Cannabis

Peut-on devenir dépendant au cannabis ?

image_pdfimage_print

cannabisCertains se demandent si le cannabis entraine réellement une dépendance. Qualifié de « drogue douce » il n’en reste pas moins qu’un « usage dur » provoque inévitablement des conséquences négatives pouvant aller jusqu’à la dépendance.

Dépendance physique et dépendance psychologique

Et oui, la dépendance au cannabis existe vraiment ! Il s’agit d’une dépendance psychologique et non physique (contrairement à l’alcool par exemple qui entraine une dépendance physique et psychologique).

Une dépendance physique signifie que le corps s’est habitué au produit et qu’en situation de non-consommation un syndrome de manque apparait. Cela se joue dans le cerveau, plus précisément au niveau des neurones.

La dépendance psychologique se rapporte au besoin irrépressible que l’on ressent lorsque l’on ne consomme pas le produit en question. Cela crée un état de mal-être et de tension psychique et physique désagréable voire douloureux. Les pensées se focalisent sur une seule idée : se procurer  le produit. C’est le malaise ressenti lorsque l’on ne consomme pas qui indique qu’il y a dépendance.

Concernant le cannabis ce malaise s’exprime par une tension nerveuse importante et une irritabilité accrue ainsi que des difficultés à trouver le sommeil. La prise de cannabis vient alors apaiser cette tension qu’on a parfois du mal à relier au manque de cannabis. On peut avoir l’impression d’être tendu à cause d’une longue journée, de quelqu’un qui nous a irrité… le cannabis arrive alors comme la solution apaisante, mais en réalité à ce moment-là il n’est que la solution aux ressentis désagréables liés au manque.

Articles similaires

Cette confusion peut expliquer pourquoi certains ne se reconnaissent pas comme dépendants ou bien simplement rechignent à penser que le cannabis provoquerait réellement une dépendance.

Quand s’inquiéter ?

Toute expérimentation (même unique) et consommation de cannabis avant l’âge de 15 ans est d’autant plus problématique. La maturation du cerveau n’est pas terminée, les neurones sont donc fragiles et hyper sensibles aux substances toxiques. Mais surtout, plus l’on commence tôt à fumer du cannabis, plus il y a de risque de devenir dépendant par la suite, cela est scientifiquement prouvé !

Il existe différents niveaux de consommation de drogue : expérimentation, usage simple, usage à risque, usage nocif (ou problématique) et dépendance. En d’autres termes, ce n’est pas parce que l’on n’est pas dépendant que notre consommation ne pose pas de problèmes.

Il est toujours bon de se poser les questions : trop c’est combien ? Quand ? Comment ?
Il est vrai cependant qu’il est difficile de rester totalement lucide à propos de sa propre consommation de cannabis. Il existe des questionnaires d’auto-évaluation concernant les consommations de cannabis. Pour « tester » sa consommation de cannabis et réfléchir un peu à ce propos on peut utiliser ce document édité par l’INPES.

Enfin, nous ne sommes pas tous égaux face à la dépendance. Le fait par exemple d’être déprimé ou angoissé peut pousser certains à consommer plus de cannabis que d’autres, afin d’obtenir un soulagement ponctuel. Malheureusement ces consommations quotidiennes se transforment fréquemment en dépendance… Dans ces situations la meilleure chose à faire est d’aller rencontrer un professionnel qui puisse nous aider à retrouver un mieux-être.

Pour avoir plus d’informations sur ce thème nous vous conseillons de lire notre dossier sur Les substances psychoactives.

9 commentaires

  1. Bonjour,

    J’ai fumé pendant des années avec en moyenne 3 à 4 joints par jour, je suis une insomniaque et je pensais que ça allait m’aider à dormir. Sauf que au début 1 me suffisait puis 2 puis 3, etc, au final cela ne me suffisait pas du tout, ne m’aidait pas et aggraver le problème puisque le lendemain j’étais encore plus fatiguée. Evidemment que j’en étais dépendante ! Cela ne m’a pas empêché de réussir mes études et d’avancer dans la vie. Le cannabis reste une drogue et peut entraîner des complications lors de sa consommation comme la dépression par exemple (vécu). Arrêter n’est pas un problème à partir du moment où on veut vraiment arrêter. Personnellement, j’ai stoppé ma consommation du jour au lendemain, sans l’aide de personne. Il m’a suffit de changer mes habitudes de vie, de faire autre chose pendant mes « rituels » de fumette (le soir devant la télé, quand j’étais au téléphone, etc).

    Par contre, oui il y a des effets physiques je les ai vécu ! On a une sudation anormale, on peut avoir quelques tremblements aussi et j’ai recommencé à rêver aussi (cela ne m’arrivait plus depuis que je fumais) !

    Enfin bref, tout ça pour dire que la dépendance existe bien, les effets physiologiques et physiques aussi mais que cela n’entraîne pas forcément une prise de drogue plus dure. Les pays où c’est légalisé n’ont pas de problème voir une recrudescence de la délinquance et une augmentation de leur économie (Californie par exemple). En France on est conditionné à penser que c’est la fin du monde mais au final le cannabis reste moins dangereux que l’alcool..

    Bonne journée ! :good:

  2. Hey !

    Oui il existe une dépendance au cannabis, et à la nicotine, et à toutes activités / substances procurant un « plaisir » ou « bien être ».
    Une tolérance, des comportements compulsifs, etc …. Tout est là pour s’y accrocher.

    Maintenant, physique ou psychologique, on s’en fou, l’un se répercute sur l’autre un moment ou un autre. ça part du cerveau, mais les sudations par exemple sont ressenties physiquement … Personne (du moins aucuns gros fumeurs > 5 joints / jours) ne pourra dire le contraire.
    Tout comme des insomnies à répétitions emmènent inéluctablement vers un atteinte physique.
    Normalement le sommeil sera retrouver avant de sombrer dans la psychose, ça vaut pour le cannabis, mais pour forcément pour le reste.

    La dépendance est personnelle et Multi-factoriels.
    Dans le cas du cannabis, elle est effectivement plus difficile à gérer psychologiquement que physiquement, la durée de sevrage est relativement courte, aussi inconfortable soit-elle.

    Concernant l’héroïne, vous vous trompez allègrement !
    On ne passe pas à l’héroïne car le cannabis n’agit plus, ni car l’argent manque pour acheter sa coke.
    L’héroïne arrive la plupart du temps après un longue pratique de stim’s tel que amphétamine, coke, crack etc …
    La descente ou le manque sont très souvent soulagés par l’héroïne, et l’héroïne à l’avantage (ou pas …) d’avoir des substitues légaux / prescrits, comme le Subutex.

    Tchus & besafe !

  3. Témoignage d’un fumeur régulier de cannabis

    Bonjour , je vous confirme que l’usage de cannabis entraîne une dépendance physique et psychique , a partir du moment si on fume plus de 2 Joints par Jour . La sensation de manque se fait sentir au bout de quelques années pour un usage quotidien .
    Pour ma part , cela fait plus de 10 Ans que je consomme quotidiennement du cannabis et je ne peut pas m’en passer . Quand je n’ai pas de cannabis , je passe a l’alcool pour compenser les effets .
    A Force de fumer , on est tenté de passer a l’étape supérieure , c’est a dire : l’héroïne ( flash de 10 Heures ) ou amphétamines. ça deviens incontrôlable car recherche du produit en permanence!!!!
    C’est pour cela , je ne conseille pas les gens de consommer du cannabis , car , il y a des fort risques de dépendance physique et psychique et risques de maladies psychiques ( skyzophrenie , paranoïa , troubles du comportement ( maladies psychiques chronique )
    Par contre , je suis favorable a la dépenalisation contrôlé du cannabis.

    Voila , vous avez un témoignage d’un fumeur régulier du cannabis

    Cordialement, fg

    1. Je sais pas si ton commentaire est vrai mais il est presque indécent. ..a force de fumer tu es passé a l’heroine ?? On dirait le discours du flic a la jappd et pourtant cetait ya 8 ans pour moi
      Je pense que le cannabis est un probleme quand on en consomme trop comme toute substance douce parce que l’heroine cest pas doux mon gars. T fafa toi nan ?
      Ah ben jvien de lire quon est sur un site partenaire a l’etat du coup ton com ne me choque plus mdr mais pense aux enfants qui liront ton com..
      Et la dependance cannabique est d’ordre psychique et physique mais pas a partir dun seuil mais dun comportement

    2. Bonjour,
      Le commentaire du haut est vraiment une aberration écris par un menteur qui n’a jamais du fumer de sa vie. Moi même consommateur de cannabis depuis 10 ans quotidiennement, oui il y a une dépendance psychologique pendant 2-3 jours après mon dernier joint j’ai du mal a dormir mais très vite sa revient a la normal, la seul dépendance physique possible c’est celle de la nicotine présente dans le tabac mélanger aux cannabis ( j’ai un ami qui fumer que des joints , il a du arrêter il s’est rendu compte que il etais accro au tabac et s’est mis a fumer des clopes ). Jamais j’ai chercher a avoir une drogue plus puissante ( encore moins de l’heroine accessible uniquement si vous traîner dans des milieux qui consomme déjà des drogues dur, en general les types accro a la coke mais qui n’ont plus de sous pour s’en payer), c’est valable pour tout mon entourage de fumeur.
      Le cannabis est quelques choses qu’il faut consommer avec modération et surtout éviter de commencer trop jeune car responsable de décrochement scolaire ( vecu ).
      Sa ne m’empêche pas aujourd’hui d’avoir un métier que j’adore dans le quel je suis épanoui.
      Cordialement
      Cl***

      1. tu n’es pas dependant et tu en consommes depuis 10ans alors pourquoi continues tu a en consommer ,pour le plaisir de depenser ton argent ?? tu dois confondre addiction et consommation volontaire je pense que tu es acroc desole

        1. Je ne suis pas d’accord avec toi. Je suis moi aussi un fumeur depuis 7ans dont 5ans quotidiennement. Pour reprendre le commentaire de bououle, oui il y’a une addiction qui s’installe mais pour ma part elle est très aisément tolérable (bien plus que le tabac par exemple)et ne me provoque pas de saute d’humeur ou de mal être. Et pour finalement répondre a claude, je pense que tu n’a pas envisager une possibilités : Le plaisir. Et oui on ne fume pas juste pour dépenser sont argent et cela dénote bien le raisonnement linéaire que tu as eu. C’est comme tout les bien de consommation que tu peut acheter, du paquet de chips a la séance de cinéma. L’argent n’est pas dépenser pour rien, mais converti en plaisir.

          Comme un bon cigare

          LKN808

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page