L'alimentation au quotidien

J’ai testé pour vous le végétarisme

image_pdfimage_print

« Je ne mange pas de viande mais je prendrai bien des œufs ! », « Je ne consomme aucun produit animal », « Je m’autorise une petite tranche de jambon de temps en temps mais c’est tout», « Je ne consomme et ne porte absolument RIEN du monde animal, même pas une petite laine ! ». Bref, si chacun est libre de mettre ce qu’il veut dans son assiette et/ou sur son dos, aujourd’hui, j’ai eu envie de vous parler de ma propre expérience végétarienne.

Comment tout a commencé

Pour tout vous dire, je n’ai jamais été très viande/poisson/œuf (au grand damne de mes parents parfois 🙄). Il y a une quinzaine d’années, on était loin de la communication d’aujourd’hui autour des végétariens, vegans. J’étais donc perçue comme la gosse reloue qui ne voulait pas manger ce qu’elle avait dans son assiette.

Alors qu’en vérité, je n’étais juste pas attirée par la nourriture animale ! Cependant j’en mangeais quand même, et c’est vraiment à la sortie de lycée que j’ai commencé à encore plus m’en détacher : entre les conditions de traitements des animaux qui m’ont absolument horrifiée et les questions environnementales en jeu, j’avais de plus en plus de mal à me sentir partie prenante.

La rupture définitive s’est faite après le visionnage du film Okja et s’est imposée à moi comme une évidence. Ma décision a pris effet immédiatement: j’allais devenir végétarienne.

Conflits entre mes convictions et ma santé

Le végétarisme n’a pas entrainé beaucoup de changements en termes d’alimentation puisque je ne consommais déjà que très peu de produits de nature animale. Malgré tout, j’avais décidé de ne pas aller plus loin, c’est-à-dire jusqu’aux portes du monde vegan (tu ne consommes rien d’origine animale, que ce soit en nourriture, en vêtements ou autre –y compris des chaussures en cuir par exemple).

Je ne souhaitais pas non plus être fléxitarienne, où il m’aurait été possible de m’autoriser quelques consommations de poissons ou d’œufs, par exemple. Non, j’avais opté pour le végétarisme avec l’intention de m’y tenir !

Au bout de 4 ans, j’ai été rattrapée par la réalité physique : des carences sont apparues dans mes analyses de sang, je faisais parfois des petits malaises dus aux anémies. Cela n’était pas dû au végétarisme, c’était de ma faute : je n’avais pas appris à compenser les aliments retirés pour m’éviter ce genre de tracas.

Remplacer les protéines d’origines animales par des apports de protéines végétales et des légumineuses (boulghour, quinoa…) a un certain coût, que je ne pouvais pas me permettre à l’époque. J’ai donc réintroduit, à contrecœur, un peu de substance animale pour me rétablir et ainsi me remettre sur pieds.

Aujourd’hui, il en est autrement et j’ai pu au fil du temps substituer les origines animales par des apports 100% végétaux. Victory !! 🙌

Pourquoi végétarienne et pas vegan ?

Selon moi, peu importe sa conviction il faut avant tout être à l’aise et en accord avec celle-ci. Premièrement pour pouvoir la mener à bien, deuxièmement pour qu’elle constitue une source de satisfaction et non pas de pénibilité.

Je ne parvenais pas à m’imaginer bannir tout apport animal, y compris dans mes vêtements par souci de qualité. Non pas que mon dressing est full de peaux de vaches et de sacs en cuir ! Après une longue réflexion, j’ai réalisé un compromis avec moi-même : pas de substance animale alimentaire, ok pour le prêt-à-porter et accessoires si besoin.

Ma conclusion

Eh bien elle est simple : fais comme tu le sens ! Agir à partir de ses convictions doit avoir du sens, tant envers la cause que l’on sert qu’envers soi-même  🙂

Concrètement, c’est inutile de se tordre dans tous les sens si tu subis ta décision, tout comme il est également important de réfléchir aux grands sujets de notre siècle comme l’environnement et notre façon de consommer !

Pour ma part, je ne suis pas partisane des discours revendicateurs, moralisateurs voire agressifs pouvant ressortir des courants végétariens ou vegans, qui poussent à une espèce de soumission par la culpabilisation.

Ne l’oublions pas : on ne change durablement que grâce à son libre arbitre 😉

Articles similaires

2 commentaires

  1. Bonsoir,
    Je suis entièrement d’accord avec vous. Moi-même je suis végétarienne depuis 7 ans environ et je trouve cela important de distinguer ces deux concepts. En gros, le végétarien mange de tout sauf du poisson et de la viande alors que le végétalien ne mange pas la viande, le poisson, tous les produits issus de la viande (oeufs, miel, fromage, lait…). Ainsi que le port de cuir animal etc. Ce dernier prend en compte une dimension plus large.
    *****************

    Bien à vous

  2. Bonjour. Je viens de lire cet article. J’ai cru comprendre que l’auteure ne mangeait aucun produit animal
    Je suis ancienne végétarienne et je mangeais des oeufs et du fromage

    Dans votre cas il s’agit plutôt de végétalisme. Je pense important de faire la nuance car on confonds souvent le végétarisme et le végétalisme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page