SéduireAimer

Tuto râteau !

image_pdfimage_print

Le « râteau »… à travers le temps  et l’espace on peut dire qu’il en aura brisé des cœurs…  il a beau prendre différentes formes, ça reste un phénomène universel. Tu l’auras compris… On va parler de comment mettre un râteau (ou comment refuser une proposition amoureuse sans froisser) !

D’où ça vient « râteau » ?

Pour la petite histoire, ça vient du cinéma muet… le running gag du mec qui se prend littéralement un râteau. On saisit bien toute la stupeur que peut provoquer ce combo « douleur et honte ».  

Néanmoins, nous avons tous de très très ….. (nope j’insiste pas) très… fortes chances que ça nous arrive à tous au moins une fois dans notre vie.

Qu’on se le prenne ou qu’on doive en mettre un, ce n’est jamais une partie de plaisir !

N’empêche que ça flatte l’égo (de plaire) et qu’on peut être tenté de se faire mousser devant les potes, de se moquer.

Cela dit attention…le vent peut tourner !!

Qu’est-ce qui se passe alors ?

Faut bien se l’avouer, c’est souvent la gênance extrême ; surtout si c’est un.e ami.e qu’on va recroiser. Et à moins de détester le monde entier….ce n’est généralement pas un sentiment agréable que de blesser une personne. On est souvent bien mal à l’aise.

Et quoi ? Y a des techniques pour mettre des râteaux ??

Baaah…des techniques… Disons plutôt des méthodes sans doute moins douloureuses, plus « propres » que d’autres !

Commençons par ce qu’il serait judicieux de NE PAS dire ou faire :

  • – L’humiliation : 

Dire qu’on a mis un râteau à une/untel à touuuut le monde ; genre « haaaan machin/machine il a cru que j’le/la kiffais comment je lui ai mis un de ces vents !!! » A-t-on vraiment besoin d’en faire des caisses ?

Variante : le « Tu ne joues pas dans ma ligue », celle-là, elle pique bien. Mais ça peut revenir façon boomerang… un de ces jours ! Imagine celui/celle qui avait son appareil dentaire fin 4e, de l’acné, et qui, arrivé(e) en terminale est juste… sublime et super intéressant(e) ! En plus c’est vraiment méchant, et toi ça ne t’apportera rien.

  • – La technique de la disparition ou « ghosting » :

Laisser un « vu », ghoster l’autre …même si on est sûr.e de ne pas le/la revoir, ça laisse dans l’incertitude et y’a rien de pire que de ne pas savoir. On le sait tous et ça s’applique dans plein de situations.

  • – L’évitement :

Faire comme si de rien n’était ! « Ah mais quel message, je n’ai jamais rien reçu, mon téléphone déconne ! » Mouais, on n’y croit pas trop, et c’est blessant également.

Tu me diras qu’il faut nuancer et qu’on n’a pas tous envie de jouer les insensibles. Parfois c’est juste qu’on panique, on balbutie, on gesticule … parce qu’en soit on ne sait pas trop quoi dire ou faire.

Mais alors ; que dis-je ? Que fais-je ?

Et bien l’idée, qui n’est pas du tout révolutionnaire, c’est de faire preuve d’empathie !

L’empathie, mais qu’est-ce que c’est ?  Rien de plus, rien de moins que la capacité à « ressentir » les émotions de quelqu’un d’autre.  Arriver à se mettre à la place de l’autre.

En clair, se dire que ce qu’on va dire/faire induit des émotions chez l’autre et que cela peut être réciproque.

Okkk…. En voilà une belle affaire que de trouver les mots pour froisser, sans TROP froisser ; le tout avec plus ou moins de douceur et de …franchise. C’est bien vague !

Etre franc.he, ça ne veut pas dire tout balancer d’un coup et puis byebye… Soyons clair, c’est ok de ne pas avoir envie et on n’a pas besoin de le justifier. L’idée c’est de dire ce qu’on ressent à l’autre pour qu’il comprenne pourquoi on lui dit non.

Ce qu’on pourrait dire ou faire :

On préfèrera par exemple :

  • – à l’humiliation publique… la discrétion (facile hein).
  • Demander conseil à ses proches, plutôt que d’en parler à la terre entière ! Aller demander à son/sa BFF ce qu’il/elle en pense parce qu’on lui fait confiance ! C’est plus facile pour une personne qui n’est pas directement impliquée de t’aider à trouver une formulation juste !
  • – Expliquer à l’autre qu’on ne se sent pas attiré.e par lui/elle. Ça peut paraître un peu « brut », ça n’empêche pas de dire les choses clairement. On a le droit de ne pas avoir envie, de ne pas être attiré(e). Par exemple, le classique mais néanmoins efficace. « Tu es une personne que j’apprécie, cependant je ne ressens pas la même attirance que toi. » La clé de cette phrase, on n’incrimine pas l’autre !
  • – Le « ghostage », on préfèrera le bon vieux texto qui dit « désolé mais en l’état actuel de notre relation je préfère … rester ami(e)s, qu’on en reste là, aller pêcher le maquereau en mer d’Espagne ou élever des mouches bleues en Patagonie. Pas toujours très cool mais ça montre qu’on a reçu le « message » de la personne et qu’on n’y répond pas favorablement.

En résumé, la solution c’est la COMMUNICATION, on ne le dira jamais assez. Oui c’est bateau et pourtant, efficace pour se comprendre soi et pour comprendre l’autre. Ça paraît idiot mais c’est très difficile de savoir ce que ressent l’autre, alors autant en discuter!

On a bien conscience que, de toute manière, ça reste un sale moment à passer, d’un côté comme de l’autre. Et toi, comment tu fais ? Tu aurais des techniques à partager ? N’hésite pas à nous en faire part !

En attendant notre Part II de ce tuto consacré aux  « pelles », on espère que vous ne prendrez pas trop de râteaux !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page