L'alimentation au quotidien

Pourquoi certains aiment tant le sucre ?

image_pdfimage_print

sucreOn associe les friandises, le sucre, à quelque chose de doux, tendre, cajoleur, voire sentimental. Mais pourquoi est-ce qu’il nous plaît autant ?

Le sucre dans tous les sens

Roudoudou, sucre candi, sucre d’orge, miel, chewing-gum ; c’est en général le sourire aux lèvres que l’on évoque ces mots qui suscitent chez nous de l’attendrissement…Eh bien peut-être parce que ça met en éveil tous nos sens :

  • La vue : les bonbons aux couleurs vives attirent l’œil, certains ressemblent à des bijoux, comme le sucre candi ; d’autres ont des colorants qui laissent la langue toute rose, verte, bleue – ce qui n’est pas pour déplaire aux plus malicieux.
  • Le toucher : la barbapapa rappelle la légèreté et l’onctuosité du nuage, les marshmallows semblent moelleux comme des oreillers, et le sucre glace est doux, fondant comme une neige fine et délicate…
  • L’odorat : qui un jour n’a pas été attiré par la bonne odeur du caramel chaud, du chocolat fondu ?
  • L’ouïe : il est très plaisant d’entendre le froissement d’un paquet de bonbons, le craquement de l’enrobage d’une glace, le pétillement d’un soda à peine versé…
  • Le goût : les papilles gustatives sont largement stimulées par les édulcorants, les bonbons pétillants, c’est surtout le goût sucré bien entendu qui domine et ravit.

 

Un bonheur enfantin

Ce petit goût sucré n’est pas sans nous rappeler les gâteries de nos grands-parents, heureux de nous offrir en cachette des parents une quantité presque indécente de bonbons. Les sucreries plaisent aux enfants parce que leurs couleurs leurs formes leur goût stimulent. De plus, les circonstances dans lesquelles on les mange (avec d’autres gourmands, sous l’œil attendri des grands-parents, lors d’une promenade), impriment dans la mémoire, des souvenirs indélébiles.
Il faut savoir également que le lait maternel contient du glucose ce qui lui donne une saveur sucrée. Ça peut susciter chez nous ce que l’on appelle des réminiscences archaïques liées à ces plaisirs, à ce bonheur enfantin.

Articles similaires

Après l’effort… le réconfort

Qui n’a pas, suite à une rupture sentimentale, une dispute ou autre contrariété englouti une tablette de chocolat, 1 kg de bonbons, un litre de glace, des pâtisseries, ou moult friandises ? C’est une façon de se réconforter pour oublier la tristesse du moment ; le sucre peut avoir un effet antidépresseur, mais il est important de souligner son caractère très éphémère ; en effet une fois la petite douceur passée, on constate que le problème est toujours là ! C’est pourquoi il faut faire attention aux risques de dépendance psychologique qui sont rares mais qui peuvent avoir des conséquences importantes sur notre santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page