Chat x

Notre service est ouvert du lundi au dimanche, de 9h à 22h. Clique sur le bouton ci-dessous pour chatter avec nous.
Pour plus d'informations : www.filsantejeunes.com/tchat-individuel
Chat' avec nous ...
Publié le , Modifié le 30 octobre 2018

Vampires, monstres et zombies

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

image_pdfimage_print

Fascination, tentation, ou révélation ? Depuis la nuit des temps, ils sont là parmi nous. Ils sortent de l’obscurité, ils sortent des enfers, ils nous hantent. Depuis la nuit des temps, ils nous fascinent. Dans les romans, au cinéma et dans les séries, on les fait exister. Pourquoi aimons-nous tant l’Edward de Bella, les zombies de Walking Dead, Frankenstein ou encore les monstres de Stranger Things, et tant d’autres qui nous effraient ? Et si nous avions un petit entretien, non pas avec un vampire, mais avec nos peurs et notre imaginaire…

Envie d’avoir peur

La plupart de ces créatures côtoient la mort de près. Certaines sont même déjà mortes. Elles sont parfois très enclines à l’agressivité et aimeraient bien se nourrir d’êtres vivants « normaux » ou recruter quelques membres pour la confrérie Zombie, Vampire… Souvent elles souffrent de solitude et cherchent la compagnie ou la chair des vivants.

Les romanciers et les scénaristes ont créé ces personnages de fiction afin d’incarner nos peurs les plus ancrées. Peur d’être dévoré, peur d’être seul, peur de la mort. Que des êtres humains puissent revenir de la mort permet aussi de s’imaginer la mort et sa suite. Bref, cela met en scène à ce qui nous effraie.

On a besoin de se faire peur, que ce soit en se racontant des histoires, des contes au coin du feu, ou en regardant des films inquiétants car cela permet de canaliser cette peur et de la partager avec son groupe d’amis, sa famille. Par la suite, on pourra rire ensemble du zombie répétant « cerveau, cerveau, cerveau » qui a justement, lui, perdu le sien…

Se sentir monstrueux ?

A l’adolescence, ces monstres, ces personnages de la nuit, peuvent incarner ce qu’on pense de soi, ce qu’on ressent. Avec la puberté le corps se transforme et on a parfois du mal à se reconnaître et à se comprendre soi-même. On peut même se sentir monstrueux. Par ailleurs, le regard que l’on porte sur le monde et les adultes qui nous entourent devient plus critique, on a besoin d’indépendance et on peut avoir du mal à contrôler ses émotions, comme le loup-garou qui ne peut pas contenir sa bestialité les soirs de pleine lune…

Souvent, les héros de ces fictions sont justement des enfants ou des ados (comme la bande de potes de Stranger Things, ou Sookie Stackhouse dans True Blood) qui luttent contre les forces obscures. Ils, ou elles, sont souvent conscients de la noirceur du monde, contrairement aux adultes aveugles aux dangers ou aux conséquences de leur inaction. C’est aussi pour ça qu’on aime tant ces univers : ils symbolisent les conflits et les incompréhensions que l’on peut avoir au sein de sa famille.

Sang-sualité et sang-timents

Et puis, ils ne nous font pas seulement peur mais ils nous attirent aussi ces «monstres». Et même si leurs baisers peuvent être mortels (ou douloureux), ils provoquent de fortes sensations (sang-sations).

La morsure du vampire est souvent dans le cou, une zone très sensible et sensuelle. Les personnages de la nuit nous font rêver à ce qui peut se passer quand on s’abandonne à l’autre. Et ils nous rappellent que l’on ne peut pas toujours tout contrôler surtout quand on est troublé, qu’on désire, qu’on aime. On s’abandonne au monstre avec un peu d’effroi mais aussi à soi-même et à sa propre animalité. Un amour, une relation sensuelle sans contrôle, sans (bonnes) raisons et donc parfois avec passion, qui peut nous faire mal – on le sait – mais qui aussi nous fait nous sentir vivant !

Les personnages de la nuit tels que les zombies, les vampires, les loups-garous et les autres sont les héritiers du loup des contes des enfants, comme celui du Petit chaperon rouge. Ils sont là pour nous faire grandir et nous aider à affronter nos peurs et nos désirs mélangés, nous aider à explorer nos “côtés obscur” sans danger.

Pour aller un peu plus loin, voici quelques classiques :

Frankenstein ou le Prométhée moderne, de Mary Shelley
L’étrange cas du docteur Jekyll et de Mister Hyde, de Robert Louis Stevenson
Le loup-garou, de Boris Vian
Dracula, de Bram Stocker ou une des adaptations ciné

 

Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau !

Laisser un commentaire

Attention, le champ « commentaires » est un espace d’expression dédié aux jeunes.

Pour discuter et échanger avec d’autres jeunes, tu peux te rendre sur le forum.

Pour toute réponse personnalisée d’un professionnel de l’équipe, tu peux envoyer ta question dans l’espace Pose tes Questions ou nous appeler au 0 800 235 236.

Cette partie est modérée. Ton commentaire ne sera publié qu’après sa validation par un modérateur.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

 caractères restants
:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-)