L'alimentation au quotidien

Je ne mange pas de viande

image_pdfimage_print

« Je n’aime pas la viande, je refuse de manger des animaux, ma religion me l’interdit, dans ma famille on n’a jamais mangé de viande… ». Pour des raisons de santé, familiales, culturelles ou religieuses mais aussi souvent idéologiques ou éthiques, par goût simplement aussi parfois, on peut faire le choix de ne pas (ou ne plus) manger de viande.

Certains ne comprendront pas ce choix… d’autres le respecteront. L’important, c’est qu’il soit le fruit d’une décision personnelle, qu’elle ait du sens pour soi. L’important aussi, c’est que derrière ce choix, on se donne les moyens de rester en bonne santé.

Pour être en forme, on a entre autre besoin de protéines et de fer. La viande apporte des protéines de bonne qualité et du fer d’origine animale. Comment faire pour avoir le bon compte de ces nutriments quand on ne mange pas ou très peu de viande ?

Lorsqu’on élimine de son alimentation les produits carnés, on limite en même temps l’apport de protéines de bonne qualité nutritionnelle et de fer. Il est donc important de les remplacer, en réalisant des associations judicieuses entre produits céréaliers, légumes secs et produits laitiers

Voici quelques mariages nourrissants

  • Un produit céréalier (riz, pâtes, semoule, blé…) + un produit laitier : des pâtes avec du fromage râpé ou fondu, du riz au lait parfumé à la cannelle…
  • Un légume sec + un produit laitier : Au cours du même repas, une salade de lentilles et un yaourt…
  • Un produit céréalier ou un légume sec  (haricots, pois chiches, lentilles, soja…)+ un peu d’œuf ou de poisson : une crêpe complète, du riz aux crevettes, une salade de pois chiches au thon…

  • Un légume sec + un produit céréalier : de la semoule avec des pois chiches (comme dans le couscous), du maïs et des haricots rouges…

Afin d’éviter les carences en fer, il est également nécessaire de consommer régulièrement du poisson, dont le fer peut remplacer celui de la viande.

Végétarien ou végétalien ?

Quand on est végétarien, on exclut de son assiette tous les aliments issus de la chair des animaux (viande, poisson, fruits de mer…). Si on consomme du poisson régulièrement, on a un apport en fer de bonne qualité.

Quand on est végétalien, on supprime en plus  les œufs et les produits laitiers (c’est-à-dire tous les aliments issus des animaux). Ce type d’alimentation entraîne des carences importantes en protéines, en fer, en calcium et en vitamines.  Et à long terme des risques pour la santé. Il est alors important de consulter régulièrement son médecin traitant pour qu’il  prescrive des suppléments en fer, vitamines, nutriments indispensables au bon fonctionnement du corps. La santé, c’est aussi dans l’assiette !

Articles similaires

3 commentaires

  1. « Quand on est végétarien, on exclut de son assiette tous les aliments issus de la chair des animaux (viande, poisson, fruits de mer…). Si on consomme du poisson régulièrement, on a un apport en fer de bonne qualité. »

    –> Suis-je la seule à avoir remarquer l’énorme paradoxe de cette phrase ? Lol !
    Si on exclut toute chair animale de son alimentation, on ne consomme pas régulièrement de poisson, on n’en consomme jamais.

  2. « Quand on est végétalien, on supprime en plus les œufs et les produits laitiers (c’est-à-dire tous les aliments issus des animaux). Ce type d’alimentation entraîne des carences importantes en protéines, en fer, en calcium et en vitamines. Et à long terme des risques pour la santé. Il est alors important de consulter régulièrement son médecin traitant pour qu’il prescrive des suppléments en fer, vitamines, nutriments indispensables au bon fonctionnement du corps. »

    Arrêter la désinformation, c’est pénible à la longue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page