Les morpions

image_pdfimage_print

Le morpion, encore appelé ptirius inguinalis ou pou du pubis, est un parasite hématophage c’est-à-dire qu’il se nourrit de sang. Il mesure environ 1 à 1,5 mm, présente un corps d’aspect ramassé et trapu et ressemble à un petit crabe. Il pond des œufs qui se fixent souvent à la base du poil pubien. C’est un parasite exclusivement humain considéré comme une maladie sexuellement transmissible car il se transmet le plus souvent par voie sexuelle.

Quels sont les signes ? Où se manifestent-ils ? Après combien de temps ?

Il adore les poils pubiens et autour de l’anus, mais on peut le trouver également au niveau des aisselles voire dans les poils pectoraux, la barbe et même les sourcils ! Le parasite s’accroche aux poils grâce à ses pattes munies de griffes recourbées. Les symptômes se manifestent lorsque les morpions piquent la peau pour se nourrir. Tout comme son cousin le pou de tête, il provoque de vives démangeaisons et l’on peut voir apparaître des lésions dues au grattage.

La contamination nécessite un contact intime direct pour qu’il puisse se propager d’une personne à l’autre. Les rapports sexuels et les contacts intimes génitaux rapprochés permettent la contamination. Une fois la personne infectée, le morpion va commencer à se multiplier.

Comment se transmet-elle ?

Le plus souvent, la contamination se fait par contact direct, de personne à personne, lors de rapports sexuels. Il faut savoir que les morpions peuvent se transmettre aussi via du linge ou une literie contaminée.

Articles similaires

Comment la dépister ?

Les morpions sont visibles à l’œil nu et se repèrent souvent suite aux démangeaisons qu’ils provoquent.

Quels traitements ? Quelles précautions à prendre ?

Le traitement se fait par un antiparasitaire local (poudre ou lotion) qui s’achète en pharmacie. Il ne faut pas oublier de traiter le ou la partenaire et de laver les draps et les vêtements. La meilleure des préventions reste une bonne hygiène. Le préservatif, s’il protège de manière très efficace contre les IST, ne peut rien contre ce parasite qui se loge dans les poils.

Quels sont les risques en l’absence de traitement ?

Sans traitement, le risque est l’apparition de surinfections des lésions. Au niveau des  cils, le risque est le développement de symptômes sur la paupière telle qu’une conjonctivite par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page