la porte et rester à rien faire, juste pour voir. On peut aussi y aller avec l’objectif de se sentir mieux, se sentir plus apaisé par rapport à ce qui nous tourmente. D’ailleurs c’est un lieu au sein duquel les professionnels ont l’habitude de recevoir des jeunes.

Et puis ce n’est pas lieu dans lequel on est en thérapie durant plusieurs années ; il s’agit généralement d’une prise en charge immédiate qui peut être plus ou moins longue selon le type de MDA.

Enfin, même si on a rendez-vous avec ses parents, on peut ensuite demander à être reçu seul en entretien, ou souvent le professionnel le propose de lui-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page