Amis : un peu, beaucoup...pas du tout ?

Comment on se fait des amis ?

image_pdfimage_print

« Je ne sais pas comment me faire des amis, je ne sais pas quoi leur dire, je ne sais pas quoi attendre d’eux ni ce qu’ils attendent de moi… » Si seulement il existait un manuel !

Alors qu’il existe des applis pour célibataires, il n’y a pas encore d’appli pour les solitaires… Essayons de comprendre ensemble comment on se fait des amis !

La rencontre

Une amitié, ça commence par une rencontre. En général c’est notre réseau qui nous permet de rencontrer quelqu’un de nouveau : les amis d’amis, les camarades de classes/de boulot… La plupart du temps, c’est de ces milieux que proviennent nos amis.

On peut aussi découvrir de nouvelles personnes en partageant une passion commune. Faire partie d’une team dans un jeu vidéo, s’inscrire à un cours de théâtre, s’initier à un sport… ça permet de renouveler un peu les personnes que l’on croise. Chacun son terrain préféré pour se faire des amis. Evidemment, certain(e)s auront plus de facilité que d’autres pour créer du lien.

Créer une ouverture

Articles similaires

La première étape est donc d’avoir un prétexte pour échanger. Quelque chose de casual, de léger, qui n’implique pas immédiatement l’intimité de l’autre ou de soi-même. Pourquoi ? Parce qu’entrer dans l’intimité sans se connaître un minimum, c’est intrusif, ça peut faire peur. Imagine qu’une personne que tu ne connaissais pas 30 minutes plus tôt te demande « pourquoi tu es en surpoids ? » ou « toi aussi t’as eu la gastro cet hiver ? ».

La case départ mènera souvent vers des sujets de conversation comme « la pluie et le beau temps ». Au début, on partage des choses légères : son sens de l’humour, son avis sur un film, sur un morceau de musique… Parfois, on a du bol et ça marche directement : fous rires instantanés, goûts musicaux identiques… ça commence bien !

Construire une relation

Une relation amicale (tout comme une relation amoureuse) ça prend du temps à construire. Tu ne seras pas BFF du jour au lendemain. Et si au début tu es un peu mal à l’aise : c’est normal. On s’apprivoise, on découvre ce qui peut nous plaire chez l’autre. Tu découvres aussi les défauts, car il y en a toujours. C’est en général à ce moment-là qu’on décide de poursuivre ou pas cette relation. Serez-vous capable d’accepter et d’apprécier l’autre tel qu’il est ?

Déception et désillusion

« Mais alors, pourquoi il me rappelle jamais, cet autre avec qui j’ai sympathisé ? J’avais l’impression qu’on s’entendait bien pourtant ! Pourquoi j’ai l’impression de faire tous les efforts ? Il ne m’apprécie pas ? J’en ai marre d’attendre qu’il vienne vers moi ! ».

Les réponses à ces questions sont souvent plus complexes que tu ne le crois. Pour commencer, cette personne est peut-être préoccupée par d’autres choses, qui n’ont rien à voir avec toi. Elle a peut-être aussi des amis qui ont une place importante dans son quotidien. Peut-être qu’en ce moment, elle n’a pas assez de place dans sa vie pour que tu puisses y entrer. Peut-être qu’elle a besoin de plus de temps que toi : chacun a sa temporalité. Peut-être qu’elle-même attend que tu viennes davantage vers elle.

Enfin, peut-être qu’elle ne t’apprécie pas plus que ça. Ça arrive. Ça ne veut pas dire que tu ne peux pas te faire d’amis, c’est simplement que tu ne peux pas plaire à tout le monde. Personne ne le peut, c’est la vie !

L’amitié fille-garçon

Cette question est régulièrement sujette à controverse. On prend l’exemple « fille/garçon » mais la question se poserait de la même façon entre deux filles homosexuelles ou deux garçons homosexuels.

Ici, à FSJ, on est persuadé que c’est possible 😉 Pourquoi ça ne serait pas possible, d’ailleurs ? Même si parfois il peut exister des moments de séduction dans la relation, ça n’empêche pas d’être amis. C’est le cadre de cette relation qui permet de la préserver. C’est quoi le cadre de la relation ? Ce sont ses limites, ce que tu voudrais qu’il s’y passe, et ce que tu refuses.

L’amitié, ça a des limites

Le problème de cadre dans la relation peut s’appliquer dans d’autres situations : par exemple entre les collègues de travail : « impossible d’être amis parce que le boulot déborderait sur l’amitié », ou inversement. Ça demande donc un exercice particulier, celui de bien poser les limites (le cadre) de cette relation. Surtout qu’au début d’une amitié, le cadre est un peu flou : normal, c’est tout nouveau.

Définir les limites, ce n’est pas simple. Ça demande de ne pas partir en roue libre dans tes actes, de réfléchir à ce que tu dis et aux conséquences de tout ça, et de bien identifier ce que tu ressens. Ça n’interdit pas non plus de tomber amoureux(se) d’un(e) ami(e), ça arrive. Si c’est le cas, à ce moment-là, tu auras besoin de redéfinir le cadre de la relation. Tu as le droit de bouger les limites, en effet ! On peut se tromper, évoluer, changer d’avis… c’est humain.

Ne te prive pas de construire des amitiés, que ça soit avec les filles ou les garçons. C’est toujours possible ! Sans oublier de bien penser à ce que tu espères de cette relation, et ce que tu n’as pas envie qu’il s’y passe.


Sais-tu que Fil Santé Jeunes est également accessible en LSF et LfPC ? Pour en savoir plus viens lire notre article : Jeunes sourds ou malendants : Fil Santé Jeunes accessible !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page