Les émotions

Sucer son pouce, la honte ?

image_pdfimage_print

Sucer son pouce, dormir avec un doudou, jouer aux Play mobil… des trucs de « bébés » !?  Mais on peut avoir du mal à s’en séparer car passer du monde de l’enfance à l’univers des adultes ne se fait pas en un claquement de doigt.

Grandir ça peut faire peur et l’on peut avoir besoin de nos habitudes de petits pour se rassurer. Non ?

« Régresser », qu’est-ce que ça veut dire ?

Dans le dictionnaire, la définition de régresser c’est : « revenir à un état moins évolué, retour à un stade antérieur ». D’un point de vue psychologique c’est un retour en arrière ; malgré la maturité que tu as acquise tu as besoin de retrouver tes habitudes d’enfant. Tout comme quand on est ému de repasser devant son école primaire après l’avoir quittée.

Régresser, à quoi ça sert ?

D’une certaine manière, régresser serait une manière de reculer pour mieux sauter. Le fait de grandir peut faire peur et avant de se lancer pour de vrai dans le monde des « grands » on peut avoir besoin d’une phase de transition, pour se rappeler comme c’était chouette d’être un petit.

Articles similaires

Mais dormir avec un doudou, ou sucer son pouce alors qu’on n’a plus l’âge peut aussi signifier qu’on est nostalgique du confort et de la douceur de l’enfance et que ces petites choses nous permettent de replonger dans ces souvenirs douillets.

Enfin tout cela sert à nous rassurer ! Quand on a du mal à dormir, quand on a peur de se séparer des parents pour les vacances, ou quand on appréhende un examen à venir… Heureusement on trouve d’autres moyens de se détendre.

Toutes ces petites régressions provoquent des sensations agréables et rassurantes. On sait qu’elles vont nous apaiser puisque cela fonctionnait déjà quand on était petit !

« Sucer son pouce, c’est la honte ! »

Le problème c’est que quand on va dormir chez des copains ou qu’on part en voyage scolaire les autres nous disent que c’est la honte d’amener son doudou ou de sucer son pouce. On n’a pas envie de passer pour un bébé auprès de nos amis.

C’est peut-être dans ces occasions là que tu vas pouvoir découvrir d’autres plaisirs apaisants comme par exemple jouer sur ton nouveau smartphones (jusqu’à pas d’heure 😉 ) ou te blottir dans les bras de ton amoureux-se… Avec le temps, l’idée de grandir deviendra un plaisir.

Et quand on ne peut pas s’en passer ?

Ne pas pouvoir se séparer de son doudou, ou ne pas pouvoir s’empêcher de jouer avec sa poupée quand on est déjà grand, peuvent aussi être le signe d’un mal-être, d’inquiétudes difficiles à apaiser.

Si tu n’arrives pas à abandonner ces habitudes enfantines, et que comme Peter Pan, tu ne veux pas grandir, appelle nous. On cherchera ensemble ce qui peut te permettre de franchir ce cap.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page