Vivre sa sexualité

Le plaisir, quelques notions de philosophie…

image_pdfimage_print

plaisirContentement, volupté, satisfaction, délices, régal, jubilation… des mots pour décrire le plaisir, ça ne manque pas. Le plaisir, finalement, est-ce que c’est bien ? Notre civilisation qui puise ses racines dans la religion judéo-chrétienne a un discours un peu double face à cette question. Il n’y a pas de tabou réellement par rapport à la question du plaisir. Mais ce qui procure du plaisir est souvent un peu suspect.  Pourquoi a-t-il des limites ?

Pas loin du plaisir, il y a souvent les interdits : la gourmandise n’est-elle pas un des sept pêchés capitaux ? L’être humain a toujours eu du mal à se contrôler, il a dû inventer des gardes fous pour contrôler ses envies, « ses pulsions » diraient les psys. Avec des lois et grâce à l’éducation, il a pu peu à peu intérioriser les règles. Les plaisirs doivent être régulés, il leur faut des limites. Sans limites, c’est le chaos et limiter le plaisir est un moyen de protéger les individus, donc les groupes humains.

A quoi ça sert, comment le gérer ?

On ne peut pas parler de plaisir sans parler de plaisir sexuel, tout est prévu sur le plan sensoriel dans le corps humain, ici, on doit comprendre que le plaisir a une fonction… obscure ? Pas tant que ça, si le fait de faire l’amour apporte du plaisir aux partenaires, c’est que la nature le veut ainsi, pas seulement chez l’homme d’ailleurs. Le plaisir est outil de récompense qui a une vraie fonction. Et oui, si cela me fait du bien, je vais donc le rechercher régulièrement. La nature est satisfaite, la vie perdure : faire l’amour donne du plaisir, de fait, l’espèce se reproduit. Si tel ou tel fruit doit être digéré par un animal pour que sa graine soit transportée et puisse germer, il aura bon goût, les singes et les oiseaux le consommeront, et les plantes se multiplieront. La fonction du plaisir dépasse peut être nos visions un peu naïves, ce qu’a priori on n’avait pas prévu…

Mais avant les biologistes d’aujourd’hui, les penseurs s’interrogeaient depuis toujours : Épicure, au siècle de Périclès (-500 à -400 av J.-C.) dans l’antiquité grecque est souvent associé au « carpe diem » d’Horace, poète romain qui s’intéresse à l’épicurisme quelques centaines d’années plus tard. En somme « cueille le jour », ce qui peut se comprendre par « profite du présent, prends autant de plaisir chaque jour que tu le peux et ne pense pas à l’avenir ». Il ne s’agit pas du tout de ça ! En fait, le philosophe vivait de manière simple, avec une alimentation frugale, on raconte qu’il dormait sur une planche de bois, et qu’il se nourrissait de pain et de quelques olives… Le plaisir garde sa valeur quand on sait le limiter, les instants rares ne sont-ils pas les meilleurs ? Ce qu’Épicure a voulu dire, c’est qu’il faut trouver du plaisir chaque jour, y compris dans les choses simples de la vie. Le plaisir se trouve dans la prudence, la mesure, et dans la libération des tensions, voilà comment il comprenait cette sensation.

Pour conclure sur une note romantique citons cette belle question du philosophe :
« Y a-t-il pour toi un plaisir plus grand et plus vif que le plaisir des choses de l’amour ? »
 Platon, (Athènes, 428 av. J-C – 346 av. J-C.)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Bouton retour en haut de la page