De la solitude à l'isolement

Pourquoi a-t-on besoin des autres ?

image_pdfimage_print

solitudePour nos ancêtres, chaque moment de la vie était intimement lié aux autres. Une naissance, un mariage, un choix professionnel, tout était affaire de famille : le père et/ou la mère mais aussi les oncles, les tantes et les grands-parents prenaient part aux décisions importantes de chacun.

Aujourd’hui, la « Famille » a perdu de son prestige, notre société moderne donne plus de valeur à l’individu lui-même : on tend à assouvir ses désirs propres, on prend ses décisions seul, on s’autonomise…  Cela signifie-t-il que nous sommes aujourd’hui capables de vivre sans les autres ?

On peut avoir envie / besoin d’être seul

On a parfois besoin de s’isoler, de vivre des moments de solitude : pour se retrouver, réfléchir, faire le point, écouter ses envies, prendre de la distance… Cela fait du bien, pour mieux avancer.

On peut avoir le sentiment d’être seul

Ce sentiment-là, on le découvre souvent à l’adolescence. Parce que cela correspond au moment où on se demande qui on est, soi-même et par rapport aux autres. On éprouve le  besoin de se centrer un peu sur soi, sur ce qu’on aime et sur ce qu’on déteste, ce qui fait peur ou au contraire envie … pour mieux se comprendre et trouver sa place dans le monde. Même entouré(e) de sa famille et d’un groupe de copains, on peut se sentir très seul. On ne se rend pas compte d’ailleurs qu’on est nombreux à ressentir la même chose !

Articles similaires

Mais … on a besoin des autres

Quelques très rares personnes apprécient la vie en solitaire et ont même décidé d’en faire un principe de vie. Ce sont ce que l’on appelle les ermites.  Cependant, la plupart des individus aiment se sentir entourés, aimés, appréciés car l’être humain est un être social… Les « autres » comptent. On a besoin d’eux pour vivre car ils permettent d’établir et d’entretenir des relations. Il y a la notion de plaisir partagé.

Pour apprendre à se connaître soi-même

Partager son quotidien avec ses parents, ses frères et sœurs, ses amis, ses professeurs même … c’est avoir autour de soi des centaines de possibilités de s’identifier. En les regardant, en essayant de mieux les comprendre, en réagissant à leur comportement, on se crée peu à peu une identité qui nous est propre et on devient la personne qu’on a envie de devenir. La plupart du temps sans le savoir, on puise ce qu’on aime chez les autres, et on rejette ce qui nous déplaît … pour peu à peu construire et affiner notre personnalité.

Quand ça va mal

Vos amis sont, pour une grande majorité d’entre vous, des « soutiens en cas de difficulté ».

Quand on ne va pas bien, on peut avoir tendance à se replier, à se retirer du monde pour souffrir en silence. On se dit que les autres « ne pourraient pas comprendre », ou bien que « cela les embêterait ». C’est un leurre ! Parce qu’un ami, c’est là pour tendre la main. Parce que ne rien dire et rester seul, cela fait encore plus souffrir. Partager sa souffrance, c’est déjà la rendre plus légère. Plus que jamais, on a besoin de ceux qui nous entourent pour s’en sortir et aller mieux.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 
Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page