Le bonheur

Rire de soi-même

image_pdfimage_print

Quand un copain te fait des blagues, que tu regardes un humoriste à la télé,… c’est facile de rire ! Quand quelqu’un trébuche, fait une chose surprenante, ou que tu remarques chez lui des petits défauts, il est facile là aussi de rire !

Mais quand les autres rient de toi, de tes petits travers, quand tu te prends les pieds dans le sac de ton voisin, que tu fais tomber ton hand-spinner pour la 10ème fois ou que tu butes sur un mot pourtant pas très compliqué ? Est-il facile de rire de toi-même ? Pas si sûr…

Rire de soi pour mieux rebondir

Rire de soi (c’est-à-dire faire preuve d’autodérision) n’est pas donné à tout le monde. Et oui, lorsque tu fais tomber par terre sans faire exprès ton yaourt à la cantine et que tout le monde rigole, pas évident d’en rire soi-même. Il faut d’abord reconnaître que cette situation est insolite, on n’a pas l’habitude d’être si maladroit-e… Et puis il faut réussir à ne pas avoir honte de ce qu’on vient de faire ou dire. Après tout on a juste fait une petite erreur, juste eu une maladresse : et ça, ça arrive à tout le monde !

En fait, il faut avoir suffisamment confiance en soi pour savoir et être convaincu que ce n’est pas ce petit événement qui nous définit entièrement. Et oui, pour accepter de rire de soi il faut accepter d’être imparfait !

A quoi ça sert de rire de soi ?

Articles similaires

Accepter de reconnaître son erreur, ses défauts, ou une situation cocasse, et en rire avec tout le monde, cela permet de donner une autre « couleur » à la situation, de se la réapproprier. C’est-à-dire que ce n’est plus les autres qui se moquent de nous, mais nous tous qui nous moquons de la situation ! Autrement dit dans ces moments-là le rire nous protège et nous rassemble.

Rire de soi fait du bien aussi ! En effet parfois être la risée des autres à cause d’une erreur ou d’une maladresse peut faire un peu peur : on a peur d’être ridicule, peur d’être exclu-e, peur de tomber, de se faire mal, de ne pas réussir…Mais en riant on s’aperçoit, qu’on a réussi à survivre à cet échec ; on voit que ce n’est pas si terrible de ne pas être parfait et ça libère la pression que l’on s’est mis tout-e seul-e.

Peut-on rire de tout ?

Certains rient tout le temps d’eux-mêmes et oublient de se vexer quand les moqueries sont trop acides, voire cruelles. Avoir de l’autodérision, comme on a pu le voir, c’est avoir suffisamment confiance en soi pour accepter les critiques. Cela ne veut pas dire que l’on doit tout accepter, et rire quand on n’en a pas envie.

Parfois les blagues que les autres font sur nous ne sont pas drôles. Elles nous blessent et, pour faire bonne figure, on rit avec tout le monde. Mais à l’intérieur on saigne de cette blessure que seuls les mots ont causée…

A ce moment-là mieux vaut prévenir très clairement tout le monde : « je ne me sens pas bien, nul-le et à la traîne aujourd’hui, alors les blagues sur les bolos, non merci ! ». En effet l’adage dit : « on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui » ; et aussi pas tout le temps !
Et puis certains sujets (et certaines personnes aussi) méritent un peu de respect, de finesse, de délicatesse pour être abordés avec humour. Avoir de l’autodérision, d’accord, mais avec tendresse !

« Celui qui s’était épuisé à faire rire tout le monde ! »

Enfin certains sont des spécialistes : rire d’eux-mêmes ? Aucun problème ! Ils sont toujours drôles, et racontent les anecdotes de leur vie avec un réel talent pour nous faire rire. Ceux-là, tout le monde leur dit qu’ils pourraient faire des sketchs, qu’ils devraient en faire leur métier, et on attend la prochaine blague, la prochaine farce, le prochain bon mot avec impatience.
Mais si faire rire de soi est très agréable, voire protecteur ou libérateur, il ne faut pas oublier que cela ne nous définit pas complètement.

Le plaisir de faire rire les autres peut nous rendre accro. On cherche l’approbation par le rire de l’autre en permanence, quitte à n’exister que pour ça. Cela demande une énergie folle et en rentrant chez soi on peut ne plus avoir aucune force pour être soi-même.

Et rire de tout est parfois une fuite pour éviter de penser, se poser, réfléchir, et prendre au sérieux des sujets qui pourraient nous tenir à cœur.

Pour bien rire de soi-même peut-être faut-il apprendre à rire des autres avec tendresse, simplement comme on aimerait que les autres rient de nous…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page