GrossesseGrossesse : joie ou galère ?

Grossesse : que faire ?

image_pdfimage_print

Il était une fois une soirée trop arrosée, un rapport mal-protégé, ou un projet de couple bien préparé qui rencontrait un test de grossesse. Et, surprise, il était positif !!

Tu l’auras compris, aujourd’hui on te parle grossesse et surtout découverte de la nouvelle. Car découvrir qu’on est enceinte ou que sa partenaire l’est, c’est toujours un moment un peu particulier. On ne sait parfois plus si on est heureux ou catastrophé : panique à bord ! Pas de problème, on est là pour te rappeler les bases !

La découverte : cocktail d’émotions, je fais quoi ?

Même dans le cas d’une grossesse désirée, mieux vaut être bien assis quand on apprend la nouvelle ! Découvrir qu’on va devenir parent c’est l’assurance d’un cocktail d’émotions bien chargé : une bonne dose d’angoisse, la même quantité de joie (quand la grossesse est souhaitée), une petite pincée d’impatience et de craintes… c’est chacun selon ses goûts, on mélange bien et bingo !

Autant dire qu’après avoir vécu ça, on a souvent besoin d’en dire quelque chose ! Appeler son ou sa meilleure amie, en parler à ses parents, tout ça peut aider à mettre des mots sur ces émotions qui nous traversent. Pour d’autres, le moment de parler n’est pas encore venu. Un bon footing pour se défouler ou une grosse session de binge-watching sur Netflix fera l’affaire. A chacun sa méthode pour gérer la nouvelle !

Bon cela dit, à un moment il va falloir faire quelque chose. Et surtout, prendre une décision : que fait-on de cette grossesse ? Est-ce qu’on continue ou pas ?

Articles similaires

Quand on décide de continuer l’aventure ?

Quand il s’agit d’un projet mûrement réfléchi, en général les choses sont plus simples. Bien-sûr il y a toujours du stress et de l’angoisse. Renoncer à sa vie de jeune insouciant pour devenir un adulte responsable, et plus seulement de soi-même, c’est un sacré changement ! Mais quand on sait qu’on peut partager ses craintes et ses espoirs avec son partenaire, ou ses proches, c’est franchement rassurant.

Il arrive aussi que le hasard nous réserve de bonnes surprises et une grossesse imprévue peut en être une ! Passé le choc de la nouvelle, se savoir bientôt parent peut être une source de joie. Et si c’était l’occasion de sauter le pas, de donner à son couple ou à sa vie de célibataire un nouveau départ ?

Quand ça n’est pas le bon moment, ou pas la bonne personne

Malheureusement, le hasard ne fait pas toujours si bien les choses. Dans le cas d’une grossesse non-désirée, la joie ne succède pas toujours au choc de la nouvelle et les regrets prennent parfois plus de place que l’espérance. Et même quand la grossesse n’est pas due au hasard, qu’elle était attendue, les choses peuvent devenir plus compliquées qu’on ne l’imaginait. On se croyait par exemple prêt à passer le cap et maintenant que ça devient concret, on se rend compte qu’il nous faut plus de temps.

En fait, peu importe la situation. Chacun peut avoir ses raisons de vouloir mettre fin à cette aventure. En France, la loi Veil autorise l’interruption volontaire de grossesse (IVG) pour des raisons non-médicales depuis 1975. Jusqu’à 12 semaines d’aménorrhée, c’est-à-dire sans règles, il est possible de solliciter l’aide d’un médecin ou d’une sage-femme pour interrompre volontairement la grossesse, et ce sans justification. Pas la peine d’expliquer le pourquoi du comment !

Etant donné que c’est la femme qui est enceinte, que c’est son corps qui est en jeu, c’est elle qui a le dernier mot. Si elle désire garder l’enfant (ou ne pas le garder), personne ne peut la contraindre à prendre une autre décision. Ce qui peut être parfois difficile à vivre pour le garçon qui peut vouloir garder l’enfant quand sa partenaire ne le veut pas. Et inversement, il n’est pas toujours facile pour une femme d’avoir à porter la responsabilité d’une telle décision.

Dans ce moment souvent difficile, les couples ou les femmes seules qui ont recours à l’IVG peuvent être accompagné-e-s et soutenu-e-s par des professionnels dans des Centres de planification et d’éducation familiale (CPEF) par exemple. Des soignants seront à ton écoute. Les proches peuvent également être d’un grand secours, soit pour écouter ce qu’on a à leur dire, soit pour nous faire penser à autre chose.

Dans tous les cas, grossesses heureuses ou malheureuses, célibataire ou en couple, homme ou femme, on est là, à Fil Santé Jeunes, pour t’accueillir et t’écouter. Et t’aider à faire en sorte que cette histoire ait le droit à son happy end !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page